Un brassard cardio optique peut-il remplacer une ceinture traditionnelle?

promotion Promotion en cours: C'est Noël chez i-run! Avec le code NOEL : 20% de remise sur les nouveautés chaussures et vêtements. Profitez aussi des offres cardio GPS du moment!

De plus, chaque jour, une commande tirée au sort est intégralement remboursée en cashback!

En début de semaine passée, vous découvriez le test du brassard cardio optique Scosche Rhythm 24. Sur ce site avaient déjà été testés les brassards Polar OH1 et Wahoo TICKR Fit. Et avec la généralisation des capteurs optiques qui nous promettent depuis de nombreuses années maintenant de remplacer nos ceintures traditionnelles, la question est des plus simple: un brassard cardio optique peut-il remplacer définitivement ma ceinture traditionnelle? Car les capteurs intégrés aux montres, et nous avons pu le voir au cours des dernières années, ne sont pas à la hauteur. Mais les brassards eux, offrent une précision qui est meilleure, mais est-elle suffisante? Quels sont les pièges à éviter? Toutes les réponses dans cet article!

Pourquoi un brassard cardio optique fonctionne mieux que les capteurs des montres?

Peut-être faudrait-il poser la question dans l’autre sens… Pourquoi les cardio optique des montres fonctionnent-ils généralement si mal? Plusieurs éléments font que le revers d’une montre de sport n’est de loin pas l’endroit idéal pour y placer un capteur cardio optique. Parmi ces raisons, on trouve ces éléments:

  • L’os du poignet rend souvent difficile un placement optimal pour le capteur. Si ce dernier n’est pas carrément posé directement sur l’os, il peut créer un espace entre le capteur et la peau, surtout sur les montres assez grandes. Et pour une lecture optimale, le capteur doit être en contact permanent avec la peau.
  • Les vibrations amplifiées par le poids de la montre. Sur le vélo ou en course à pied, plus la montre est lourde, et plus elle est susceptible de bouger. Ainsi, le capteur optique se déplace sur la surface de la peau et empêche une lecture optimale.
  • La plupart des bracelets de montres ne permettent pas un réglage optimal du serrage. En serrant trop fort la montre ou au contraire en ne la serrant pas assez, le cardio ne fonctionne pas correctement. Ce n’est peut-être pas un hasard que le meilleur cardio optique que j’ai testé était celui de l’Apple Watch Series 4, équipée aussi du bracelet « Boucle Sport » velcro qui permet un réglage parfait du serrage…
  • La pilosité, la couleur de la peau, la morphologie, la sudation… Et tellement d’autres paramètres peuvent aussi influer sur la lecture du cardio avec un capteur optique.

Mais alors, me demanderez-vous: pourquoi un brassard serait meilleur que le capteur d’une montre? En grande partie pour les raisons suivantes:

  • Le mode de mesure cardio optique est généralement plus léger qu’une montre. Par exemple, le module du OH1 ne pèse que 6 grammes. Celui du Scosche Rhythm 24 pèse 17 grammes. Les montres multisport les plus légères affichent environ 50 grammes, les modèles équivalent à la fenix 5 oscillent entre 80 et 90 grammes. Un module léger vibre moins.
  • Le brassard textile permet un ajustement parfait du serrage. D’un côté, on évite l’effet garrot, et de l’autre, on peut le serrer de manière efficace pour qu’il reste en position. Parfaitement en contact avec la peau et peu enclin à glisser.
  • On peut positionner le brassard à un endroit bien plus efficace que sur le poignet. En positionnant le capteur sur un partie moins proche de l’os, la lecture est meilleure. La plupart des fabricants préconisent un positionnement sur l’avant bras, mais on obtient généralement une lecture efficace aussi sur le biceps.

La précision des brassards cardio optique est-elle parfaite?

Non. Autant être honnête, tout n’est pas parfait… Mais cela ne veut pas dire que les brassards cardio optique ne sont pas une bonne solution. Alors, en connaissant quelques limites et quelques petites astuces, il reste pour la plupart d’entre nous une bonne alternative à la ceinture cardio.

Les brassards cardio optique sont sensible à la vasoconstriction. Lorsque le temps est froid, avant une période d’échauffement qui va permettre aux vaisseaux sanguins de se dilater pour laisser passer plus de sang, la lecture optique peut poser problème. Et la lecture n’est pas égale chez tout le monde, en particulier lorsque la fréquence cardiaque s’élève. Il faudra donc trouver le bon positionnement pour utiliser au mieux son brassard.

Une technologie très différente

Pour commencer, il faut comprendre la différence de fonctionnement entre un cardio thoracique traditionnel et une lecture optique. La ceinture traditionnelle va analyser les impulsions électriques du cœur lors de chaque battement. Ainsi, chaque battement cardiaque est mesuré au moment précis où il a lieu, ou avec un délai négligeable. Si le contact électrique avec la peau est bon, la ceinture, peu importe la marque, offre une précision remarquable sur la plupart des personnes. Le rapport signal/bruit de cette technologie est généralement assez bon.

Le lecteur optique, de son côté, va mesurer la fréquence cardiaque au niveau du flux sanguin. Une lumière, généralement verte pour contraster un maximum avec le rouge du sang, va mesurer chaque battement cardiaque de manière indirecte un détectant la variation de flux sanguin. Ainsi, il y aura un délai entre le battement réel du cœur et l’arrivée du sang à la hauteur de bras ou du poignet. On constate donc systématiquement une latence dans la lecture optique par rapport à un capteur traditionnel. Le rapport signal/bruit de cette technologie est généralement moins bon.

Le rapport signal/bruit, c’est le rapport entre le signal recherché, ici la fréquence cardiaque, avec toutes les interférences. Prenons un exemple: la TV analogique. Une bonne réception, et l’image est d’une qualité impeccable: rapport signal bruit parfait. Une mauvaise réception du temps de la TV analogique créait un effet de « neige » (le bruit) sur l’image du programme (signal). Plus il y a de neige, moins on distingue l’image correctement. Le rapport signal bruit est mauvais.

Pour illustrer le rapport signal/bruit d’un cardio optique, voici deux images issues de la présentation de lancement de la Polar Vantage. Sur la première, on voit les donnes brutes issues du capteur. Sont mélangés ici le signal et le bruit. Saurez-vous identifier une courbe de fréquence cardiaque là-dedans ?

Sur cette seconde image, on découvre le signal après « nettoyage »:

On comprend bien mieux pourquoi la lecture optique est délicate… Et la précision dépend aussi beaucoup de l’algorithme qui est associé au lecteur cardio optique. Souvent, cet algorithme « lisse » les données sur quelques secondes pour éviter des artefacs (des données incohérentes) sur de faibles périodes de temps.

La mesure optique varie chez chaque individu

Beaucoup plus que la lecture via une ceinture traditionnelle, la lecture optique varie fortement d’un individu à l’autre. Vous l’avez vu sur le test du Scosche Rhythm 24, ce capteur a fonctionné très bien chez moi. Mais je le sais car je l’ai comparé à une lecture traditionnelle. Ainsi, j’ai pu trouver le meilleur positionnement pour une lecture efficace, et découvrir les situations dans lesquelles les capteurs sont les moins performants.

Le meilleur moyen de connaitre la précision sur soi: la comparaison!

C’est la raison pour laquelle je ne peux que recommander ceci à tout sportif qui souhaiterait se passer de ceinture cardio. Certes, cela nécessite l’investissement dans une ceinture cardio si on en possède pas déjà, en plus du brassard cardio optique. Certes, cela nécessite de courir avec éventuellement deux montre ou alors avec son smartphone durant plusieurs séances. Mais cela permet de s’assurer que la mesure que l’on obtient avec le cardio optique est bonne. Ou pour le moins suffisante pour l’utilisation souhaitée.

Fractionné, endurance, seuil. Course à pied ou vélo… Parfois, un brassard fonctionnera bien dans l’un ou l’autre type d’entrainement. Mais pas dans d’autres. Certaines personnes devront peut-être placer le brassard sur le biceps pour éviter une pilosité trop importante sur l’avant bras. Ou alors tout simplement parce qu’à cet endroit, le brassard glisse trop.

On comparera donc les données mesurées par les deux capteurs sur environ 2 semaines – 1 mois pour bien se rendre compte de son comportement. Des outils comme MyGPSFiles ou encore l’outil de comparaison de nakan.ch pourront y aider. Échauffement, variations rapides de fréquence cardiaque, pics lors de fractionnés… Tout sera analysé pour bien appréhender ce nouvel outil.

La ceinture reste incontournable pour le fractionné court

A cause de la latence de lecture de l’optique (je constate de l’ordre de 6 à 12 secondes durant mes entrainements), cette technologie n’est pas adaptée à une lecture en temps réel lors de fractionnés très court. C’est le seul type de séances pour lesquelles je conserve une ceinture. Pour la quasi totalité des autres séances, que ce soit de l’endurance, du seuil, à vélo ou à pied, je me fie aux brassards Rhythm 24 ou OH1.

Je n’ai pas encore de conclusions définitives quant à la précision des cardio optiques en natation, mais je ne manquerai pas de poursuivre les tests au cours de l’été et à publier un article spécifique à cette discipline lorsque j’aurai suffisamment de données !

Peu de différences notables dans la précision entre les brassards testés

Enfin, pour conclure cet article, je peux affirmer que je n’ai constaté que peu de différence de précision entre TICKR Fit, Rhythm 24 ou OH1. On le choisira principalement sur des critères de taille et d’autonomie. Tous ces brassards permettant désormais de diffuser aussi bien en ANT+ qu’en Bluetooth Smart, la compatibilité ne devrait pas être un problème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.