Kilomètre lancé sur piste, ou l’acide lactique au litre

Mardi soir, mon club de triathlon participait à une initiation au vélo de piste à Aigle, sur la piste du Centre Mondial du Cyclisme. C’est le vélodrome où je roule environ deux fois par semaine l’hiver, ayant pris un abonnement pour la saison hivernale depuis 3 ans. Cette initiation organisée en général deux fois par année par notre club est l’occasion pour moi de rouler avec les copains du club sur la piste, et de profiter de l’endroit à un moment ou il est moins fréquenté (environ 12 personnes sur la piste, alors que lors des séances abonnés, nous sommes régulièrement entre 30 et 40 personnes).

Et durant les deux heures de cette initiation, une demi-heure a été consacrée au kilomètre lancé. Chacun notre tour nous effectuons un tour de lancement de 200m puis 5 tours à bloc. Même si parfois il m’arrive de faire des répétitions sur cette piste lorsque l’affluence le permet, jamais je n’ai fait un exercice aussi violent. En partant pour un kilomètre, on se dit que finalement, c’est court et qu’on peut y aller à fond dès le départ. Mais après 400m, les muscles ne savent déjà plus quoi faire de l’acide lactique qui les submerge.

Choix judicieux ou pas, j’ai décidé lors de mon tour de lancement de grimper quasi à la barrière (donc tout en haut de la piste) pour bénéficier de la pente pour me lancer encore plus rapidement. Mais ceci à un coût en terme d’effort initial, à savoir grimper là-haut en un seul tour. Le km a donc commencé avec les pulsations très haut… Voyez plutôt ce graphique en zoom sur ce kilomètre (lancement non compris):

Kilomètre lancé

Le niveau de détail du graphique permet de voir les « pics » liés au virages. La fréquence cardiaque quand à elle, a plafonné à ma FCmax sur un vélo, à savoir 202 durant la quasi totalité de l’exercice. On peut par contre voir la vitesse s’écrouler tout du long de l’exercice.

Ce qui me fascine le plus, c’est qu’en donnant tout sur un seul petit kilomètre, je n’ai pas été en mesure, et de loin, de tenir la moyenne du record du monde de l’heure. 48km/h sur un kilomètre, pour une moyenne à 52.4 pour le record de l’heure actuel…

Mais par contre, mon équilibre gauche-droite, même en pleine puissance (oui, pour moi 400W sur une 1 min 15, c’est la pleine puissance), est resté très proche de l’équilibre.

En tous les cas, c’était un exercice intéressant démontrant si besoin était que même sur ce type d’efforts, la gestion est primordiale!

8 commentaires pour “Kilomètre lancé sur piste, ou l’acide lactique au litre

  1. j’aime bien ta comparaison avec le record de l’heure.

    perso, je me suis jamais amusé à faire ce km lancé mais tes résultats relativises pas mal tous les commentaires que l’on peut lire que ce record est ‘trop’ facile à battre depuis les changements de règles…

    beau boulot en tout cas

    bonne continuation
    skumy

  2. Intéressant ! Par contre, on voit la force de pédalage qui décroit progressivement au cours de l’effort. Ne serait-il pas plus judicieux de partir moins fort et de conserver la force de pédalage (ou la puissance) voir faire un « négative split » ?

  3. 1’15 lancé c’est quand même très lent, je suppose que tu avais beaucoup trop petit en braquet.Ensuite sur un kilo il n’y a jamais de gestion.C’est à bloc, et pour réponde aux commentaires précédents , le NG est impossible, sur un kilo départ arrêté une fois le premier tour(piste de 250) passé la vitesse augmente encore un peu tandis que la puissance baisse, et ensuite avec un bon gainage, en gardant la noire et en tetant de rester fluide dans le pédalage il n’y a plus qu’à résister à l’acide lactique.C’est atroce.
    Pour progresser dans cet exercice tu peux « t’amuser » à faire des départs à la machine, sinon tenu par l’entraineur genre 4X200 DA récup 15 minutes assis.
    Mais bon pour le tri pas trop d’intérêt, et la souffrance est abominable, 10X pire qu’un ironman, à en pleurer.
    Par contre si tu veux claquer un chrono sans trop te faire mal fais-toi emmener par un collègue dans sa roue et il s’écart à la ligne de passage de relais , avec un 50X14 minimum, c’est facile de tourner à moins de 15″ au tour(piste 250) et ainsi de de donner des habitudes quant à cette allure.
    Amuse toi bien

    1. Qu’est-ce qu’un NG? Et puis effectivement, je ne suis pas un pistard et un entrainement pour 180km n’est pas le même que pour tourner 250m en 15″… Mais chacun son fun…

  4. NG= Négative split, comme écrit sur un commentaire plus haut^^.Bien sur je le sais, et pour l’avoir fait, que 180 allure endurance n’a rien à voir avec un kilo, surtout DA(départ arrêté), toutefois, ça n’empêche d’avoir la caisse pour arriver à tourner facilement au-dessus de 50km/h.
    Tu avais quoi comme braquet ?

  5. Si je comprends bien, c’est l’équivalent du 400m en athlé alors ?

    Par contre, n’est-ce pas « dangereux » du fait de la possibilité de faire un malaise à la fin de l’effort pouvant occasionner une chute à haute vitesse ?

  6. Pierre, plus tu vas vite, moins tu risques de chuter sur la piste d’autant qu’à cause des virages relevés ça tourne tout seul.Et quand tu fais un effort lactique ben tu t’engorges, pas de force et tu ralentis, au pire tu tomberas à l’arrêt lol.
    Et là, en l’occurrence Greg n’allait pas très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.