Comme si 2020 avait démarré sans moi…

promotion Promotion en cours: C'est l'heure des nouveautés 2020 chez i-run! Avec le code NEW20, bénéficiez de -20% sur les nouveautés chaussures et textile, hors produits non éligibles.

C’était une belle journée de ski ce 2 janvier 2020. Le soleil était radieux et la neige encore correcte même si il n’en était pas tombé au cours des derniers jours. Avec mon neveu Jérôme, nous sommes arrivés en bas de la dernière descente, jusque dans la station de Villars-sur-Ollon.

On déchausse les skis tout en se disant que c’était une belle journée de ski, même si il y avait beaucoup de monde sur les pistes. Il est bientôt 16 heures il est temps de retourner à la voiture. Elle est au milieu de la station et il nous reste quelques centaines de mètres à parcourir pour la rejoindre.

Comme d’habitude, je propose à mon neveu de porter ses skis et les miens, alors que lui porte les bâtons. Avec nos chaussures de ski nous descendons les escaliers qui mènent au centre du village. Je traverse la route en me retournant pour vérifier que Jérôme traverse aussi en sécurité. À ce moment-là ma chaussure de ski glisse sur une plaque de glace. Mon pied gauche se dérobe et je m’étale de tout mon long sur le bitume. Avec les deux paires de ski qui tombent en même temps que moi le bruit est assourdissant. Des passants s’approchent et me demandent si ça va. Je suis sonné. J’essaye de me relever mais il y a un problème avec mon bras gauche. En essayant de le relever il ne bouge absolument pas comme d’habitude. Je comprends très rapidement qu’il est cassé…

La journée de ski était belle

Juste après la chute

Je n’ose pas me relever tout de suite avec mon bras cassés. Dans mon malheur j’ai eu un peu de chance et même beaucoup puisque je je suis tombé juste devant un centre médical. Un des passants se précipite donc à l’intérieur et revient avec une infirmière qui me dit de me relever. Tant bien que mal, je m’exécute, portant mon bras gauche cassé avec le droit, du mieux que je peux.

Alors que je marche les quelques mètres qui me séparent du cabinet médical, je pense déjà à toute l’implication de cette accident sur ma préparation pour l’Ironman de Thoune et pour ma saison sportive.

Les premières radios

Durant les premières minutes la douleur n’était pas tellement perceptible. Mais désormais une vive douleur rayonne dans mon bras et ce dernier se met à trembler de manière incontrôlable. Dans le cabinet médical tout en donnant mon téléphone à Jérôme pour qu’il avertisse sa maman et qu’elle vienne le chercher, j’essaie tant bien que mal de le rassurer et de lui expliquer ce qu’il se passe. Ensuite on m’installe directement dans la salle de radiographie et on commence à enlever ma veste puis mon pull et enfin mon T-shirt. À ce moment-là c’est une épreuve.

Mais ça ne fait que commencer car positionner le bras pour prendre des radios sous un angle correct est une torture. Heureusement le médecin fait irruption dans la pièce avec une seringue qui va s’avérer salvatrice. De la lidocaïne couplée à de l’adrénaline. Cela va bien aider pour les minutes suivantes.

Une fois les radios effectuées on me déplace dans une salle de consultation et là je retrouve mon neveu. La douleur est largement plus supportable grâce a l’injection. Pendant ce temps le brave petit gars a contacté sa maman elle est en route pour nous rejoindre. Dans le même temps l’équipe du cabinet médical a appelé une ambulance pour me transporter à l’hôpital de Lausanne.

En attendant l’ambulance

Il y avait beaucoup de monde sur les pistes ce jour là alors ce n’est pas étonnant que la route soit saturée au moment de quitter la station. C’est probablement pour cela que l’ambulance mettra du temps à nous rejoindre.

Je profite de ce moment pour écrire un message à mes collègues de travail les avertissant de mon malheur et que je ne serai probablement pas le lendemain au bureau…

Je ne me suis jamais cassé le bras. D’ailleurs je ne me suis jamais cassé autre chose que des côtes. Mais au vu de la réaction de mon bras quand j’ai essayé de me relever j’étais persuadé que je m’étais cassé le radius ou le cubitus. Ou peut-être les deux. Mais lorsque le médecin est revenu dans la salle avec les radios, j’étais loin de me douter qu’il m’annoncerait que je m’étais cassé les deux palettes de l’humérus. J’étais encore plus loin d’imaginer qu’il me dirait que cela nécessite de la chirurgie…

Retour à Lausanne

En même temps que j’encaisse la nouvelle, j’essaye d’expliquer ce qui se passe à Jérôme. Ce brave petit gars de 11 ans a magnifiquement réagi lors tout cet accident. Environ 40 minutes plus tard l’ambulance arrive. Les ambulanciers commencent à prendre les premiers renseignements puis à préparer le transfert. Ils me demandent si je suis prêt à y aller mais pour l’instant, puisque ma sœur n’est pas arrivée, je préfère être ici avec Jérôme afin qu’il ne reste pas seul. Après un téléphone il s’avère qu’elle est tout proche. Donc on commence à m’installer dans l’ambulance et c’est à cet instant qu’elle arrive. Je suis rassuré car mon neveu est enfin avec sa maman.

Après un téléphone avec le médecin de l’hôpital de Lausanne, l’ambulancier obtient la confirmation qu’il faut rouler vers la capitale vaudoise avec les feux bleus sur la route. En effet le trafic est dense, très dense. Le transfert aurait pris plus de deux heures sans cela. Ma maman qui est venue avec ma sœur, initialement pour ramener ma voiture, fera finalement la route à l’avant dans l’ambulance. Ma voiture reste donc à Villars, ce sera finalement mon frère qui viendra la récupérer plus tard dans la soirée. Il est bon de pouvoir compter sur la famille dans des cas comme celui-ci!

La morphine

Après avoir posé un cathéter, l’ambulancier me propose de la morphine pour soulager la douleur. Je crois bien que c’est la première fois de ma vie que je reçois de la morphine!! Les effets de l’injection de lidocaïne commencent à s’estomper. C’est donc volontiers que j’accepte un autre antalgique. Je m’attendais à ressentir de forts effets psychotropes suite à l’injection de morphine dans mes veines. Probablement que j’ai vu trop de films ou alors qu’on a un petit peu exagéré lorsqu’on m’a raconté les effets de cette substance, car en réalité si la douleur s’est bien estompée je n’ai pas ressenti d’effet très euphorisant. C’est à peine si j’ai la tête qui tourne un peu. Et contrairement à une majorité des gens, la morphine ne m’a pas provoqué de nausées.

Quoi qu’il en soit je dois bien avouer que j’ai perdu un petit peu la notion du temps durant ce trajet en ambulance. Une fois arrivée sur l’autoroute en bas de la montagne, la conductrice active les feux bleus et les sirènes. Comme prévu l’autoroute est très chargée et malgré les signaux prioritaires nous ne pouvons pas rouler très vite. Enfin, tout est relatif… Car alors que nous mettons 50 minutes à rejoindre l’hôpital de Lausanne, ma sœur mettra plus de 2h30 à rentrer chez elle.

Pour moi le trajet se passe plutôt bien. L’ambulancier qui est à mes côtés, tout en s’assurant de mes paramètres vitaux, me distille régulièrement de petites doses de morphine afin de contenir la douleur. Ensemble nous parlons même un petit peu de triathlon!!

Nous arrivons finalement à l’hôpital de Lausanne au service des urgences. Le trajet s’est déroulé sans encombres. Merci les ambulanciers vous avez été absolument top!

Les urgences

Arrivé aux urgences, les médecins prennent connaissance de mon cas. Ensuite ils m’envoient réaliser d’autres radios. À ce moment, on m’annonce que je ne serai pas opéré tout de suite, mais plus probablement le lendemain. En effet au vu de la fracture et alors qu’il se fait tard il est préférable d’attendre l’équipe de spécialistes pour cette chirurgie.

On me déplace ensuite en salle de plâtre ou on immobilise mon bras. Quelques minutes plus tard, on m’envoie pour réaliser un scanner. Ceci va permettre de réaliser une image en trois dimensions de la fracture.

Enfin, on me sert un repas. Il est vrai que je commençais à avoir faim, il approche 22h30. Je quitte ensuite le service des urgences pour passer la nuit à l’étage de la traumatologie. On me donne la consigne de rester à jeun à partir de minuit pour l’intervention du lendemain.

Le vendredi

Ma nuit a été plutôt chaotique constitué de petits épisodes de sommeil entrecoupés très régulièrement. Un peu avant huit heures, je suis réveillé par trois personnes. L’une d’elle et le chirurgien orthopédiste qui s’occupera de moi et de mon coude. Ce dernier m’annonce qu’en ce moment de nombreuses personnes en traumatologie attendent une intervention chirurgicale. De fait, il ne sera pas possible de m’opérer aujourd’hui. Ainsi, pour autant que la douleur soit supportable, je vais pouvoir rentrer chez moi dans la journée pour revenir lundi en vue d’une opération qui aura lieu mardi. Au vu des résultats du scanner et des radios réalisé la veille, l’opération n’est pas une urgence absolue.

Aussitôt, on me sert un petit déjeuner puisque je n’ai pas besoin de rester à jeun plus longtemps!

Durant la journée, on me fera passer une série d’examens et on validera le bon fonctionnement de l’antalgique que je devrais prendre pour les jours à venir. En fin d’après-midi, je rentre chez moi pour y passer le week-end.

J-1

Le week-end se passe plutôt bien, mes nuits sont plutôt correctes en terme d’heures de sommeil, et le lundi j’arrive à l’hôpital à 15h. On m’installe dans une chambre que je partage avec un autre patient.

Au moins, la vue sur Lausanne est jolie en cette fin d’après-midi depuis la fenêtre de la chambre d’hôpital

Peu de temps après arrive l’anesthésiste qui sera chargé demain narcose complète le lendemain. Il m’explique en détail comment cela va se passer. C’est la première fois que je vais subir ce type de traitement ! J’ai donc plusieurs questions à lui poser sur le déroulement, ainsi que sur les risques et enfin sur l’état probable dans lequel je serai au réveil. Après avoir échangé avec lui, je signe le consentement tant bien que mal de la main droite (je suis gaucher…).

Le chirurgien m’a marqué… Il vaut effectivement mieux travailler sur le bon bras le moment venu.

Environ une heure plus tard, c’est au tour du chirurgien orthopédiste que j’avais vu brièvement le vendredi. Il est venu avec une copie de l’imagerie 3D réalisée au scanner pour m’expliquer en détail le déroulement de l’intervention. Il me décrit les différentes étapes pour réduire la fracture, puis pour poser le matériel d’ostéosynthèse (c’est-à-dire les plaques et les vis sur les os). Après avoir discuté de l’intervention en elle-même, je lui pose également de nombreuses questions sur la récupération postopératoire et sur les délais probables pour mon retour au sport. On ne se refait pas! Enfin je signe le consentement pour la chirurgie, toujours de la main droite…

Je passe la soirée à cogiter sur l’intervention du lendemain, ma nuit de sommeil est donc à nouveau chaotique. Non seulement à cause de l’opération qui s’annonce, mais aussi à cause de mon voisin de chambre… On ne peut pas dire qu’il soit très calme la nuit !

L’opération

Le lendemain matin, sur le coup des huit heures, mon voisin reçoit son petit déjeuner. En ce qui me concerne je n’ai droit qu’à un verre d’eau. J’ai le slot numéro deux pour l’intervention chirurgicale, un autre patient ayant subi exactement la même fracture mais sur le bras droit passe juste avant moi. Du coup je devrais passer sur le billard aux alentours de 11h30.

Le stress monte vraiment au moment où on vient me chercher dans la chambre pour faire rouler mon lit en direction du bloc… Ascenseur, couloir, autre ascenseur, autre couloir… Nous arrivons finalement dans l’antichambre des blocs opératoires. Une infirmière me pose un nouveau cathéter. Ensuite c’est la longue attente de la stérilisation de la salle d’opération. Je croise l’anesthésiste, puis l’infirmière qui restera à côté de moi durant toute l’intervention. J’ai la chance d’être entouré par des professionnels formidables, extrêmement sympathique, qui tentent de me rassurer sur les opérations à venir. Probablement que mon visage ou ma voix trahissent un certain stress…

Le moment arrive. On me déplace. Je quitte mon lit d’hôpital, et monte sur celui du bloc opératoire. Il est froid. On me couvre d’une petite couverture et on m’installe les électrodes sur la poitrine. Ensuite, on me pose un masque d’oxygène pur sur le visage et l’anesthésiste me demande de respirer calmement et très profondément. Ces longues inspirations durent environ 5 minutes.

L’infirmière à côté de moi me dit de m’imaginer dans un lieu apaisant. Je m’imagine sur un front de mer ensoleillé, le paysage est magnifique, et je cours sous les palmiers en footing à 18 km/h. Bah quoi ? C’est gratuit… L’anesthésiste me dit que c’est le moment, qu’il va commencer à m’endormir. Alors qu’il injecte le produit, j’ai à peine le temps de réaliser quatre foulée de plus sur ma plage, et voilà que le soleil s’est entièrement couché à l’horizon.

Le réveil

Je préfère ne pas penser à ce qui s’est passé pendant que je dormais. Une chose est sûre c’est que lorsque je me réveille j’ai mal. À peine ai-je les yeux ouverts qu’on m’annonce que je suis en salle de réveil et que l’opération s’est bien passée. Moi, je ne me sens pas très bien… Je n’ai pas besoin de regarder le moniteur pour savoir que mon cœur bat plus vite que d’habitude. Et j’ai soif, très soif. J’ai la tête qui tourne et la nausée. Mais surtout j’ai mal. Alors je le fais savoir assez rapidement.

L’anesthésiste m’avait averti : au réveil je risquais de me sentir comme avec une gueule de bois. Du coup j’ai dû me mettre une sacrée mine car la gueule de bois est sévère!

Alors qu’on administre des analgésiques, on m’explique que l’anesthésiste (une autre) en charge de réaliser un bloc ne sera pas disponible tout de suite. Il a été convenu avant l’intervention qu’une fois celle-ci terminée, on m’anesthésierait le bras pour une durée de 12 à 24 heures.

En attendant cette nouvelle injection, je demande un peu à boire car j’ai toujours très soif. Je suis même carrément complètement déshydraté. Alors en plus d’un verre d’eau, on me donne surtout une grosse perfusion pour me réhydrater.

Enfin, c’est presque 1h40 plus tard que l’anesthésiste viendra enfin pour réaliser l’injection sous la clavicule pour endormir le bras. Le temps a filé… Entre les trois heures qui se sont passées dans le bloc opératoire, puis les deux heures qu’il m’a fallu pour me réveiller, puis l’attente de l’anesthésiste il est déjà très tard. Je me doute que ma famille qui était venue me voir n’est pas restée aussi longtemps. De plus, on me gardera en salle de réveil jusqu’à ce que ma fréquence cardiaque baisse un peu et passe sous les 100 battements par minute.

Lorsque finalement je remonte dans ma chambre il est passé 23 heures. J’ai encore la tête qui tourne et l’esprit qui vagabonde… Sur mon téléphone il y a foule de messages en attente d’une réponse. Je tente de rassurer brièvement tout le monde et je m’endors très rapidement.

Les jours suivants

En me réveillant le lendemain matin je suis toujours un peu nauséeux. Du coup je n’arrive pas vraiment à manger le petit déjeuner, me contentant du jus d’orange.

Un infirmier m’emmène alors sous la douche. Il emballe mon plâtre et mon bras dans un sac plastique tout ça reste au sec. Quel plaisir de sentir l’eau ruisseler sur le visage, ça revigore!

Ce n’est que lorsque l’on me servira le repas de midi que je pourrai enfin véritablement manger quelque chose. Cela fait 36 heures que mon estomac est vide! Et ça aussi ça me permet de retrouver de l’énergie!

Depuis le matin, grâce au bloc anesthésique je ne ressens aucune douleur dans le bras. Mais en fin d’après-midi l’effet s’estompe… C’est d’ailleurs à ce moment là qu’on m’emmène pour des radios et pour faire un nouveau plâtre. Peu après, je découvre le travail effectué sur mon coude.

De retour dans ma chambre, la douleur est de plus en plus vive. Et on aura beau me donner de la morphine et d’autres produits dont j’ignore même le nom, mais la douleur est tenace. Je serre les dents toute la nuit au rythme des prises d’analgésiques toutes les quatre heures.

Alice au pays des merveilles

Le jeudi matin, et parce que la douleur a perduré toute la nuit, l’infirmière m’apporte avec mon petit-déjeuner un petit gobelet rempli de pilules. Jaunes, bleues, blanches… Il y en a de toutes les formes et de toutes les couleurs. « On va tuer cette douleur » dit-elle.

Je prends l’ensemble d’un coup, avec une gorgée de jus d’orange. Ensuite, je mange tranquillement mes tartines. Environ 45 minutes plus tard, le cocktail chimique déploie tous ses effets. La douleur disparait presque entièrement. Et moi je me retrouve dans un état que je ne connaissais pas. Je me sens tout détendu, limite euphorique, la tête qui tourne légèrement et comme sur un nuage à 10cm du sol. Bourré mais en dix fois mieux.

Un hélicoptère se pose sur l’une des plate-formes situées devant la fenêtre. L’infirmière me demande si je vois un éléphant rose. Je réponds que non, c’est un hélicoptère, fasciné par la précision des manœuvres du pilote. Lorsque je me prépare pour aller à la douche, et que je suis sur le point de me lever, elle me demande de faire attention. Pfff… Je sais marcher, me dis-je. Mais au moment de me lever, c’est vrai que j’ai la tête qui tourne un peu. Je tiens sur mes jambes, enfin je crois.

Le reste de la journée se passe entre la chambre d’hôpital et le monde magique d’Alice aux pays des merveilles. Lors de la visite des médecins, on évoque mon retour à domicile le lendemain, si l’antalgie que l’on m’a prévue fonctionne. Car évidemment, je ne pourrai pas rentrer chez moi avec le cocktail de ce matin… Mais cela a permis de mettre le traitement régulier sur les rails. Et dès le soir, je prends ce qui deviendra pour les semaines à venir mon traitement habituel.

Le retour à la maison

Le vendredi matin, j’ai à nouveau mal dormi. Mais cela n’est le fait que de mon fantasque voisin de chambre et plus de la douleur… Bon signe! On m’annonce alors mon départ de l’hôpital pour l’après-midi.

Après le petit-déjeuner et la douche, je fait la connaissance du physio. Il est déjà temps de mobiliser légèrement le bras! En effet, pour limiter les risques de garder des séquelles fonctionnelles, il faut bouger le plus vite possible… Alors délicatement, il retire le plâtre (qui est un modèle amovible, scié dans le sens de la longueur pour être facilement retiré et remis en place). J’ai une petite appréhension. Depuis ma chute sur ce trottoir, c’est la première fois que je vais le bouger (en étant conscient du moins). Ensuite, très progressivement, je tente d’ouvrir le bras. Mais rapidement, je sens que ça « coince » et qu’il faut tirer fortement. Mince, il n’est à peine ouvert qu’à moitié. Après plusieurs minutes d’étirement, le bras s’ouvre de plus en plus…

Le début de la physio à l’hôpital

Au cours des semaines à venir, cela deviendra mes exercices quotidiens, avec trois séances de physio par semaine et ces mêmes exercices à répéter à la maison!

Je quitte l’hôpital en milieu d’après-midi. Je tiens à remercier toutes les personnes qui se sont occupées de moi au cours de ce séjour. Infirmières, étudiantes et étudiants en soins infirmiers, médecins, chirurgiens, physios, anesthésistes… Toutes ces personnes ont été formidables et tellement gentilles.

La suite

Me voilà maintenant de retour depuis un peu plus d’une semaine chez moi. J’ai effectué tout une semaine de physio et un contrôle à l’hôpital. Tout est sur les rails pour la convalescence. J’exerce toujours mon bras, pour l’ouvrir de 90 à 0°. J’en suis à environ 18° actuellement, après ma séance de ce jour. Normalement, on retirera les agrafes de la cicatrice mercredi. Un nouveau contrôle avec radios pour valider le début de la consolidation osseuse aura lieu début février.

Au niveau sportif, il va falloir être patient. Si je peux déjà, de manière inconfortable et relativement courte, pédaler sur le home trainer quelques minutes par jour, il me faudra attendre encore plusieurs semaines pour retourner courir. Pour la natation, cela se compte en mois. Deux, peut-être trois…

Actuellement, mon absolue priorité est de retrouver le plus rapidement le plein usage de mon bras gauche. C’est la seule chose qui compte. Mais au fond de ma tête, une petite voix me dit de ne rien lâcher sur les ambitions de la saison. Et j’ai toujours bon espoir de revenir aussi fort, voire même plus fort que je ne l’avais prévu pour l’Ironman de Thun.

Je vais revenir, plus fort, avec un bras comme neuf. Et je vais reprendre cette année 2020 à pleine vitesse. Cette année qui, en quelques sorte, a démarré sans moi…

51 commentaires pour “Comme si 2020 avait démarré sans moi…

  1. Ouah, trop désolé . Pas grand chose à dire à part bon rétablissement!! Prends le temps qu’il faudra, et oui garde tes rêves et tes objectifs pour 2020.

    Tout de bon.

  2. Bon courage Greg, très bon rétablissement à toi
    Mort de rire en lisant ton passage sur les pilules colorées !!!
    Et pour être passé par là il y a 15 ans en pleine préparation marathon, il faut parfois savoir renoncer plutôt que de chercher à reprendre trop vite, avec le risque de conserver quelques séquelles ou gênes.
    Repose toi bien, t’inquiètes pas, on survivra quelques temps sans tes tests de fond en comble (mais pas trop longtemps tout de même)
    Bonne récupération, en espérant te retrouver très rapidement avec tous tes moyens

    1. Salut!

      Les tests ne s’arrêtent jamais, mais je vais tester d’autres choses… En tout cas c’est sûr, la priorité absolue reste la récupération! Quant aux pilules colorées, c’était un épisode surprenant et… intéressant ;-)

      Sportivement

  3. Bon rétablissement Greg. Tu vas revenir en trombe avec la niaque pour nous faire encore et encore des articles toujours aussi bien et intéressants.
    Bon courage
    Sportivement

    1. Ben dis donc cela ne donne pas du tout envie de se casser un truc cette histoire
      Comme un banal bras cassé prends une bien autre dimension quand il s’ agit de notre pomme.

      Bon rétablissement et courage !

    1. Très belle conclusion, ne lâche rien et tu reviendras plus fort !
      Mais surtout, comme ça a déjà été dit dans les commentaires, ne grille pas les étapes, ce serait trop bête d’être embêté des années pour quelques semaines de gagnées

      En tout cas ton récit est vraiment très bien fait, merci pour le partage de ce moment pas facile. Très bon rétablissement à toi !

  4. Bon courage et bon rétablissement Greg.

    Ne brûle surtout pas les étapes de ta convalescence.
    Parfois, vouloir gagner quelques semaines se transforment en années de galère…

    1. C’est tout à fait vrai ….pour ma part ça de passe au. Ibrahim du genou. Très handicapant également car 3 interventions chirurgicales plus tard je n’arrive plus à pratiquer notre sport comme avant ( des séances courtes lorsque ça passe … ).
      Il faut prendre son temps , une année dans une vie entière n’est rien finalement.
      Faite preuve de résilience en 2020 de rendra sans doute plus fort !!
      Bon rétablissement encore une fois.

    2. Oui j’en suis parfaitement conscient. Je fais les chose bien, dans l’ordre, et le plus « à fond » possible par rapport à ce qu’on me demande ou conseille. Pour autant, j’essaie vraiement de ne rien faire de « stupide » ;-)

      Merci !!

    1. Bienvenue au club…le 2ème jour de cette nouvelle année, j’ai volé au dessus du VTT! Luxation type 2 de l’épaule.
      Alors oui, notre nouvel amis est le HT et tu verras..on en invente des entraînements ️‍♂️ Du coup je te souhaite un bon rétablissement et belle progression en EP2i, fractionné, pedalage sur une jambe et j’en passe

  5. Bonjour Greg,

    je t’ai lu avec attention, comme à mon habitude, et j’ai même parfois souri (vive les pilules, comme dirais Goldman dans « Jeanine Médicaments Blues »), en tout cas je te souhaite vraiment du courage pour traverser ce moment et c’est certain tu vas revenir encore plus fort. Fab

  6. Bon courage et bon rétablissement !
    C’est ce genre de malheur qui nous font apprécier les bonnes choses et nous revenir plus fort, en temps voulu ;-)

      1. Bon rétablissement !
        Cela me rappelle mon opération suite à ma rupture du tendon d’Achille. Concernant la course a pieds, Le chirurgien m’avait dit qu’il me fallait 10 à 12 mois pour courir à nouveau ! En moi meme je me disais : je suis une machine dans 6 mois je cours à nouveau :-) ben le chirurgien avait raison : j’ai mis 9 mois avant de refaire un 10 km !
        Maintenant c.est de l’histoire ancienne et plus qu’une cicatrice !
        Tu en ressortira plus fort et plus combattant encore et tu sauras ce que signifie : patience ! :-) Même si pour le moment c’est pas le moment le plus sympa de ta vie !
        Encore bon rebablisement et un bras cassé cela ne t’empeche pas d’enregistrer plein de podcast :-)

  7. Bien venu au club…le 2ème jour de cette nouvelle année, j’ai volé au dessus du VTT! Luxation type 2 de l’épaule.
    Alors oui, notre nouvel amis est le HT et tu verras..on en invente des entraînements ️‍♂️ Du coup je te souhaite un bon rétablissement et belle progression en EP2i, fractionné, pedalage sur une jambe et j’en passe

  8. Bienvenue au club…le 2ème jour de cette nouvelle année, j’ai volé au dessus du VTT! Luxation type 2 de l’épaule.
    Alors oui, notre nouvel amis est le HT et tu verras..on en invente des entraînements ️‍♂️ Du coup je te souhaite un bon rétablissement et belle progression en EP2i, fractionné, pedalage sur une jambe et j’en passe

  9. Je lis régulièrement tes revues avec bcp d’attention. Désolé de voir que tu es out pour un certain temps. Un bon conseil : surtout ne pas vouloir reprendre trop vite ! Plein de courage de Belgique !

  10. Merci pour ton témoignage et désolé pour cette chute et ses conséquences très pénibles !
    Je te souhaite un très bon et prompt rétablissement et beaucoup de patience.

  11. Bon rétablissement!
    Perso grosse fracture et luxation de l’épaule au début du printemps dernier juste avant de commencer la saison… et j’ai passé ma saison à rééduquer cette épaule plutôt qu’à rouler. 1h30 par jour de travail spécifique sans rien lâcher. L’épaule, c’est très compliqué. On verra pour ton bras. Bcp d’énergie et de temps pour récupérer pendant 6 mois. Quelques baisses de régime par moment mais au niveau mental j’ai bien tenu, surement une aide d’avoir une discipline sportive déjà bien installée. Récupérer ton bras sera donc ton principal objectif. Et réussir à revenir en faisant une rééducation intelligente, c’est aussi une belle réussite…même si on préférerait éviter de passer par là…

  12. Non mais quelle histoire….vraiment désolé pour toi.
    J’espère que tu te remettras très vite, mais il faut savoir être pragmatique, se dire que ça aurait pu être pire et faire doucement pour la reprise.

    Tous mes vœux de convalescence!!!

  13. Bonjour Greg,
    Je suis préparateur mental dans le sport de haut niveau. Le chemin qui va te mener a tes 100% d’efficience en passant par t’a réathlétisation, peu vraiment être un truc génial. Parce que tu vas pouvoir en faire un vrai outil pour le Greg de demain.

    Je viens d’acheter une suunto spartan ultra et c’est comme ça que je suis tombé plusieurs fois sur ton site.

    La contribution que je peux t’offrir est ma compétence. Du coup n’hésite pas si tu as envie. Et j’ai bien écris offrir :-)

  14. bonjour Greg vraiment désolé pour cette mésaventure je suis convaincue que tu vas vite te remettre en forme est que tes objectif 2020 seront tenu….

    bon rétablissement (-;

    Marco

  15. Désolé pour toi. Je me suis cassé le coude il y a un an ( luxation + fracture ulna + tête radiale ) en chutant en vélo sur un sol gelé. J’ai fait un an de rééduc mais avec une perte d’extension non récupérable ( 40 degrés ). J’ai été réopéré fin décembre pour retrait du matériel et arthrolyse pour tenter de regagner en extension. Après 1 mois de travail j’ai récupéré 20 degrés et j’espère continuer à gagner. J’espère que ton chemin sera plus simple. Courage à toi pour la réeducation et merci pour ton blog.

  16. bon courage et bon rétablissement
    il y a quelques années je me suis pété le genoux pour moi la course à pied c’est fini
    le vélo c’est en douceur j’en suis bien triste

  17. Courage, il m’est arrivé une mésaventure similaire. Le 30 décembre 2018, lors d’une petite balade à vélo, la roue avant s’est dérobée sur une plaque de verglas et je me suis fracturé le cotyle.
    Comme vous, j’ai été opéré et j’ai maintenant une plaque et 7 vis à vie dans le bassin.
    Je pourrai plus jamais courir mais à force de ténacité, j’ai pu remonter sur un vélo mi juin et maintenant j’arrive à faire 100km sans trop de douleurs.
    Le chemin sera long, parfois difficile mais je suis sûr que vous vous en remettrez.
    Bon rétablissement

  18. Et moi qui voulais te demander un podcast sur le sport et la santé… Comment minimiser le stress sur le corps pour faire du sport bien au delà de la retraire. Éviter les blessures, se remettre d’un accident, gérer ses contraintes corporelles (tendinites chroniques, hypertension, problèmes cardiaques, …).

    Bref, le sport pour les jeunes qui veulent en faire toute leur vie ou les vieux qui veulent rester jeune.

    En espérant te voir organiser quelque chose dans ce sens, car tes podcast sont vraiment très instructifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.