Le capteur de sommeil Withings Sleep testé de fond en comble

promotion Promotion en cours: C'est l'heure des nouveautés 2020 chez i-run! Avec le code NEW20, bénéficiez de -20% sur les nouveautés chaussures et textile, hors produits non éligibles.

S’entrainer pour s’améliorer, c’est la base de la progression pour un sportif. Mais de l’avis général, la récupération est tout aussi importante que l’entrainement. Le sommeil en particulier est un aspect crucial à intégrer dans un plan d’entrainement global. Quasiment toutes les marques de montres cardio GPS du marché l’ont bien compris et tentent de quantifier et de mesurer le sommeil sur leurs montres. Mais il se peut que l’on souhaite dormir sans sa montre. Ou alors que l’on en utilise plusieurs de marques différentes. Dans tous ces cas et même bien d’autres, le capteur Withings Sleep, un capteur dédié pour mesurer le sommeil, sera peut-être une solution simple, efficace et complète. Présentation dans ce test!

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec mon propre Withings Sleep. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce test n’est pas sponsorisé, comme aucune de mes publications d’ailleurs. Ce test a été initialement publié le 27 janvier 2020.

Ou l’acheter ?

baz_40On trouve désormais l'article Withings Sleep à peu près partout et vous pouvez l’acheter là où vous le souhaitez! Mais si vous l'achetez sur l'un des sites partenaires de nakan.ch, en utilisant le lien sur l'un des logos ou sur Wahoo Fitness Europe, vous me soutenez pour la réalisation de futurs tests de matériel sur le site! Et cela ne vous coûte rien de plus. Vous économisez même 15% chez i-run.fr sur les nouveautés textiles et chaussures avec le code promo IRUN15

Pour accéder directement sur le modèle le moins cher, utilisez ce lien. Sinon, consultez tous les modèles disponibles sur le comparateur.

Ce qu’il faut savoir

Avant de démarrer la présentation du Withings Sleep, voici quelques pré-requis souhaitables ou nécessaires pour son bon fonctionnement, ainsi que quelques données importantes à connaitre pour choisir en connaissance de cause:

  • Un réseau Wi-Fi de 2.4 Ghz est nécessaire pour le bon fonctionnement du Withings Sleep.
  • Le Withings Sleep se pilote et s’utilise avec une application à installer sur un smartphone Apple iOS ou Android.
  • Les données de sommeil, donc des données de santé sont stockées dans le Cloud (sur les serveurs informatiques) de la société Withings. Société française, elle est soumise à RGPD pour tous les utilisateurs de l’UE.
  • Le Withings Sleep utilise des connexions Bluetooth et Wi-Fi, mais ne les active pas durant le sommeil. Elles ne sont activées que lors de snychronisation de données.

Le grand déballage

Chez Withings, on se soucie du détail. Et dès le déballage, on le ressent. La marque livre des appareils soignés dans un packaging qui l’est tout autant.

Le contenu complet du packaging est le suivant:

  • Un capteur Withings Sleep, qui se présente sous la forme d’une sorte de couverture pliée en 4 avec un câble USB.
  • Deux adaptateurs secteurs USB muraux, un européen, et un au format des prises du Royaume-Uni.
  • Un guide de démarrage rapide.

Présentation du Withings Sleep

Le capteur Withings Sleep se présente sous la forme d’un petit tapis textile d’environ 64x20cm. Son épaisseur n’excède pas 5mm. A l’intérieur, un petit module électronique là où est fixé le câble USB. Le reste du tapis n’est qu’un capteur passif.

Pour un objet que l’on ne verra quasiment jamais une fois installé, la finition est remarquable. Comme à son habitude, Withings propose un accessoire au look soigné, aux matériaux haut de gamme, et à une qualité de fabrication exemplaire.

On notera encore que l’enveloppe en tissu du Withings Sleep peut être retirée pour être lavée en machine si nécessaire. Mais cette enveloppe ne passe pas au sèche-linge. Inutile de recommander d’attendre que l’ensemble soit parfaitement sec avant de glisser l’électronique à nouveau dedans ;-)

Installation et mise en route

La mise en place est des plus simple. On glisse simplement le Withings Sleep sous le matelas, à heuteur de la poitrine approximativement. L’image suivante illustre le placement dans mon lit. Le Withings Sleep est alors glissé entre le matelas et le sommier:

Ensuite, il suffit de connecter le câble USB (Withings en a prévu un suffisamment long, environ 2.5m) dans l’adaptateur secteur fourni.

Une fois le capteur en place, on installe l’application Withings Health Mate sur son smartphone et on lance l’installation du nouvel appareil. La procédure est entièrement guidée dans l’application:

La suite est tout aussi simple: configurer le réseau Wi-Fi pour que le capteur puisse envoyer ses données dans le Cloud de Withings. Après la mise en place initiale, une période de « calibrage » du capteur d’environ 10 minutes est nécessaire. Durant ce calibrage, il ne faut pas s’assoir ou se coucher sur le lit. Cette procédure n’est à effectuer qu’une seule fois.

L’application mobile pour l’analyse des données

Ensuite, pour collecter des données de sommeil, il suffit… tout simplement d’aller dormir. Tout est entièrement automatique! Après s’être levé le matin, on retrouve rapidement les données de la nuit de sommeil dans l’application. Les données analysées par le Withings Sleep sont les suivantes:

  • Durée de sommeil
  • Heure de lever et de coucher
  • Temps d’endormissement et temps avant de se lever après le réveil
  • Cycles et phases de sommeil: sommeil léger, profond, paradoxal
  • Rythme cardiaque tout au long de la nuit
  • Durée et intervalles de ronflements

Voici visuellement à quoi ressemble l’analyse complète d’une nuit de sommeil une fois synchronisée dans l’application mobile:

On découvre ainsi toutes les données pertinentes de la nuit. Il est aussi possible de les consolider pour avoir une vue des tendances de la semaine ou du mois.

En règle générale, pour un appareil entièrement automatique, les mesures me semblent « au feeling » plutôt fiables et convaincantes. Les interruptions de sommeil en particulier sont correctes. Plus difficile de juger des phases évidemment.

Un score général de sommeil

On voit sur le récapitulatif que l’ensemble des données est consolidé avec un score de sommeil général. Toutes les données (profondeur et durée du sommeil, ainsi que le nombre d’interruptions) sont prises en compte pour ce score. Withings considère la nuit de sommeil comme suffisamment reposante à partir d’un score de 75. Le maximum est de 100.

Comparatif des mesures du Withings Sleep avec d’autres appareils

Au cours de mon évaluation du Withings Sleep, j’ai aussi porté quelques montres qui analysent elles aussi le sommeil. En particulier la Polar Vantage V après sa dernière mise à jour, ainsi que la Garmin fenix 6. Voici donc deux nuits, mesurées par l’une et l’autre de ces montres, ainsi que le Withings Sleep, et la comparaison des données obtenues.

Comparaison avec la Polar Vantage V

Durant la nuit, j’ai porté au poignet la Vantage V, tandis que le Withings Sleep analysait mon sommeil de son côté. Voici les données accumulées par la montre de Polar:

Du côté de Withings, on constate les données suivantes:

Et voici les données croisées dans un tableau comparatif, pour tout ce qu’il est possible de comparer:

 Withings SleepPolar Vantage V
Durée de sommeil07h3008h01
Heure de coucher00h0223h41
Heure de lever07h5907h42
Sommeil léger4h434h35
Sommeil profond1h571h02
Sommeil paradoxal0h501h40
Durée d'interruptions0h270h44
Score de sommeil74/10071/100
Fréquence cardiaque moyenne63 bpm--
Fréquence cardiaque basse52 bpm60 bpm

En conclusion sur ce premier comparatif, je peux affirmer que les heures de lever et de coucher sont plus juste du côté de Withings. Si je me suis bien glissé dans mon lit à 23h30, j’ai lu jusqu’à 23h50 environ. Je ne me suis donc pas endormi à 23h41 comme le dis la Vantage V. Mon réveil était réglé à 8h00, et je suis resté dans mon lit jusqu’à environ 8h15… Donc encore une fois, le Withings Sleep a vu juste.

Pour le reste des données, je ne peux pas vraiment juger de leur justesse, ne chronométrant pas mes phases de sommeil ou de réveil au cours de la nuit. Mais on voit que, dans une certaine proportion, les deux appareils sont à peu près d’accord en règle générale. Sauf peut-être pour la distribution sommeil profond et sommeil paradoxal…

Comparaison avec la fenix 6

Pour cette nuit là, j’ai porté la Garmin fenix 6, et le Withings Sleep faisait son job de son côté. Voici les données collectées par la montre de Garmin:

Du côté du Withings Sleep, voici les données collectées:

On voit que Garmin donne un peu mois de données que Withings ou Polar, mais voici ce que l’on peut croiser comme données:

 Withings SleepGarmin fenix 6
Durée de sommeil07h5508h56
Heure de coucher00h3800h08
Heure de lever08h4009h15
Sommeil léger5h086h04
Sommeil profond2h000h10
Sommeil paradoxal0h472h42
Durée d'interruptions0h070h11
Score de sommeil85/100--
Fréquence cardiaque moyenne58 bpm--
Fréquence cardiaque basse46 bpm53 bpm

Même constat que pour la montre Polar: la fenix 6 de Garmin a considéré comme temps de sommeil dès le moment où je suis allé me coucher. Mais comme à mon habitude, j’ai lu presque 30 minutes. Ce temps a été correctement considéré par le Withings Sleep. La durée de sommeil est donc plus juste du côté de Withings que de Garmin ou Polar.

On voit au niveau des cycles de sommeil d’énormes différences. Et le temps donné par Garmin en sommeil paradoxal (ou REM), me semble largement trop élevé, par rapport aux données moyennes de nombreux autres appareils, dont la Polar ci-dessus et le Withings Sleep. J’aurai donc plus facilement confiance en ce dernier.

Il est surprenant de voir que la fréquence cardiaque proposée par Withings, mesurée au travers du matelas, semble plutôt cohérente… Il faudrait que je porte une ceinture thoracique avec mesure continue une nuit pour le valider plus en détail… Si je le fais, je mettrai le résultat ici !!

Encore une fois, pas d’analyse scientifique pour départager les différents appareils utilisés ici, mais dans les grandes lignes, les données fournies par le Withings Sleep me semblent cohérentes.

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le podcast: Des épisodes de 30-40 minutes sur des thématiques de fond, sur l'entrainement, la technologie, l'alimentation ou bien d'autres sujets encore. A écouter sans modération!
Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Newsletter

Restez connecté et ne ratez aucune nouveauté grâce à la newsletter!

Conclusion

Voilà presque 6 semaines que j’utilise le Withings Sleep. Je n’ai jamais utilisé un appareil aussi simple d’emploi. On le configure la première fois, on le met en place puis on l’oublie et on a des données sur l’ensemble de ses nuits de sommeil. Impossible de faire plus simple.

De plus, les données fournies sont complètes. Après quelques jours d’utilisation, des tendances se dessinent dans l’application avec des indication sur la régularité ou non des heures de sommeil.

La quantité de mesures est aussi impressionnantes. Les ronflements par exemple, qui analysent surtout les vibrations (il n’est pas possible de s’écouter ronfler avec le Withings Sleep) et les perturbations de réspiration. Cela pourra probablement aider à déceler ou mettre sur la voie d’une éventuelle apnée du sommeil.

Globalement, le fonctionnement du Withings Sleep, son rapport qualité/prix et la qualité de la conception de l’application qui l’accompagne en font mon choix de référence pour qui veut analyser simplement son sommeil!

J’ai aimé ou pas aimé

Sur le Withings Sleep, j’ai aimé:

  • La facilité de mise en place et la discrétion du capteur une fois installé
  • L’appareil qui se fait ensuite oublier et qui analyse tout en détail sans aucune intervention
  • La possibilité pour les membres du couple d’avoir chacun leur Sleep de leur côté du lit. Mais attention, il faudra rester de son côté ;-)
  • La qualité de finition et de fabrication.

J’ai moins aimé:

  • La nécessité d’envoyer ses données de sommeil et de santé dans le Cloud de Withings. Une synchro locale sur le smartphone serait préférable (mais plus personne ne le propose)

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour aller sur les sites amazon.fr, i-run.fr ou Wahoo Fitness Europe. En passant par les liens ci-dessous, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Les prix sont mis à jour une fois par jour. Vous pouvez configurer des alertes de prix grâce au comparateur pour être informé automatiquement en cas de baisse de prix! Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN.


5 commentaires pour “Le capteur de sommeil Withings Sleep testé de fond en comble

  1. C’est une alternative très intéressante au port de la montre (personnellement, porter une montre la nuit, ce n’est pas du tout mon truc !). Par contre, je suis intrigué par la mesure de fréquence cardiaque et je me demande comment celle-ci est mesurée à travers le matelas ???

  2. Et lorsqu’on a un matelas à mémoire de forme (type Tepur), est-ce que c’est tout aussi efficace ?
    J’aurai peur que les mouvements soient tellement atténués par le matelas que le capteur, placé dessous, ne « capte » plus rien…

    1. Antoine, ça fonctionne avec un Tempur, j’en possède un et le capteur Withings et ça fonctionne. Où je suis toujours étonné, c’est pour la fréquence cardiaque qui fonctionne aussi.

  3. Une question un peu conne: à qui ça sert tout ça???
    Moi j’ai un appareil de suivi du sommeil très précis: quand j’ai du mal à me lever le matin, je sais qu’il faut que je dorme plus.

    Là, on est en train de faire une mesure moins précise que les informations que donne le corps et on prend ça comme référence.
    Je trouve qu’avec cette tendance à vouloir tout quantifier on a tendance à obtenir des chiffres imprécis et qui donne l’impression de savoir quelque chose.
    Body battery, mesure du sommeil, calories journalière… autant de pseudo mesures à 4 chiffres dont la précision laisse vraiment à désirer. D’ailleurs le top de mon côté est la montre garmin qui estime que mon sommeil est sans phase paradoxale et qui pense que je dors quand je regarde la télé au fond du fauteuil…

    Je pense qu’il faut revenir au fondamentaux:
    1) mesurer ce qu’on ne peut pas sentir et qui est fiable (la fréquence cardiaque, la puissance, vitesse…)
    2) mesurer ce sur quoi on pense pouvoir et vouloir avoir une action. Si c’est juste pour constater les dégâts autant ne rien mesurer, on évitera la déprime de voir sa mesure en permanence dans le rouge. (je pense surtout au nombre de personnes qui pour maigrir achètent une montre de sport mais l’utilisent surtout pour voir qu’il n’en font pas)

    Sinon, l’article est top comme toujours sur nakan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.