Focus

Performances sur les segments, Strava serre la vis

promotion Promotion en cours: Sprint final pour les Running Weeks chez i-run. C'est le moment de faire des bonnes affaires sur le textile, les chaussures et le cardio GPS!

Tout le monde l’aura évidemment compris, il s’agissait du poisson d’avril 2022. Non, votre médecin ne devra pas certifier votre poids, ni votre notaire d’ailleurs!

La plate-forme Strava est une habituée des annonces fracassantes, et il se passe rarement un mois sans que l’on parle d’une fonction, d’une décision ou d’un changement de politique de l’application préférée des sportifs en mal de comparaison. Il est vrai que depuis maintenant de nombreuses années, on se compare entre sportifs sur des segments, des challenges, des cumuls de dénivelés ou de kilomètres. Pour certaines ou certains, cette application vire à l’obsession, on se souvient en particulier de l’épisode du piratage massif des services de Garmin, qui rendait la synchronisation des montres de la marque impossible durant près de 10 jours. Plusieurs sportives ou sportifs avaient alors décidé d’annuler ou de repousser leurs sorties pour pouvoir les afficher sur la plate-forme orange. Et toute personne qui a déjà utilisé l’application Strava s’est déjà posé la question: la performance sur ce segment du premier ou de la première est-elle légitime? Est-ce que le KOM/QOM que je vise depuis des semaines a été gagné par son ou sa propriétaire à la loyale? C’est certain, les abus et la tricherie existent sur Strava, mais quelle est leur ampleur? L’application elle-même semble se saisir de manière radicale du problème.

Une confiance à conserver intacte

Pour que l’attrait de la plate-forme reste intact, Strava a tout intérêt à garder un écosystème équitable et juste. Qui voudrait continuer à batailler sur des segments si l’on sait que les premières positions ont été acquises sur des vélos électriques, à moto ou en voiture? Qui voudrait continuer à charrier ses collègues de club si ces derniers ajoutent des sorties générées par une IA dans leur flux d’activité ? C’est pour lutter contre cette utilisation abusive que Strava serait en train de travailler à une nouvelle version de ses conditions d’utilisation.

Des contrôles très poussés sur les meilleures performances

Alors qu’on sait que Strava garde un œil attentif sur les performances réalisées sur des segments en vue, par exemple la montée de l’Alpe d’Huez, les performances hors du commun réalisées sur la montée du Pré-aux-Boeufs de Châtel-sur-Morgnes-dessous semblaient passer sous le radar. Mais tout ceci pourrait changer, et conquérir un KOM/QOM ou devenir un/e Local Legend pourrait devenir un peu plus compliqué. D’après les premières fuites, des dispositions devraient entrer en vigueur avant l’été dans les conditions générales de la plate-forme, parmi lesquelles les mesures de contrôle suivantes.

Sexe, poids et âge seront validés

Avant de commencer, le profil de l’athlète devra refléter la réalité en ce qui concerne le poids, le sexe et l’âge, puisque des classements distincts sont effectués selon ces critères. Il ne s’agit que de la première étape, mais la véracité du profil sera une condition stricte pour pouvoir prétendre à des performances validées. Ainsi, il faudra fournir à la plateforme un document stipulant ces données et certifiées par un notaire ou un médecin agréé. Le document devra être renouvelé tous les 3 mois.

Bien entendu, il sera possible de continuer à utiliser l’app sans faire valider ses données, mais aucune performance sur des segments ne pourra être enregistrée.

Chaque sortie enregistrée pourra être vérifiée aléatoirement

Chaque activité chargée dans l’app pourra faire l’objet d’un contrôle. Ainsi, des opérateurs pourraient procéder à une enquête auprès des personnes qui ont apparemment effectué l’activité avec vous, vous demander d’envoyer pour expertise technique la montre ou le compteur utilisé pour enregistrer l’activité ou encore demander une corrélation des données des réseaux mobiles pour corroborer la présence de votre smartphone sur les lieux de l’activité enregistrée.

Si par hasard l’une de vos activité est visée par un tel contrôle et devait ne pas pouvoir être certifiée, toutes les activités réalisées dans les 6 mois précédents seraient invalidés, et un contrôle accru serait réalisé sur vos activités futures.

En cas de grosse performance sur un segment, mieux vaut prévoir des preuves

Enfin, l’élément principal est axé sur la vérification de toutes les « grosses » performances réalisées sur des segments. Si vous prenez un KOM/QOM, la performance sera systématiquement mise en attente de vérification. Alors, si votre profil est certifié, vous recevrez un message vous demandant des pièces justificatives. Plus vous pourrez en fournir, plus vite sera validée la performance, et les options sont nombreuses: images de caméras embarquée (type GoPro) ou de drone, certification de la performance par un notaire, expertise technique de votre vélo, rapports de tests d’efforts, certificats de calibration de votre capteur de puissance, rapports de tests anti-dopage… Envoyez tout ce que vous pouvez.

Aucun détail ne filtre actuellement sur la longueur de la procédure, ni le niveau de détails requis pour avoir réalisé une performance sur un « petit » segment. Strava annonce la mise en place de partenariats, par exemple avec les fédérations de cyclisme de différents pays, afin de procéder à ces contrôles.

Une nécessité, selon le responsable du programme

« La frustration de certaines ou certains abonnés les ont poussés à quitter la plateforme, pour nous c’est insupportable », commente John Shitbull croisé devant les bureaux de Strava aux États-Unis. Il nous indique être en charge de cette réforme. « Nous devions prendre des décisions fortes, et lutter contre ce qui pourrait devenir un fléau si on décidait de rester les bras croisés… ». L’homme est conscient de la contrainte que cela va imposer, il s’explique: « La lutte contre le dopage est quelque chose de lourd, de complexe et de coûteux, mais c’est quelque chose d’absolument nécessaire pour maintenir l’équité dans le sport. Notre politique va dans le même sens ». Quant aux coûts que cela pourrait engendrer, il se veut rassurant: « Les prix d’abonnements de seront pas modifiés, car notre politique est de reporter les frais inhérents à la fourniture de preuve à celui ou celle qui a réalisé la performance, et non à toute la communauté ». Avec un sourire, il affirme « De tout temps, Strava a été une plate-forme utilisée par quelques-un/es pour frimer. Désormais, il va falloir montrer patte blanche pour continuer à le faire, et payer quelques expertises… C’est tout! ».

Conclusion

Bien entendu, ces premières impressions seront à confirmer une fois que les règles définitives seront en place, pour savoir exactement de quoi il retourne. Encore une fois, le calendrier et les mesures qui seront réellement applicables peuvent encore largement évoluer. Et tant que rien n’est officiel, ne vous privez pas d’aller réaliser (en tout fair-play) de belles performances sur les segments. Mais ensuite… rien ne sera plus pareil.

Bien sûr, on peut entendre les arguments en faveur d’un monde plus juste, plus équitable. Mais pour bon nombre d’entre-nous, est-ce que tout ceci ne sera pas simplement le coup d’arrêt à toute tentative de conquête de KOM/QOM? Personnellement, je me vois mal passer tous les 3 mois chez mon médecin pour valider mon poids. Encore moins chez mon notaire…

16 commentaires

  1. Autant je trouve l’intention bonne, autant les moyens à mettre en œuvre sont dissuasifs et intrusifs. Je suis très loin d’un KOM, mais vraiment, je ne justifierai jamais de tout cela, notaire, médecin, envoyer son compteur ? Et puis quoi encore ?
    C’est un moyen de reporter leur travail de tri et de filtre sur leur communauté : avec un peu de Big Data et d’IA, on peut à mon humble avis éliminer 99% des fausses performances.
    Pour les 1% restants ? Cela voudra dire de la part des tricheurs, déployer des moyens de triches énormes…juste pour un KOM ? Tout ça pour ca ? Ces gens là m’inspirent plus pitié que dégoût…
    Et en plus, il y a un moyen beaucoup plus simple : laisser la performance dans le classement, mais l’indiquer comme performance suspecte, avec la possibilité de fournir des preuves pour supprimer cela : au moins le nom des « tricheurs » est affiché, et ils pourraient volontairement (ou pas) supprimer cette mention.

    1. j ai une fois oublié mais gps dans la voiture et strava m’a tout de suite indiqué que les vitesses n’etais pas coherentes , c’est plutot pas mal

  2. Poisson d’Avril ou pas, il est vrai que certaines performances dans des segments sont « impossibles ». Strava avait annoncé il y a quelque temps, qu’ils allaient améliorer leur algorythme et pourtant je vois toujours des segments de course à pied faits en vélo présents dans les classements.

  3. Purée, j’ai marché jusqu’à l’évocation de l’envoi de la montre et/ou du compteur . Puis la lumière s’est allumée, 1er avril… Mais comme tout bon canular, il s’appuie sur une problématique réelle, dixit le gars qui n’a jamais réussi à obtenir un KOM de sa vie mais qui est convaincu que c’est uniquement parce que les autres trichent . Merci pour cette blague en tout cas

  4. du grand art. J’ai marché, couru … presque un KOM sans justificatif !

    Bravo

    Pour info, je n’ai pas renouvelé mon abonnement Strava car les segments sont trop vérolés. le côté social ne me manque pas trop et pour l’analyse, j’alterne entre nolio et intervals.icu …

  5. Chez moi les rares KOM sont faits à la régulière, mais en effet, je suis sûr que mon dernier fait sur une ligne droite de 1 km avec un vent de dos à 80 km/h a déjà était battu, mais pour moi le vrai pb sont ceux en bosses où tu vois un obèse de 125 kg qui roule 2 sorties an, mettre 20s à un Paul Delpeuch ou un Boris Orlhac, où là tu te dis que le mec est pas clean car que ce sois Paul et surtout Boris ce sont parmi les meilleurs du pays quand ça monte. Pour le coup, je pense que l’idée de justifiée est pas mal, mais pour le coup, le faire sur les gros segments ceux où tu as plus de 1000 mecs dessus. Sur les petits pas besoin de prendre autant de précautions, on connait les mecs et par exemple, il m’est arrivé de signaler un type qui avait fait le KOM en scoot car ça paraissait trop gros, j’avais réalisé le meilleur temps sur une séance de PMA en VTT et le mec mets 3 minutes à un copain qui a fait un top 5 au France VTT. Idem pour la Bastille à Grenoble, le mec s’est fait pincer pour dopage. Pour mon cas je me tape des kom, j’aime simplement voir comment j’ai progresser, bref sur cela pas besoin de faire payer pour passer de la 700/900 place à la 180ème/900 place car j’ai fais la montée en PMA. (j’ai fais ça dans l’Escrinet il y a peu, j’avais fais mon temps 2019 en récupe ap une course de 70 km et cette année, je l’ai passé au seuil et vent de dos). Donc pour justifier on peut aussi faire comme cela et si ça parait suspect demander un certif médical. Moi il suffit de mater une de mes vidéos pour voir que je suis coureur en situation d’Autisme et avec un poids de colombien, l’un des plus maigres du peloton séniors français avec mes 46 kg pour 1m68.

  6. Bravo pour ce poisson d’avril et bien vu car c’est une vraie problématique. Et sur ce sujet je trouve que Strava ne fait pas son job alors que c’est extrèmement facile à faire. Pour moi, il y a deux types de coureurs :
    -ceux qui ne se prennent pas la tête et qui courent pour le plaisir et pas pour être dans le haut du tableau. Pour ceux là, aucun problème, pas besoin de checker leur performance, elle ne gênera personne.
    -ceux qui courent pour les KOMs et les classements et qui ont des performances dignes des 20 premiers dans leur catégorie. Ils ne sont pas nombreux et ce sont évidemment ceux qu’il faut surveiller et c’est très facile car ils ont tous la montre GPS cardio qu’il faut pour analyser leurs données. Il suffit donc, pour Strava, de prendre tous ces super perfs et de vérifier la bonne synchro entre la vitesse et le cardio….c’est tout…si le cardio reste faible et ne correspond pas au changement de régime, c’est surement qu’il y a un souci….rien qu’avec ce test on peut éliminer une grosse partie des triches….et si il n’a aucun cardio d’enregistré pour ce type de performance…eh bien on ne valide pas le segment car il y a un gros doute sur la triche….c’est le seul point contraignant que Strava pourrait demander….

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.