GoPro Hero 2: le test

Toujours en mouvement, le blogueur triathlètique a besoin d’appareils de prise de vue robustes et adaptés à tous les environnements. Voyons dans cet article en détail la star du moment des caméras embarquées pour les activités sportives « extrêmes », j’ai nommé la GoPro. Très exactement, le modèle testé est la GoPro Hero 2 Outdoor Edition.

Packaging

La caméra GoPro Hero 2 est vendue dans différentes configurations, en fonction de l’activité pour laquelle la caméra sera utilisée.

Quoi qu’il en soit, dans les différentes éditions la caméra et son boitier étanche sont tous les mêmes, seuls les dispositifs de fixation diffèrent:

  • Outdoor Edition: comprend une fixation pour casque ventilé, un système de fixation pour mettre la caméra sur la tête et 4 supports autocollants (deux plats, pour des skis par exemple, et deux incurvés).
  • Motorsport Edition: comprend une ventouse pour fixation sur une surface plane (carrosserie, vitre) 5 supports autocollants (trois plats, deux incurvés) et deux bras différent pour y monter la caméra.
  • Surf Edition: comprend un système de fixation pour planche de surf à deux ventouses ainsi qu’un système de flottaison pour la caméra et son boitier.

Première impression

La première chose qui frappe quand on prend en main la GoPro la première fois, c’est le côté rudimentaire de l’appareil. La petite caméra n’est munie en tout et pour tout que d’un objectif, de deux boutons, deux LED et d’un petit écran LCD. Il n’y a pas de viseur ou d’écran de visualisation.

Le boitier étanche de la caméra donne une bonne impression de robustesse, contrairement à la caméra elle-même qui semble plutôt fragile. Mais une fois dans son boitier, dans lequel elle s’ajuste parfaitement, le tout semble suffisamment résistant pour aller jouer dehors. Quoi qu’il en soit, on comprend assez vite qu’il faudra s’assurer qu’elle est bien fixée sur le vélo pour ne pas la voir se détacher à 30km/h. Dans un tel cas, je ne lui donnerais pas beaucoup de chances de survie.

Après avoir complètement chargé la batterie (directement dans la caméra) à l’aide d’un câble mini-USB, je place la caméra dans son boitier et c’est parti pour les premiers essais « grandeur nature »!

Les systèmes de fixation

Qu’on se le dise tout de suite, je trouve qu’il manque clairement un support de guidon dans l’assortiment de la GoPro Outdoor Edition. On y voit force vélo sur l’emballage, mais le seul moyen de filmer sur son deux roue avec les éléments fournis c’est de fixer la caméra sur le casque. L’option support à fixer sur le guidon est toutefois disponible séparément.

A noter que des supports sont aussi disponible chez d’autres fabricants, par exemple K-Edge, dont le support pour la selle est visible ici sur mon vélo:

La caméra dispose également d’une option pour inverser l’image dans les options avancées (fonction upside down) ce qui permet de monter la caméra à l’envers tout en obtenant directement une image dans le bon sens. Cette fonction est décrite plus bas.

Les différents mode de fonctionnement

La GoPro est capable de fonctionner dans différents modes:

  • Mode vidéo: filme de manière traditionnelle en fonction du paramétrage. Commence à enregistrer après une pression sur le bouton supérieur.
  • Mode photo: fonctionne comme un appareil photo et prend une photo lors d’une pression sur le bouton supérieur.
  • Mode « Burst »: Prend 10 photos en l’espace d’une seconde et recompose une seule image.
  • Time Lapse: Prend une photo a intervalle régulier en fonction de la configuration.
  • Self Timer: Prend une seule photo après un compte à rebours de 10 secondes.

Toutes ces fonctions seront détaillées plus loin.

Paramétrer la caméra

Avant de commencer à filmer, il convient de régler différents paramètres de l’enregistrement vidéo. Le premier paramètre, probablement aussi le plus important, est celui de la définition et du nombre d’images par secondes de l’enregistrement vidéo. Les options disponibles sont les suivantes:

  • Full HD: Résolution de 1920×1080. 30 images par seconde. C’est la meilleure définition possible, à un nombre d’image par secondes standard.
  • 1280×960 à 48 images par seconde. C’est dans ce mode que j’ai enregistré la plupart de mes vidéos. La définition est légèrement plus faible mais le nombre d’images par secondes plus important.
  • 1280×960 à 30 images par seconde.
  • 1280×720 à 60 images par seconde.
  • 1280×720 à 30 images par seconde.
  • WVGA: 848×480 à 100 images par seconde. Mode privilégié pour faire de « super ralentis ».
  • WVGA: 848×480 à 60 images par seconde.

Bien sûr, plus la résolution et le nombre d’images par seconde sont élevés, plus les fichiers vidéos pour une même durée d’enregistrement seront volumineux.

Lorsque le mode d’enregistrement est en Full HD, et seulement dans ce mode, il est possible de réduire l’angle de vision de la caméra, vous aurez alors le choix entre trois modes(170°, 120° ou 90°). Dans toutes les autres résolutions, l’angle sera de 170°.

Pour régler les paramètres de vidéo, il faut appuyer sur le bouton qui se situe sous l’écran LCD jusqu’à ce que le symbole de clé s’affiche. Ensuite, il faut appuyer sur le bouton supérieur de la caméra, puis les options suivantes sont disponibles dans l’ordre:

  • Mode de fonctionnement de la caméra par défaut (mode sélectionne à l’allumage. Par défaut c’est la caméra)
  • Choix de la résolution vidéo (voir ci-dessus)
  • Angle de prise de vue (vous n’aurez le choix qu’en mode Full HD, voir ci-dessus)
  • Choix de la résolution du mode photo.
  • Time lapse mode (en mode time lapse, choisissez ici à quelle intervalle vous souhaitez prendre des photos).
  • Upside down video mode (permet d’inverser l’image de la caméra si elle est montée « à l’envers »)
  • Spot Meter ou correction d’exposition. Cette option permet de corriger l’exposition si vous filmez par exemple d’un endroit sombre un scène en pleine lumière.
  • One Button Mode: Ce mode permet de passer la caméra en mode très simple: vous allumez la caméra et elle se met à filmer. Il suffit alors de l’éteindre pour tout arrêter.

La navigation dans les paramètres s’effectue avec les deux boutons de la caméra:

Une fois le mode d’enregistrement défini ainsi que les différents paramètres, il resteront enregistrés jusqu’à ce que vous les changiez.

Les vidéos

C’est la fonction première de cette caméra, donc passons maintenant au vif du sujet!

La dernière étape avant de filmer consiste à fixer la caméra. L’absence de viseur ou d’écran de visualisation peut être un peu gênant dans certaines situations, car il sera difficile de se faire une idée du cadrage avant de visualiser les vidéos enregistrées. Toutefois, l’angle de 170° de la caméra par défaut permet une certaine approximation dans le positionnement en étant toujours au cœur de l’action!

Enfin, une fois fixée, la caméra sera allumée par une brève pression sur le bouton « frontal » (sous le LCD). Il conviendra toutefois de bien vérifier que le mode vidéo est bien activé, il suffit que la pression ait été un peu trop longue et le mode aura changé sur l’appareil photo (particulièrement vrai lorsque la caméra est utilisée dans son boitier étanche).

Je vous propose ci-dessous trois vidéos enregistrées dans des situations différentes. La première a été enregistrée en plusieurs fois lors de mes entrainements sur la piste du CMC à Aige:

La seconde a été enregistrée lors d’un match de curling:

La troisième vidéo est un exemple d’utilisation en conditions de faible luminosité. On y voit que malgré une augmentation du bruit et des contours moins nets, la caméra reste utilisable dans ce type de conditions:

Les photos

La GoPro propose quatre modes différents pour la photo:

Le mode photo « normal »

En mode photo, la GoPro se transforme en appareil tout ce qu’il y a de plus traditionnel, à l’exception près qu’il n’y a toujours pas de viseur. Une simple pression sur le bouton supérieur déclenche la prise de vue. Tout comme les vidéos, il faut s’attendre à cet effet « fish eye » en mode photo:

Les forces et faiblesses de la GoPro en photo sont les mêmes qu’en mode vidéo. Irréprochable en extérieur avec une bonne luminosité, du bruit apparait lorsque la luminosité baisse.

Le mode photo « burst mode »

Ce mode permet de prendre une photo à intervalle de temps régulier. Par défaut toutes les deux secondes, il est possible de modifier ce paramètre.

Le mode photo « time lapse »

Ce mode prend dix photos en une seconde lors de la pression sur le bouton faisant office de déclencheur. J’y vois deux utilités principales:

  • Photographier une scène se déroulant très rapidement en multipliant les chances d’obtenir « la » bonne photo
  • En ayant fixé la caméra, photographier un sujet en mouvement et décomposer le mouvement par la technique de la « chronophotographie ».

Le mode « retardement »

Cette fonctionnalité est un mode de fonctionnement que l’on retrouve sur la plupart des appareils photo. Une fois que l’on a appuyé sur le déclencheur, on dispose que quelques secondes avant que la photo ne soit prise.

Autonomie et mémoire

La caméra dispose d’une autonomie d’environ 2 heures. Il lui faudra à peu de choses près le même temps pour une recharge complète.

Au niveau du remplissage de la mémoire, une carte SDHC de 16 Go permet environ 2 heures d’enregistrement en FullHD.

Conclusion

Cette caméra n’aura que peu de limites techniques par rapport aux limites de votre imagination. Le plus difficile sera de trouver où la fixer pour obtenir les images les plus inédites et les plus spectaculaires.

De plus en plus souvent, on voit la GoPro dans les reportages TV, fixée sur des voitures de police lors de reportage « en immersion », fixée sur les voitures, vélos et autres motos de champions qui font l’objet d’un reportage. J’en ai vu également fixée sur une Formule 1.

En conclusion, on dira que vous ne pouvez probablement pas vous tromper en choisissant la GoPro. Il conviendra toutefois de vous assurer que son autonomie et les systèmes de fixation vous conviendront.

Et encore un détail: GoPro vient d’annoncer la sortie de la GoPro Hero3, qui promet quelques améliorations par rapport à la version testée dans ce billet. Ce sera donc soit l’occasion d’acquérir la dernière version qui vient de sortir, soit de trouver la GoPro Hero 2 à un prix baissé…

Note concernant les vidéos publiées dans cet article: toutes les vidéos mises en ligne dans le cadre de cet article ont été montées à l’aide du logiciel Kdenlive et sont diponibles sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike.

6 commentaires pour “GoPro Hero 2: le test

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.