Tour du pays de Vaud printanier 2015

Inscrit au marathon de Berlin en septembre, je me suis fixé comme objectif de participer à plus de compétitions de course à pied dans la région cette année, afin d’essayer d’acquérir un peu de rythme. Je me suis donc mis à éplucher les sites des courses locales, et en ai sélectionné quelques-unes qui me plaisaient bien. Parmi ces courses figure le TPV, ou tour du pays de Vaud. Il s’agit d’une course en 4 étapes, tous les mercredis soirs sur un mois, chaque fois à un endroit différent. L’occasion de découvrir un peu le canton, tout en prenant un départ une fois par semaine!

Première étape: Moudon, le mercredi 20 mai, 8.7km

Trois jours seulement après l’Ironman 70.3 de Barcelone, même si ma récupération se passe bien jusque là, j’ignore totalement comment et dans quelles conditions je vais pouvoir courir. Et pour ne rien arranger, j’arrive juste dans les temps sur place pour me changer, étant parti un peu tard du travail… C’est la raison pour laquelle je n’ai pas de photos de cette étape: la GoPro est restée dans la voiture, oublié dans la précipitation.

Mais l’essentiel est bien que je sois sur la ligne de départ. Durant l’échauffement, j’ai le plaisir de constater que je ne ressens pas de douleurs musculaires, et pas de signes d’inflammations ou autres enquiquinements liés à la course du dimanche précédent. Tous les signaux sont pour l’instant au vert. J’ai également le plaisir de discuter quelques secondes avec un lecteur du site avant de me placer dans le sas de départ: ça me fait toujours plaisir de discuter un peu « en vrai » avec vous!

Je me place dans la moitié du sas de départ, ne pensant pas partir à fond les boulons, mais préférant démarrer tranquillement, pour voir dans quel état je suis. Au coup de feu, je pars à 5min/km, et vois comment ça ce passe. Je suis surpris par mon état! Le parcours slalome autour de la rivière en passant plusieurs petits ponts, très agréable! Me sentant bien, j’accélère un peu dès le deuxième kilomètre. J’arrive à la limite de ce que je peux faire, mais parviens à maintenir l’allure. Dès le kilomètre 5, les muscles me font savoir qu’ils sont un peu fatigués, et je dois m’employer à ne pas baisser l’allure.

Le dernier kilomètre est un peu compliqué car constitué d’une forte montée de 300 mètres environ, puis d’une grosse descente. Mais la ligne d’arrivée est proche, et les montagnes russes ne durent finalement pas trop longtemps. Je boucle ces 8.7km en 42:08! Content d’avoir pu courir cette première étape dans de si bonnes conditions!

Deuxième étape: Champvent, le mercredi 27 mai, 8.1km

Retour à la compétition la semaine suivante. La récupération va bon train, et même si je ne suis pas encore à 100%, je me sens de mieux en mieux. Et ce jour là, pas de problèmes d’horaire. J’arrive bien avant le départ sur les lieux, le temps de croiser et discuter quelques potes rencontrés sur les lieux.

Cette étape est une nouvelle venue sur cette course, et peu nombreux sont ceux qui l’ont reconnue. Le speaker annonce une course plus facile qu’à Moudon, mais avec un peu de dénivelé quand même. Bref, il faudra faire attention à ne pas laisser toutes les forces dans les premiers kilomètres!

Environ 10 minutes avant le départ, tout le monde rejoint tranquillement le sas de départ.

Tour du Pays de Vaud printanierEt à 19h15, le départ est donné. Le parcours traverse d’abord le petit village avant de proposer de magnifiques paysages en serpentant entre champs et forêts.

Tour du Pays de Vaud printanierLe début du parcours est plutôt en descente, et je n’ai pas vraiment le choix que de partir tranquillement car il est difficile de dépasser dans le premier kilomètre. Mais dès qu’il commence à y avoir plus de place, je sens que les jambes sont bonnes et qu’il va être possible d’accélérer un peu! Et ce faisant, on profite des jolis paysages.

Tour du Pays de Vaud printanierAprès quelques kilomètres parcourus dans les champs entre petites montées et descentes, le parcours s’enfonce dans la forêt pour devenir vraiment casse-pattes. Les montées s’enchainent, parfois techniques dans de petits sentiers forestiers sur lesquels ma première préoccupation est d’éviter les entorses et autres chutes.

Le parcours devient franchement exigeant et je suis content d’en avoir gardé un minimum sous le pied! Les montées s’enchainent sans vraiment laisser de répit, car les descentes qui suivent se font sur un terrain plutôt irrégulier.

Tour du Pays de Vaud printanierEnfin, les pentes se calment et les deux derniers kilomètres, même si ils ne sont pas plats, permettent de trouver un rythme de s’y accrocher. Enfin, on revient sur le village: la ligne d’arrivée s’approche. Je passe sous l’arche en 38:39, avec à peu de choses près la même allure qu’à Moudon. Il m’est donc difficile de croire que cette étape ait vraiment été plus facile!

Troisième étape: Nyon, le mercredi 3 juin, 8.4km

Décidément, cette campagne du tour du Pays de Vaud aura été un peu particulière, car pour cette troisième étape, c’est sur le chemin du retour de mon week-end dans les alpes que je fais halte à Nyon pour une séance de natation à la piscine extérieure (ça roulait bien, je suis donc arrivé un peu en avance, autant en profiter). Ensuite, direction le stade de Colovray pour y retrouver Jérôme qui me rejoint pour cette étape!

Le premier sujet de discussion que nous abordons quand nous nous rencontrons est la chaleur qui règne sur le bassin lémanique… Il faisait moins chaud dans mes montagnes. Heureusement que le départ est fixé à 19h15, et pas en plein après-midi!

En scrutant le tracé du parcours, je reconnais quelques passages qui me sont connus car il s’agit d’une partie du parcours de course à pied du triathlon, simplement effectué en grande partie dans le sens inverse.

Environ 20 minutes avant le départ, il est temps de s’échauffer sur le début du parcours puis revenir pour quelques tours de piste. La chaleur pèse sur l’organisme, il fait très lourd et courir ne serait-ce qu’un échauffement me met déjà en nage!

Vers 19h05, il est temps de rejoindre la ligne de départ.

Tour du Pays de VaudAprès 5 minutes de délai supplémentaire pour que tout le monde puisse rejoindre le sas, le coup de feu retentit finalement à 19h20. C’est parti!

Tour du Pays de VaudAprès un tour de piste, le parcours rejoint le club de tennis puis longe un moment la route avant de bifurquer dans une partie plus « nature ». A ce moment, il devient difficile de dépasser, les positions sont donc figées pour un petit moment. Mais à part les chemins étroits, l’endroit présente un cadre magnifique pour la pratique de la course à pied!

Après quelques petits ponts de bois et autres petits passages, le sentier s’élève un peu, et au loin se profile une belle montée en zig-zag:

Tour du Pays de Vaud.A ce moment là, si les concurrents devant marchent, il n’y a pas d’autre solution que de les imiter… Mais dès le replat atteint, la route devient un peu plus large et les dépassements reprennent, car certains coureurs ont visiblement mal géré leur début de course et marchent déjà.

Le deuxième tiers se passe sur les chemins du parcours du triathlon, dont le fameux aller-retour. Je croise Jérôme qui a quelques centaines de mètres d’avance peu avant mon demi-tour.

Tour du Pays de Vaud

Protégé par la forêt, la première partie était plutôt agréable, mais à travers champs, la grosse chaleur n’épargne personne… Et ma montée de l’Alpe d’Huez le jour précédent se rappelle à mon bon souvenir. Il m’est difficile de tenir une allure supérieure à 5min/km, malgré le fait qu’à mon sentiment, cette étape est pour l’instant la « plus facile » dans le sens dénivelé des 3 premières étapes.

Environ un kilomètre de plus et c’est une nouvelle partie en forêt qui arrive. Attention à ne pas se planter les chevilles dans les gros trous sur la première partie de ce nouveau sentier, puis le parcours revient en direction du pont sur les voies ferrées, et enfin retour sur le stade à travers champs. Heureux celui qui n’a pas d’allergie au pollen à ce moment là!

Enfin, la ligne d’arrivée après un ultime tour de stade. Passage de la ligne en 42:11. Jérôme m’attend depuis environ 2 minutes. Quelques gobelets d’eau ou de PowerBar plus tard, il est temps pour moi de rentrer chez moi pour… fêter mon anniversaire! Et heureusement que ma voiture est parquée à l’opposé du parking devant la piscine, car la petite marche qui me permet d’arrêter de transpirer à grosses gouttes n’était pas de trop!

Quatrième et dernière étape: Yens, le mercredi 10 juin, 9km

Et pour finir ce Tour du Pays de Vaud, Yens accueille le grand final en ce mercredi. Météo quasi parfaite car la température est moins pesante que la semaine d’avant à Nyon, cette étape bosselée s’annonce donc très bien hormis une douleur (supportable) à la cheville gauche. Jérôme, qui a pris le Tour en cours de route lors de l’étape précédente, me rejoint également pour celle-ci.

Tout comme l’étape de Moudon, je n’ai pas de photos à proposer pour cette dernière, la GoPro étant restée connectée au chargeur chez moi au lieu de prendre place dans mon sac le matin…

Après un petit échauffement, nous voilà dans le box de départ. L’étape est la plus longue de ce tour (9km) et la plus vallonnée (160m, contre 60m à Nyon, 145m à Champvent et 85m à Moudon). Placé dans la deuxième partie du bloc, il est vraiment impossible de partir trop fort, au contraire. Le premier kilomètre est couru largement « en dedans », ce qui me permettra d’aller crescendo durant la course. Meilleure stratégie à mon avis que de partir à fond et de serrer dans les bosses de fin de course.

Le parcours est comme la plupart des étapes de ce tour: passages à travers champs, sentiers en forêt et (peu en proportion) passages sur route.

Après le passage du premier kilomètre, nous avons un peu plus de place et j’accélère un peu le rythme. Mais à cause de ma petite inflammation (je ne sais pas trop ce qui est enflammé d’ailleurs) dans ma cheville gauche, je reste aux alentours de 5min/km, et ne force pas trop dans les descentes, qui sont parfois assez raides.

Et le regret soudain de ne pas avoir la caméra ou un quelconque appareil photo quand au milieu de la forêt, un choeur de 4 ou 5 cors des alpes nous joue des airs pour nous encourager… C’est la première fois que je vois cela aux abords d’une course ;-)

Dans les dernières côtes, le cardio s’envole tandis que la cheville tient tant bien que mal le coup… Enfin arrive la descente, longue d’un bon kilomètre, vers la ligne d’arrivée. Sans forcer, je rejoint l’arche et passe la ligne en 45:40.

Le bilan

Me classant entre la 168 et la 210ème place scratch lors de chaque étape, mon classement final est un 75ème rang au général (29ème dans ma catégorie). Notez que seuls les coureurs ayant accompli les 4 étapes sont classés au général. Ayant couru principalement pour acquérir un peu de rythme avant la saison de triathlon, l’objectif semble bien rempli. Reste maintenant à travailler sur du plus long!

Récapitulatif:

Classement scratch hommes: 75.
Temps total: 2:48.40,8  (4 courses)
Classement catégorie: H-Sen1/29.
Etapes:
Moudon: 42.08,7   190. / Champvent: 38.39,9   168. / Nyon: 42.11,4   183. / Yens: 45.40,8   208.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.