Stryd: le capteur de puissance en course à pied testé de fond en comble

promotion Promotion en cours: C'est les Running Weeks chez i-run.fr! Jusqu'au 22 novembre, profitez de remises jusqu'à -70% sur une large sélection d'articles running! Profitez-en maintenant.

Et grâce au code RWPLUS bénéficiez en plus de 5% sur les chaussures et 10% sur le textile déjà en promo!

La mesure de la puissance est désormais entrée dans le quotidien de nombreux cycliste. Plus personne ne remet en question la nécessité de cette mesure pour améliorer ses performances sur un vélo. Mais saviez-vous que cette mesure débarque avec force dans le monde de la course à pied? Bien que le milieu scientifique ne soit pas aussi unanime sur la manière de mesurer la puissance ou l’interprétation des données, de nombreux coureurs à pied ne jurent désormais que sur ce chiffre indiquant le nombre de watts. Le capteur présenté dans cet article est non seulement l’un des premier qui a été disponible pour mesurer la puissance en course à pied, mais aussi le leader du marché actuellement. Stryd propose une solution simple et accessible pour accéder à la mesure de le puissance sur la plupart des montres GPS du marché!

Note importante: cet article se concentre sur le capteur Stryd et son fonctionnement. J’aborde aussi les bases de la mesure de puissance en course à pied, mais d’autres articles seront publiés plus tard sur le blog pour aller plus loin dans les concepts d’entrainements à pied basés sur la puissance!

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec mon propre capteur Stryd. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce billet n’est pas sponsorisé, comme aucun de mes billets d’ailleurs. Ce test a été initialement publié le 6 juillet 2018.

Le grand déballage

La boite du Stryd présente le capteur dans son support illustrant des courbes de niveau à travers un couvercle de plexiglas:

De l’autre côté, on retrouve les informations sur les possibilités offertes par le capteur:

Lorsqu’on déballe le contenu complet, voici ce que l’on trouve dans la boîte:

  • Le capteur Stryd
  • Deux supports pour le fixer sur les chaussures
  • Un chargeur par induction
  • Un câble micro-USB
  • Une petite carte indiquant le site Internet sur lequel on trouvera plus d’informations.

Lorsqu’on regarde le capteur en détail, on voit qu’il présente le même design que son support avec des courbes irrégulières. Le dernier étage présente une fine bande pour afficher le signal lumineux de la seule LED de l’appareil:

Le capteur Stryd est comparable en taille et en poids au footpod de Garmin:

Autonomie et batterie

Le capteur Stryd est équipé d’une batterie interne inamovible qui se recharge sans contact en posant simplement le capteur sur la station de recharge. Une charge du capteur m’a assuré au minimum deux semaines d’autonomie pour une utilisation plutôt intensive avec 4 séances de course à pied par semaine d’une dizaines de kilomètres. Et la batterie n’était pas vide.

Le chargeur se connecte sur n’importe quel adaptateur secteur USB du marché. Pour la petite histoire, le support de charge semble parfaitement compatible avec la norme QI puisque j’ai pu l’utiliser pour charger mon iPhone 8!

Installation sur la chaussure

On place le capteur dans la partie inférieure des lacets de la chaussure à l’aide de l’un des deux supports fournis. On le place « pointe en bas ». Il est préférable d’insérer d’abord la base (la partie la plus large) puis ensuite d’insérer la pointe du capteur dans un deuxième temps.

Gros avantage du Stryd: une fois mis en place, il n’y a absolument pas besoin d’effectuer le moindre calibrage pour pouvoir l’utiliser. Il suffit de renseigner avant la première utilisation les données sur l’utilisateur dans l’application mobile (voir la partie suivante) et tout est prêt!

Présentation en vidéo

Dans cette vidéo, je présente le Stryd et ses caractéristiques principales et son fonctionnement:

Configuration dans l’application mobile

Afin de fournir des informations les plus précises possibles sur la puissance, le Stryd doit connaitre quelques paramètres sur le coureur qui l’utilise. Le poids et la taille sont particulièrement importants. Le capteur va en effet se baser sur ces données pour fournir les données de puissance. Sur iPhone, j’ai couplé l’application Stryd à l’application Santé d’Apple, afin que cette dernière mette automatiquement à jour mon poids (lui même renseigné par Garmin Connect et la balance Garmin Index, c’est beau la collaboration!).

Sexe, date de naissance et niveau sportif sont également des données à renseigner dans son profil pour des données au plus proche de la réalité !

Pourquoi utiliser la puissance en course à pied ?

Comme je l’écrit en introduction, la mesure de la puissance à vélo a ouvert des horizons nouveaux à la préparation et au suivi de l’entrainement pour les cyclistes. J’usqu’à l’arrivée de la mesure de puissance, on se basait sur la fréquence cardiaque pour mesurer l’intensité de l’effort sur le vélo. Mais cette mesure n’est pas optimale, car la fréquence cardiaque est influencée par de nombreux facteurs externes: météo, alimentation, stress… Sans compter la dérive cardiaque au fil de l’effort. La puissance en revanche n’est pas influencée par ses facteurs. La mesure de la puissance permet de découler des mesures telles que le TSS, la puissance normalisé (NP) ou l’IF qui permettent de comparer des activités entre elles même si le parcours ou les conditions ne sont pas les mêmes.

En course à pied, on utilise fréquemment la fréquence cardiaque ou la VMA comme indicateurs de performance pour la base de ses entrainements. Mais la mesure de la fréquence cardiaque souffre du même problème qu’à vélo. Se baser sur l’allure est une mesure mois sujette à variations pour autant que l’entrainement ait lieu toujours dans les mêmes conditions. Par contre, la VMA ne sera pas la même à plat sur une piste d’athlétisme qu’en forêt dans une pente de 5%. C’est là que la puissance devient intéressante, car comme pour le vélo, elle permet de comparer ce qui était jusqu’alors incomparable. Une séance de fartlek en forêt et une série de 400m sur piste par exemple…

Puissance à pied, trop de paramètres pour tout mesurer…

Si la mesure de la puissance à pied pourrait permettre comme sur le vélo de disposer d’une donnée quasiment « universelle » pour l’entrainement, la réalité n’est malheureusement pas aussi rose. Car si sur un vélo il est facile de mesurer la force appliquée sur le système de propulsion, il en va tout autrment à pied…

Lorsqu’on court, on applique une force sur le sol et on utilise la force opposée pour avancer. Mais l’entier de la force appliquée sur le sol n’est pas « utile » à l’avancement. En effet, il y a un déplacement vertical du corps qui utilise de l’énergie qui n’est pas utile pour le déplacement horizontal. C’est pourquoi les capteurs de puissance en course à pied doivent mesurer cette oscillation verticale pour la soustraire à la force totale appliquée. Et même la force appliquée par le pied et le corps sur le sol n’est pas directement mesurée par les capteurs, car il faudrait pour cela placer un capteur dans la semelle de la chaussure. Enfin, des mouvement latéraux du corps utilisent également de l’énergie qui n’est pas directement utile à l’avancement. Et tous les capteurs ne mesurent pas ces différents mouvements de la même manière…

Sans aller plus loin dans les détails, on peut simplement noter que les différentes solutions de mesure de la puissance en course à pied disponibles actuellement sur le marché ont de la peine à prendre en compte les paramètres de nature du sol et de vent.

Des différences entre chaque capteur et chaque terrain

En fonction de ce qui est évoqué précédemment, il est important de comprendre que chaque capteur de puissance en course à pied peut donner des résultats très différents. Il n’y a pas d’uniformité dans la mesure comme on peut le voir pour le cyclisme par exemple, ou on peut facilement garder sa mesure FTP en passant d’un capteur à un autre.

Avec la puissance en course à pied, il faudra effectuer un test de CP ou rFTP (running FTP) avec chaque nouveau capteur. Et si on cours une fois sur terrain meuble en cross et une fois sur piste, il faudra effectuer des tests distincts dans chacune de ces conditions. Enfin, il faudra être conscient que le vent n’est pas pris en considération par le Stryd, et que les capteurs qui permettent de le prendre en compte se basent sur les prévisions météo et sont donc sujets à de grandes imprécisions. C’est le cas de la mesure de puissance chez Garmin par exemple.

Utilisation du Stryd sur sa montre de course à pied

Le capteur Stryd et compatible avec les normes ANT+ et Bluetooth Samrt, ce qui le rend compatible avec une vaste gamme de montres de course à pied. La plupart des montres de course à pied haut de gamme ainsi que les montres de triathlon des principaux fabricants supportent désormais le couplage d’un capteur de puissance à pied, en particulier le Stryd.

Voyons comment cela se couple sur les différentes montres que j’ai testées avec le capteur.

Utilisation du Stryd sur les montres Garmin

Les montres Garmin bénéficient d’applications Connect IQ qui rendent l’utilisation d’un accessoire comme le Stryd très simple. Que ce soit sur ma fenix 5S ou ma Forerunner 645, j’ai simplement installé le champs de données Connect IQ « Stryd Power » et couplé le capteur à la montre. J’ai configuré mes pages de données pour afficher le champ « Power » et le tour était joué!

Stryd fournit également une application complète pour l’enregistrement des données en course à pied. Dans ce cas, on utilise plus le profil de course à pied de la Garmin mais uniquement l’application de Stryd. Les données sur la puissance sont un peu plus facile car l’application utilise la couleur pour indiquer la zone dans laquelle on se trouve, mais les possibilités de personnalisation du reste du profil sont bien moindres qu’avec le profil course à pied par défaut.

Dans le champ de données Connect IQ Power de Stryd, on peut personnaliser l’affichage des données soit via Garmin Connect Mobile, soit via Garmin Express sur un ordinateur. L’affichage des watts peut se faire:

  • Affichage de la donnée en direct
  • La moyenne sur 3, 10 ou 30 secondes
  • Puissance moyenne sur le tour
  • Puissance moyenne sur l’activité

Utilisation sur la Polar V800

L’utilisation sur la Polar V800 est des plus simple: il suffit de coupler le Stryd à la montre comme n’importe quel autre capteur Bluetooth et de configurer une vue d’entrainement avec l’affichage de la puissance dans un champ de donnée.

Utilisation sur une Suunto Spartan

L’utilisation sur une Suunto Spartan est identique à la V800 de Polar. On couple le Stryd en tant que Power Pod, puis on active la recherche d’un Power Pod dans l’activité de course à pied souhaitée tout en ajoutant un champ de donnée de puissance sur une des vues d’entrainement et la Spartan est prête!

Utilisation sur l’Apple Watch

Parallèlement à son application mobile pour iOS, Stryd propose également une application pour l’Apple Watch qui permet d’enregistrer une activité réalisée avec le capteur Stryd. L’app affiche évidemment la puissance mais également les données de temps et de distance fournies par le capteur, en plus de la trace GPS enregistrée par la montre. Le capteur de fréquence cardiaque optique de l’Apple watch ou un capteur externe est utilisé pour l’enregistrement des données cardio!

Une précision diabolique pour l’allure et la distance sans GPS sur les montres Garmin

Mais si le capteur Stryd permet d’afficher une donnée de puissance en course à pied, ce qui est la fonction première du capteur, il réserve encore bien des surprises. Et l’une des plus importantes, c’est sa capacité à mesurer distance et allure bien mieux que n’importe quel footpod ou capteur GPS jusqu’alors. En effet, et sans aucune calibration, le Stryd mesure de manière incroyablement précise la distance. J’ai configuré ma fenix 5S avec le Stryd en désactivant purement et simplement le GPS pour quelques tests sur la piste d’athlétisme. Et voici les résultats après 5 tours de la piste de 400m, soit exactement 2km:

Souvenez-vous, dans le test de la fenix 5, j’avais obtenu les résultats suivants:

Technique de mesureDistance mesurée
Footpod calibré1.19
Accéléromètre de la montre1.19
GPS1.22
Footpod non calibré1.33

Distance plus longue mais marge d’erreur de moins de 10m. Le Stryd est donc la solution de mesure la plus précise que j’ai eu l’occasion de tester, et cela c’est confirmé lors de tous mes tests sur la piste. Durant ce même test de 2km, la fenix 5 Plus en mode GPS+Galileo a mesuré 2.04km:

Notez qu’il est possible dans les réglages des montres Garmin de configurer le Stryd pour effectuer la mesure distance/allure sans avoir à désactiver le GPS. L’allure instantanée et la distance affichées sur la montre se baseront sur le capteur Stryd, mais le GPS continuera à enregistrer une trace. Pour le test ci-dessus, j’ai simplement désactivé le GPS pour m’assurer qu’un mauvais régalge ne rendait pas le test caduque.

Un altimètre intégré

Pour fournir des données de puissance, le capteur lui-même est équipé de nombreux capteurs. Accéléromètres, gyroscopes et autres inclinomètres mesurent le moindre mouvement du pied. Afin de détecter montées et descentes, le Stryd intègre également un altimètre barométrique. Le capteur utilise donc ses propres données d’altitude, sans dépendre de l’altimètre de la montre GPS utilisée.

Enregistrement en mode autonome

Le capteur est également équipé d’une mémoire interne qui lui permet d’enregistrer une activité en mode complètement autonome. Cette activité peut ensuite être téléchargée dans l’application mobile.

Analyser ses données

Une fois la séance enregistrée, les données sont synchronisées avec la plate-forme de la montre utilisée. Qu’il s’agisse de Movescount pour une Suunto, Flow pour une Polar ou Connect pour une Garmin, l’activité présentera un graphique et quelques données sur la puissance enregistrée dans l’activité. Mais Cela ne permettra pas une analyse plus approfondie.

PowerCenter de Stryd

Pour aller plus loin, il faudra configurer une synchronisation des données d’activité vers une plate-forme ou un logiciel qui saura donner des informations plus complètes. Stryd propose une plate-forme qui porte le nom de PowerCenter. L’utilisation de cette plate-forme est gratuite pour les propriétaires du capteur.

C’est vers cette plate-forme que les activités enregistrées avec l’application sur l’Apple Watch seront envoyées. On y retrouve les activités synchronisées sur la plate-forme et le détail de ces dernières ainsi que l’évolution des performances à travers le temps. Mais je dois avouer que j’ai encore du mal avec cet outil.

Les solutions tierces

Les outils spécialisé dans l’analyse de performance sportive sont désormais quasiment tous capable d’utiliser les données de puissance fournies par le Stryd. Parmi ces dernières, voici une liste non exhaustive:

  • TrainingPeaks
  • GoldenCheetah
  • Xert
  • WKO4

Comparaison de données entre Stryd et Garmin

Actuellement, il n’existe pas de standard de la mesure de la puissance en course à pied. Selon les paramètres que l’on prend en compte dans la mesure, les valeurs varient beaucoup. C’est le cas par exemple entre les valeurs fournies par le capteur Stryd et celles des capteurs de Garmin. Pour rappel, Garmin permet grâce à une application Connect IQ d’inclure la puissance en utilisant une montre compatible et une ceinture HRM-Run ou un capteur RD-Pod. Pour illustrer ces différences, voici trois comparatifs effectués avec les deux, voire les 3 solutions lors de la même séance de course à pied.

Ces comparatifs ont été effectués avec l’outil de comparaison de nakan.ch disponible publiquement ici.

Premier comparatif: course à pied allure plutôt régulière

Dans ce comparatif, on découvre tout de suite que les valeurs fournies par la solution de Garmin (utilisée ici avec une ceinture cardiaque HRM-Run sur ma fenix 5S) sont largement supérieures à celles de Stryd. Il n’existe pas de vérité absolue dans la mesure, les deux capteurs exploitent simplement des données de manière différente:

Le comparatif complet est disponible ici.

Deuxième comparatif: Séance de fractionné sur piste

Encore la ceinture HRM-Run de Garmin face au capteur Stryd. Après un échauffement, répétitions sur piste. On constate également que globalement, les deux capteurs dessinent la même corbe mais sur des valeurs différentes:

Le comparatif complet ici

Troisième comparatif: Stryd, HMR-Run et RD Pod

Dans ce dernier comparatif, j’ai utilisé les trois solutions. A savoir le Stryd, la mesure de Garmin avec la ceinture HRM-Run et enfin la mesure de Garmin mais avec le RD Pod. Cela permet simplement de se rendre compte de la différence entre les deux solutions de Garmin, avec le Stryd en plus:

On voit que le Stryd est toujours en retrait en terme de nombre de watts mesurés, et que les deux solutions de Garmin, bien que proches, ne montrent pas des courbes rigoureusement identiques!

Le comparatif complet ici.

Utiliser efficacement la puissance dans son entrainement

Obtenir de ce capteur ou d’un autre une information de puissance ne sert évidemment à rien si on ne sait pas utiliser cette donnée. Et ceux qui ont déjà travaillé avec la puissance sur un vélo le savent: la première chose à faire pour pouvoir baser son entrainement sur la puissance consiste à effectuer un test de FTP. Tous les spécialistes de ce nouveau domaine qu’est la puissance en course à pied ne sont pas unanimes concernant le test idéal, mais une chose ressort: il n’est pas identique au tests effectués à vélo.

La société Stryd elle-même a mis au point son propre protocole dit « 3/9 ». C’est sur une base de ce test que j’ai commencé à travailler sur la puissance. Je suis en train de terminer le livre de Jim Vance « Running with power » et je consulte en parallèle régulièrement d’autres articles. Cela me permet d’accumuler un maximum d’informations. Dans quelques mois, je publierai un article dans lequel je reviendrai sur cette mesure, sur les méthodologie de planification d’entrainement qui s’appuient dessus et mon retour d’expérience…

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Newsletter

Restez connecté et ne ratez aucune nouveauté grâce à la newsletter!

Conclusion

La mesure de la puissance, à mon avis, présente des avantages indéniables aussi en course à pied. Dans l’absolu, cette donnée pourrait avoir dans un avenir proche une plus grande importance que la fréquence cardiaque et l’allure dans la préparation d’athlète de pointe. En effet, pouvoir comparer une course sur route et un entrainement sur piste, une course en forêt et un entrainement sur tapis offre de nouvelles possibilités pour un suivi d’entrainement rigoureux et un plus grand ciblage du plan d’entrainement.

Mais le problème, c’est que la donnée que l’on a sous les yeux n’est qu’une partie de l’information totale que l’on souhaite. En effet, à l’opposé de la mesure de puissance cycliste qui prend en compte tous les facteurs comme le vent, la résistance au roulement, voire même la résistance liée au matériel, la mesure en course à pied est encore loin de considérer tous ces facteurs. Le Stryd par exemple ne prend pas en compte le vent. Et je n’apprend rien à personne en disant qu’un 10km couru face à 50km/h de vent n’a rien à voir avec la même course vent dans le dos… Et qui a déjà couru dans le sable sur la plage sait qu’à effort égal, on va bien moins vite que sur la piste d’athlétisme du stade d’à côté. Le Stryd a du mal à mesurer cela aussi. Parce que pour le faire, il faudrait mesurer en plus la force appliquée sur la semelle de la chaussure, l’oscillation verticale et latérale, l’éventuel recul du pied à l’appui et tellement d’autres facteurs.

Le Stryd, en plus d’être une solution qui rend accessible la puissance en course à pied, est un capteur qui offre bien d’autres avantages en mesurant par exemple avec une précision inégalée l’allure instantanée et la distance si on dispose d’une montre qui permet de l’utiliser comme tel.

La puissance en course à pied est indéniablement un outil très intéressant, mais il faudra apprendre aux coureurs qui se mettent à l’utiliser les limites de la technologie. En particulier à ceux qui utilisent déjà la puissance sur le vélo.

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour aller sur les sites amazon.fr, i-run.fr ou gearbest.com. En passant par les liens ci-dessous, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Les prix sont mis à jour une fois par jour. Vous pouvez configurer des alertes de prix grâce au comparateur pour être informé automatiquement en cas de baisse de prix! Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN.

16 commentaires pour “Stryd: le capteur de puissance en course à pied testé de fond en comble

  1. Hate d’avoir tes retours sur la pratique régulière de la puissance à pied. Stryd me fascine depuis des années, et bien que geek, je n’ai pas sauté le pas. Je trouve encore que le combo allure+sensations me permet de bien gérer. Peut-être un nouveau cap à passer grâce à Stryd… (en même temps j’ai perdu mes données de puissance durant Challenge Roth et c’est un peu déstabilisant quand même !, donc encore un peu plus d’électronique à gérer me fait un peu peur)

  2. Si il ne fallait lire qu’une partie de ton article, ce serait la conclusion.
    La puissance sur un capteur de chaussure n’est que le résultat d’algorithmes… Rien à voir avec des jauges de contraintes montées sur un vélo, qui mesurent précisément des puissances.
    De plus et à mon avis, l’entrainement en puissance nécessite une parfaite connaissance de soi et de ce type de matériel pour éviter de se faire mal.
    Vouloir à tout prix garder une puissance donnée si l’on manque d’entrainement, si l’on est fatigué voir malade, va être destructeur… Il faudrait que les montres intègrent des alertes de santé couplées avec des analyses fines puissance/cardio pendant l’entrainement. Il reste donc du travail à faire avec des données qui ne sont pas fiables à 100%.
    A ne pas mettre dans les mains d’un débutant, ce qui risque d’arriver avec la démocratisation de ces capteurs…

    1. Firstbeat y sera vite avec leur indice de forme puisqu’ils le font avec la puissance à vélo.

      (Au bémol prêt que des qu’il y a un découplage FC/puissance genre stress d’une compétition, chaleur ou si tu enchaînes sur sur un tri, l’indice perd les pédales et vaut mieux ne pas l’afficher sous peine d’un coup au moral !)

      1. Effectivement…
        Mais pour la chaleur, je pense que c’est aussi une sécurité.
        Personnellement par forte chaleur, la FC monte vite et haut, je doute que vouloir à tout prix rester à une puissance donnée soit une bonne chose pour la santé…
        Je pense que le futur article de Greg sera très intéressant, je suis né (ou presque) avec une montre cardiaque (la Polar Edge NV !) et l’entrainement en puissance, je n’y connais rien…

  3. Bonjour,
    Je viens juste d’acquérir cette outil qui est le stryd ,
    Par contre c’est déstabilisant au départ car il n’y a pas de notice ,il faut cherché un peu pour trouver les applications (qui permet d’avoir des explications et aussi d’avoir le niveau de charge du stryd)
    A moins de ne pas avoir trouver les bonnes applications mais celle sur le site stryd et celle sur téléphone androide sont en anglais je ne trouve rien en français!
    Dans ton article tu indiques :
    « Notez qu’il est possible dans les réglages des montres Garmin de configurer le Stryd pour effectuer la mesure distance/allure »
    Peux tu me donner les détails pour une garmin 935 ,merci.

    Par contre il semblerai possible de créer des programmes d entrainement sur le site de stryd spécifiquement pour ce produit .

    Bien sur que stryd n’est q’un outil mais je pense qu’il peut être intéressant surtout pour le trail,car contrairement à la FC on va pouvoir analyser directement l’effort et permettre de gérer au mieux les denivellés.

    Dans l’attente de tes retours sur la pratique régulière du stryd.

  4. Je regarde le Footpod depuis plusieurs mois, mais je ne trouve pas de commentaires sur la comptabilité avec les Garmin edge, tel que le 500, 520 et autre 800. J’utilise mon edge pour les trails, mais il me perd énormément de donnés sur les petits sentiers. Ces appareils sont ils réellemment compatibles avec tous les gps Ant+ ?

  5. Merci Grég pour cet article. J’ai eu l’occasion d’avoir un Footpod chez Garmin pour notamment les courses sur tapis. Malheureusement, je l’ai perdu en pleine nature lors de mon premier essai… bref.
    En te lisant, j’ai cru comprendre qu’il existait des applications sur le store Garmin qui permettent d’afficher la puissance. Tu aurais des noms d’applications ? Faut il nécessairement un capteur de puissance ou est-ce que la ceinture HRM+ permet de les récupérer ?
    D’avance merci pour ta réponse

    1. Salut!

      La mesure de la puissance par Garmin est possible avec une fenix 5, fenix 5 plus, Forerunner 935, Forerunner 645 ou encore Forerunner 735xt. Elle consiste à installer un champ de donnée running power via connect IQ et d’utiliser une ceinture hrm run ou un rd pod. Pour toutes les autres montres, je ne vois que le stryd qui fasse l’affaire!

      Sportivement

  6. J’ai fini par l’acheter ! je ferais peut être un billet de blog à l’occasion mais ça sera forcément moins bien qu’ici !
    Y’a des petites déconvenues, la première est que le Stryd ne gère pas l’inclinaison sur un tapis en intérieur :( A l’extérieur, la pente sera bien gérée par contre.

    Si je règle mon tapis à 7 km/h, j’ai obtenu la même puissance affichée entre 0 – 2 – 4 – 6 – 8 et 12 % ! ma FC changeait bien elle ! Ce pb est connu de Stryd, ils y travaillent :
    When running on a treadmill, you can adjust the incline. Obviously, it will take more effort to run on an incline. You might find that your power will be reported the same as if you are running on 0% incline. The reason is that our device depends on elevation change rather than incline to adjust the power reading. Outside this works well, and we have a work around for running indoor. If you use the Stryd app to record your run, you can adjust the incline in to match the setting on your treadmill. That will adjust the reported power appropriately.

    Note that Stryd is considering incline detection for future releases.

    P.S. j’aurais bien aimé que tu refasses des tests de distances en mesurant la piste avec la roue que tu avais utilisée dans d’autres tests :)

  7. Bonjour Greg,
    Je souhaite me lancer et acquérir ce capteur.
    J’ai un Suunto Spartan Sport et j’aimerai m’assurer avant de passer commande que l’on puisse, comme évoqué dans ton article avec les montres Garmin, configurer la spartan pour qu’elle se base sur le capteur stryd pour la distance et l’allure instantanée sans désactiver le GPS (pour que le GPS puisse afficher une trace en fin d’exercice)…
    Merci par avance de votre réponse…

    1. Salut,

      Oui c’est d’ailleurs le fonctionnement par défaut lorsque tu couples le Stryd à la Spartan. Tu pourras par la suite régler plus précisément le facteur d’étalonnage manuellement si nécessaire.

      Sportivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.