Course à la fréquence cardiaque optique: le maître mot semble être « prudence »

Ces derniers mois ont été riches en nouveautés sur le marché des montres de sport incluant un capteur de fréquence cardiaque optique: Mio, Tomtom, Apple, Garmin et plus récemment Polar. Le marché s’oriente tellement dans cette direction que rater le train de la FC optique en marche semble être considéré par beaucoup comme perdre de possibles grosses parts de marché. Mais si les poids lourds du marché de la montre sportive vont dans cette direction, ils y vont très prudemment.

Garmin Forerunner 225

Premier round: tâter le terrain

Mio a lancé plusieurs produits sur le marché, et a développé sa technologie de mesure de FC via un capteur optique sur une technologie elle-même issue des labos de Phillips. En avance de phase, ils ont été sollicités pour fournir des capteurs en « OEM » pour Tomtom et leur montre Tomtom Runner, puis par Garmin pour la Forerunner 225 (ci-dessus à gauche).

Les objectifs étaient différents pour les deux constructeurs: Tomtom devait se faire une place sur la marché du sport en proposant un produit avec un différenciateur « fort ». Être les premiers sur le terrain avec une montre GPS et un capteur optique leur assurait d’en écouler un certain nombre.

Garmin de son côté voulait juger de la réelle volonté des acheteurs pour cette technologie et du retour des utilisateurs. Même si j’ignore les chiffres de vente de la 225, le nombre de consultations du test de cette montre sur le site ou le simple fait de scruter un peu les montres au poignet des participants au marathon de Berlin m’a donné une bonne idée du résultat: un succès commercial.

Pendant ce temps, on ne chômait pas chez Garmin, et les ingénieurs mettaient au point un capteur « fait maison ». De même, chez Tomtom, on cherchait un autre fournisseur. Et le centre de R&D de Polar en Finlande n’était pas en reste, à la seule différence que la marque n’a pas mis sur le marché d’appareil muni d’un capteur tiers avant.

Le deuxième round, sans mercenaires

Désormais, la deuxième phase de l’ère optique a commencé, avec les premières annonces de montres intégrant un capteur optique, mais un capteur « maison » cette fois! Et dernièrement, les annonces étaient presque incessantes:

Tomtom Spark

  • Tomtom a de nouveau été le premier, annonçant la Spark (ci-dessus), montre de course à pied avec un capteur de fréquence cardiaque optique développé par LifeQ, une petite société d’Afrique du Sud en lieu et place du capteur Mio. (Notez que j’attends toujours un modèle de test de cette montre pour un test de fond en comble).

Polar A360

  • Polar a annoncé cette semaine son bracelet connecté A360 (ci-dessus), premier produit de la marque à intégrer le capteur maison dont personne ne sait rien pour l’heure. La réputation et le passé de Polar est intimement lié au développement et la qualité de la mesure de la fréquence cardiaque, et l’entreprise a peut-être plus à perdre que n’importe quelle autre sur ce segment. Le fait de lancer son capteur sur un bracelet et non sur une montre haut de gamme en témoigne: les finlandais sont prudents!

Garmin Forerunner 235

  • Garmin a annoncé également sa nouvelle gamme de montres de course à pied, et on retrouve dans la gamme une montre intégrant un capteur optique développé en interne au Kansas. Ce capteur, nommé « Elevate« , n’est actuellement intégré qu’à la Forerunner 235 (ci-dessus) et pas sur la montre plus haut de gamme Forerunner 630, comme on aurait pu s’y attendre. Garmin, société ayant la réputation de mettre sur le marché avec peu de retenue ses nouveautés technologiques, attaque donc l’ère de la fréquence cardiaque optique avec beaucoup de prudence.

Que penser de cette technologie ?

Lors de mes tests de la Forerunner 225 ou les quelques essais de l’Apple Watch, mes conclusions étaient simples: la fréquence cardiaque optique est très pratique, plutôt confortable et présente un précision acceptable pour une grande partie des utilisateurs.

Mais aujourd’hui, les ceintures de mesure de FC fournissent à nos cardios bien plus d’informations que la simple fréquence cardiaque. La plupart de nos montres mesurent aussi la variabilité cardiaque, pour estimer la charge d’entrainement et le niveau de fatigue (récupération) ou encore tenter des estimations de Vo2Max. Cette mesure de variabilité est actuellement non mesurée par les capteurs optiques.

Autre limitation de la FC optique: le délai dans la mesure. Avec une ceinture pectorale qui mesure l’impulsion électrique, la mesure est quasiment instantanée. La FC optique mesure le flux sanguin dans le poignet, et non directement au niveau du cœur.  L’algorithme est également plus complexe que l’analyse électrique. On constate le délai sur cette vidéo, entre la Garmin 225 (mesure optique) et la Polar V800 (mesure avec ceinture):

Enfin, la technologie optique ne fait pas de miracles en natation, Garmin ayant signé un moitié d’aveu en sortant ses ceintures de FC HRM-Swim et HRM-Tri il y a peu.

La technologie optique va-t-elle s’imposer dans les montres haut de gamme ?

Vous êtes nombreux à attendre que Garmin et Polar intègrent leurs capteurs dans leurs montres plus haut de gamme, notamment les montres de triathlon. Les constructeurs semblent moins pressés de les intégrer: le maître mot étant la prudence. Il s’agit pour eux de ne pas faire d’erreur irréparable. Un « bad buzz » avec cette technologie pourrait être désastreuse pour l’avenir de la marque dans ce segment.

Nous aurons les premiers éléments de réponses avec ces trois appareils au poignet, et en analysant de près la performance et la fiabilité de ces différents capteurs. Il sera alors possible de mieux savoir si cette technologie restera cantonnée aux seules montre d’entrée de gamme ou si elle va s’imposer sur toute la gamme.

Bien sûr, je suis en contact avec les trois constructeurs cités ci-dessus pour obtenir un exemplaire de test de ces trois appareils, et un test et comparatif complet sera publié après un test complet, répondant le plus possible à toutes vos questions!

N’hésitez pas à partager vos avis sur le sujet où poser vos questions par rapport à ce sujet en commentaire, et je les relaierais autant que possible auprès des constructeurs dans mes tentatives d’obtenir des informations plus techniques concernant ces capteurs.

Merci pour la lecture et pour votre visite!

8 commentaires pour “Course à la fréquence cardiaque optique: le maître mot semble être « prudence »

  1. Salut
    Je suis tout à fait d’accord. Je pense aussi que le public est plus demandeur que les constructeurs en fait.
    Les gens pensent qu’ils vont faire avec leur capteur optique la même chose qu’avec leur vieille ceinture. On va avoir le même problème qu’on a avec le GPS : les gens vont faire trop confiance à leur cardio optique comme ils font trop confiance à leur GPS. Et dès qu’un modèle ne sera pas très fiable, il sera taillé en pièce sur le net.
    Du coup, on comprend la prudence des constructeurs et l’absence de cardio optique sur les modèles haut de gamme.
    Dernier point que tu n’as pas évoqué : le silence de Suunto. Jusqu’en début de semaine, je me disais bien que Suunto serait le dernier à rejoindre cette tranche de marché. Mais maintenant que Polar et Garmin y sont, ils vont peut-être étre obligé de suivre d’ici quelques mois.

    1. Bonsoir,

      Effectivement, il y a d’autres marques qui ne se manifestent pas, mais à mon avis le marché de Suunto est à 75% spécifique (25% sur les mêmes segments que Garmin et Polar). Suunto est actif dans les montres pour plongeurs, alpinistes, parapentistes ou autres trekkeurs, utilisateurs qui n’ont pas besoin de capteur de FC, optique qui plus est. Donc ils iront dans cette direction lorsque la technologie sera aboutie, mais n’estiment à priori pas avoir besoin de mener le bal pour conserver leurs PDM.

      Sinon, je rejoint ton avis sur le fait que beaucoup vont rapidement faire « trop » confiance à ces nouveaux capteurs.

      Sportivement.

    2. Salut,

      De mon côté j’utilise une garmin Forrunner équipé d’un capteur « maison » et je dois dire que j’en suis plutôt satisfait, le fait de pouvoir se passer de ceinture cardio est vraiment top. Bref, je conseille à tous le monde de se tourner vers ce type de montre depuis mon achat, que du bon !

  2. J’utilise un Polar M400, et je serai prêt à changer pour un modèle avec mesure au poignet.
    Pour le sportif loisir que je suis, ça me semble suffisant. C’est plus souple, plus adaptable. Et puis quand il fait très froid (montre par dessus les vêtements) ou que l’on a besoin de précision, je crois que tous les appareils autorisent en plus à connecter une ceinture cardiaque.

  3. Salut Nakan
    Ca y est les nouveauté arrive :-)
    Petit article bien sympas
    J’attend avec impatiente ton test sur la 235,les nouvelles montres chez garmin devrait être en vente d’ici peu.
    Tu pense pouvoir tester la 235 bientôt ?
    En tous cas encore bravo pour ton boulot ;-).
    Sportivement
    @+

    1. Les nouvelles montres (230/235 ou 630) ne sont pas encore disponibles avec le logiciel en version finale. J’ai actuellement en cours de test le Garmin Edge 1000 Explore, le Garmin Edge 520, le Polar Loop 2, le Polar A360 et la Tomtom Spark… Sans compter que je travaille aussi au match GPS 2015!

      Donc si elles ne sortent que début décembre, ce ne sera pas un mal pour moi ;-) Mais bien sûr, je publierai un test détaillé, au moins des 630 et 235 (la 230 étant similaire à la 235 à quelques détails près).

      Donc encore un peu de patience pour la sortie de ces montres, et pour les tests!

      Sportivement.

  4. salut ,
    petit erreur de ta part concernant la FR235, elle mesurera la vo2 max et le temps de récupération.

    Aprés à savoir si cela est fiable….

    ps : hâte de voir ton test sur les nouvelles forunner.

    1. Salut,

      Pour être précis, la FR235 donnera bien une valeur de VO2 Max en mode FC optique qui se basera sur une estimation de la variabilité issue du capteur optique, il faudra utiliser une ceinture classique pour bénéficier de cette fonction de manière précise. Au moment de l’annonce de la montre, Garmin avait même annoncé en premier que la VO2 Max ne serait calculée que si une ceinture traditionnelle était utilisée. Note que les 920XT et autres derniers modèles calculaient aussi la VO2 Max même couplés avec un capteur Mio, mais ces données étaient largement imprécises.

      Alors qu’une ceinture « mesure » la variabilité, un capteur optique l' »estime ». Ensuite de quoi ces données sont utilisées pour « estimer » la VO2 Max.

      Mais comme je le répète à l’envie, il n’y a qu’un seul moyen d’obtenir une estimation correcte de sa VO2Max: http://www.nakan.ch/wp/2013/06/16/comment-se-passe-un-test-de-vo2max/

      Alors il s’agira en effet de voir ce que cela donne « en vrai », avant de pouvoir juger plus en avant de la pertinence ou non de cette donnée en FC optique.

      Sportivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.