Comment je réalise les comparatifs de fréquence cardiaque

promotion nakan.ch est aussi sur Youtube! En plus des tests publiés sur ce site, de nombreuses vidéos t'attendent sur la chaîne YouTube du blog! Nouveautés, How-To, interviews et bien plus. Abonnes-toi maintenant!

Au fil des tests, vous êtes nombreux à m’avoir posé des questions ou fait des remarques sur les graphs d’analyse de données de fréquence cardiaque. En effet, ces comparatifs font désormais partie intégrante des tests de montres GPS car la quasi totalité des nouvelles venues sont désormais pourvues de ces capteurs. Alors comment est-ce que je réalise ces comparatifs, avec quels outils et quelles sont les précautions que je prend pour assurer un comparatif le plus exact possible? Réponses dans cet article!

Comment je porte les montres à cardio optique?

Les comparatifs que j’effectue, ainsi que les tests de manière plus générale, ont pour vocation de décrire le fonctionnement des appareils testsé dans des conditions d’utilisation réelles. L’objectif est de rendre compte du fonctionnement « sur le terrain » par un athlète comme un autre. Je porte donc la montre, autant que je peux, comme Monsieur Tout le monde le ferait. Je n’effectue donc pas de test en portant la montre à l’envers, sur le revers du poignet, en serrant trop fort ou pas assez fort le bracelet. J’essaie de me conformer un maximum aux consignes des fabricants, à savoir serrer le bracelet de telle manière que la montre ne glisse pas sur la peau et que le capteur soit constamment en contact elle. Mais le port doit rester confortable pour la pratique sportive effectuée.

Un lecteur m’a demandé de courir sans serrer le poing et en courant les mains ouvertes pour améliorer la performance du capteur. Mais qui court réellement comme ça? Pas moi en tout cas, donc pour obtenir des données d’utilisation dans des conditions réelles, je continue à courir comme j’en ai l’habitude, en serrant un peu le poing (sans pour autant me préparer à un combat de boxe, soyons d’accord).

Comment je suis certain que les ceintures donnent des résultats précis ?

Les ceintures thoraciques sont utilisées depuis de nombreuses années. J’en ai utilisé un nombre incalculable, et en son temps, j’en ai comparé plusieurs en portant deux à trois ceintures pour la même activité sportive. Dans tous les cas, elles ont donné des résultats identiques, dans de bonnes conditions d’utilisation. Mais comme pour tout, il y a quelques règles à respecter pour s’assurer que les ceintures donnent de bons résultats:

  • La pile ou la batterie de la ceinture ne doit pas être trop proche de sa fin de vie, car la ceinture donnera alors des résultats aléatoires.
  • Les électrodes doivent être humidifiées correctement avant l’utilisation. En été, ce n’est pas un problème à cause de la transpiration qui arrive très vite, mais en hiver, il faudra s’assurer d’humidifier correctement les électrodes.
  • La ceinture doit être positionnée correctement. De même, le capteur doit être fixé correctement sur la ceinture textile.

Si ces consignes sont bien respectées, on peut faire confiance aux données de sa ceinture cardio traditionnelle. Si l’humidification n’a pas été correctement effectuée au début de l’activité, les 15à 20 premières minutes pourront donner des données aléatoires.

Quel outil j’utilise pour comparer les traces ?

Enfin, la mesure a été effectuée, les données enregistrées, et les fichiers résultants téléchargés sur les différentes plate-formes des fabricants. Mais encore faut-il comparer ces données. Et les lecteurs du blog le savent, les outils utilisés pour comparer les données ont évolué au fil du temps. Voici un petit historique des outils utilisés à travers le temps, et les raisons pour lesquelles j’ai passé à un autre.

Les débuts: à la main

Aux débuts du blog, mon meilleur ami était Excel. J’importais les données des fichiers, les mettais dans des colonnes distinctes et générait des graphiques. Cela fonctionne très bien mais ça prend un temps énorme. Pas vivable lorsqu’un test doit contenir entre 4 et 6 comparatifs. Sans compter qu’on double le travail avec les comparatifs d’altitude.

Ensuite, mygpsfiles.com

Alors je suis passé à un outil existant: mygpsfiles.com. Ce site permet d’obtenir simplement en chargeant des fichiers divers et variés des compatifs tout prêts:

Cet outil en ligne, complètement gratuit et très simple, présente d’énormes avantages par rapport à Excel, à commencer par le temps passé sur chaque graphique. Mais il présente quelques inconvénients:

  • Les données ne sont pas synchronisées. Cela veut donc dire que si on ne déclenche par l’enregistrement et l’arrêt de l’activité exactement au même moment sur les deux appareils, les comparatifs sont faussés. Un problème si on veut être vraiment sérieux dans les comparatifs.
  • L’outil ne permet pas de comparer des données avancées issues des capteurs tiers, notamment stockés dans les fichiers .fit.
  • Pour conserver les données accessibles, il faut utiliser un service Dropbox qui stocke les fichiers. Il faut donc gérer l’historique sur les deux services.

Un premier outil maison

En parallèle, j’ai donc décidé de créer mon premier outil de comparaison de fichiers tcx. Cet outil a été utilisé pour comparer les données GPS, d’altitude et de fréquence cardiaque sur le site jusqu’au début de l’année 2018. Les archives sont accessibles ici. Cet outil a l’avantage de synchroniser les données avant de les comparer. De plus je peux m’assurer de conserver l’historique tant que je le juge nécessaire sans dépendre de services extérieurs.

Un second outil maison, plus complet

Puis, j’ai commencé à tester le capteur Stryd pour la course à pied. Et là, j’ai eu besoin de comparer des données d’oscillation verticale et de puissance à pied, ce qu’aucun des outils ci-dessus ne permettent. Alors il me restait à choisir entre l’outil de comparaison proposé par DC Rainmaker, mais qui est payant, ou me baser sur mon premier outil pour en créer un nouveau qui supporte toutes les données des fichiers fit. C’est ce que j’ai fait!

Cet outil présente de nombreux avantages par rapport à tous les autres, seul celui de DC Rainmaker est peut-être plus complet. Mais le mien ne me coute plus rien!

  • L’outil est disponible à toutes et tous à l’adresse https://tool.nakan.ch/, en anglais ou en français.
  • Les données sont automatiquement synchronisées et donc les comparatifs sont fiables.
  • Il est possible depuis une mise à jour d’utiliser des fichiers .fit (de préférence) ou des fichiers .tcx (pour la compatibilité)
  • Il permet de comparer tout type de données et de personnaliser les graphiques à volonté et d’y ajouter toutes les données souhaitées (pour les fichiers .fit).

C’est donc désormais cet outil que je vais continuer à utiliser et à développer pour les analyses à venir sur le site. Si vous souhaitez l’utiliser pour comparer des fichiers autres (tels que gpx) vous pouvez facilement les convertir à l’aide d’outils gratuits comme GPSBabel, disponibles pour Mac ou Windows!

En conclusion

Par cet article, je souhaitais donc vous assurer que les comparatifs que j’affiche, qu’ils soient de fréquence cardiaque ou encore d’altitude ou d’autres données, se veulent le plus précis possible, et j’y met tous les moyens à ma disposition.

Il reste que des facteurs physiologiques entrent en ligne de compte lors de comparatifs de cardio optique. En effet, je ne cesse de le répéter: les comportement des capteurs d’un individu à l’autre peuvent changer du tout au tout. N’hésitez pas à consulter cet article pour en savoir plus. A part cela, vous pouvez être sûrs que les comparatifs publiés ici sont effectués avec la rigueur nécessaire pour pouvoir comparer les données entre elles de manière objective!

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poster ici en commentaire, et je me ferai un plaisir d’y répondre!

4 commentaires pour “Comment je réalise les comparatifs de fréquence cardiaque

  1. As-tu réalisé des comparatifs sur la fiabilité des mesures d’altitude liées aux températures ?
    J’ai l’impression que la compensation en température n’est pas parfaite dès que l’on arrive à des moyennes de plus de 30°C sur une sortie (Polar m460).

    1. Non. Mais effectivement, baromètre et capteur de température ne sont dans les faits qu’un seul et même capteur dans nos montres et compteurs, donc des relations de cause à effet sont tout à fait possible!

      Sportivement

      1. Oui, encore vérifié ce jour sur un parcours que je fais une fois par semaine après le travail (un col au dessus de chez moi).
        La température avait baissé et était revenue en dessous des 30° la majeur partie de la sortie. J’ai retrouvé une valeur correcte de 845m de D+, la semaine dernière il faisait très chaud en première partie de sortie et là, j’ai eu 815m en D+.
        Sur toutes les sorties par fortes chaleurs, le D+ est toujours un peu inférieur à la normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.