Le Stryd Wind (2019) testé de fond en comble

promotion Promotion en cours: C'est Noël chez i-run! Avec le code NOEL : 20% de remise sur les nouveautés chaussures et vêtements. Profitez aussi des offres cardio GPS du moment!

De plus, chaque jour, une commande tirée au sort est intégralement remboursée en cashback!

Cet été, Stryd a annoncé une nouvelle version de son capteur de puissance pour la course à pied. Ce nouveau modèle est une évolution du capteur à placer sur la chaussure que l’on connaît maintenant bien dans le monde la mesure de puissance à pied. Apportant plusieurs nouvelles fonctions, la plus importante et intéressante et l’ajout de prise en compte de la force du vent dans la mesure de puissance. Jusque là, c’était un des problèmes récurrents des capteurs de puissance pour les coureurs. Courir face au vent ou avec le vent dans le dos ne nécessite évidemment pas la même quantité d’énergie si l’on souhaite maintenir la même allure. Mais aucune solution sur le marché jusqu’alors ne proposait de solution satisfaisante pour prendre en compte ce paramètre. Mais ça, c’était avant!

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec mon propre Stryd Wind. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce test n’est pas sponsorisé, comme aucune de mes publications d’ailleurs. Ce test a été initialement publié le 27 octobre 2019.

Le grand déballage

À l’arrivée du nouveau Stryd, difficile de voir des différences flagrantes si l’on est déjà propriétaire d’un modèle de la génération précédente. En effet, le packaging semble exactement identique, tout comme le capteur lui-même:

Pour le contenu du packaging, on retrouve:

  • Le capteur Stryd Wind
  • Un support orange et un support noir
  • Un chargeur « clip » et un câble micro-USB pour la recharge du capteur
  • La documentation

Les nouveautés

Le nouveau capteur propose quelques différences par rapport à la version précédente, en plus de cette grosse nouveauté qu’est la prise en compte du vent. Voici la liste complète de ce qui change par rapport à la version précédente:

  • Cette nouvelle version du Stryd est conçue avec une antenne interne qui permet une portée plus grande, pour assurer un bon fonctionnement même avec les montres qui posaient quelques problèmes de réception ANT+ ou Bluetooth. La fenix 5 en particulier.
  • Bien entendu, il y a surtout la prise en compte de la force du vent. Cela implique un orifice à la base (sous la pointe) du module. De plus, le support qui tient le module sur la chaussure possède un canal optimisé à sa base pour diriger le flux d’air dans le capteur. Il n’est ainsi pas recommandé d’utiliser les anciens supports pour le nouveau capteur.
  • La mémoire interne qui permet de stocker les données « hors ligne » du capteur a été revue à la hausse.
  • Le module se charge désormais sur un support dédié à l’aide de deux connecteurs. Ce support est lui-même alimenté par un câble micro-USB. Auparavant, on chargeait le module à l’aide d’un chargeur par induction. Notez que le nouveau module ne se charge plus du tout par induction, contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là.
Le Stryd Wind en charge sur son support

Utilisation générale

Le principe de base de l’utilisation du capteur Stryd n’a pas changé. Pour prendre en main le capteur dans son intégralité, vous pouvez ainsi consulter le test de la génération précédente qui conserve l’intégralité de sa validité. Cet article se concentre sur les différences liées à la mesure de la force du vent.

Le capteur conserve sa connectivité ANT+ et Bluetooth Smart. Les montres compatibles prenant en compte l’intégralité des données fournies par le capteur (oscillation verticale, temps de contact au sol, Form Power, Legs Stiffness…) ne sont toujours pas très nombreuses, on liste les Garmin équipées de l’app Connect IQ ou les Apple Watch. Parmi celles qui supportent la distance/vitesse et la puissance on peut ajouter les Suunto Spartan et plus récentes, ainsi que les Polar V800, Vantage V et M.

L’adjonction des données supplémentaires sur les montres Suunto et Polar peut-être effectuée dans un second temps en synchronisant les données « offline » depuis l’app Stryd!

Pourquoi mesurer la force du vent ?

A vitesse constante, on dépense plus d’énergie à avancer contre le vent (vent de face) plutôt qu’avec lui (vent dans le dos). Cette mesure n’était jusque là pas ou mal prise en compte par les solutions de mesure de puissance du marché. Ainsi, par exemple, fixer son objectif de 290 watts sur un marathon ne représentait pas du tout la même intensité de l’effort en fonction de la force ou de la direction du vent. Et cela limitait l’attrait de cette mesure qui se voulait pourtant « universelle ».

Désormais, avec une mesure en temps réel de la force du vent dans le capteur, cette nouvelle version du Stryd permet de fournir une donnée de puissance ajustée. Elle permet même de prendre en compte l’effet d’aspiration créé par un groupe de coureur, par exemple lors d’une compétition. Il devient donc plus facile de gérer sa course afin d’être régulier dans l’effort.

Comment ça marche ?

Le Stryd Wind est à ma connaissance le premier capteur de course à pied à intégrer un orifice qui entraine directement l’air dans le dispositif pour une mesure directe. Pour le faire, Stryd a utilisé le support (ici en orange) pour créer un « entonnoir » qui amène le vent dans le capteur vers une sorte de spiromètre électronique.

On voit bien ici l’orifice sous le support qui guide le vent dans le capteur

Le nombre de watts est-il équivalent à l’ancien modèle ?

Stryd a repris dans son nouveau capteur exactement la même base de mesure de la puissance que sur ses anciens modèles. La puissance nécessaire à luter contre la résistance de l’air a simplement été ajoutée. Cela signifie que lors d’une course sans aucun vent, la puissance de course sera supérieure sur la nouvelle génération de capteur par rapport à l’ancienne. Pourquoi? A cause du phénomène nommé « vent vitesse ». En effet, si je cours à 12km/h à plat sans aucun vent, le capteur va ressentir une force de vent équivalente à ma vitesse, soit 12km/h. Donc la puissance indiquée par le capteur qui prend en compte le vent sera supérieure à celle fournie par l’ancien capteur comme on le voit dans ces deux graphiques, courus lors de journées de vent quasiment nul:

Ainsi, le nombre de watts fournis par le nouveau capteur sera légèrement supérieur dans la plupart des cas. Je recommande donc après avoir changé de capteur d’effectuer un nouveau test de rFTPw.

Comment savoir quelle énergie est consacrée à vaincre la résistance de l’air ?

Stryd fournit dans le PowerCenter un graphique qui permet de visualiser la donnée « AirPower ». Cette données est également enregistrée dans les données IQ des fichiers FIT des montres Garmin compatibles. Enfin, la donnée est disponible aussi pour les autres montres après synchronisation des données « offline » du capteur Stryd depuis l’app.

Ici, un zoom sur une petite partie de course à pied quasiment sans vent.
Une part plus importante de la puissance est utilisée pour vaincre le vent!

Lorsqu’on active la donnée « Air Power » dans le graphique, on peut voir en gris la proportion de watts nécessaire à vaincre la force du vent pour l’avancement.

Bien entendu, la données est également directement intégrée directement à l’affichage en watts sur la montre!

Les limitations de la mesure du vent par le Stryd

Le capteur Stryd est placé sur la chaussure. La chaussure est au niveau du sol. Le vent au niveau du sol n’est pas forcément le même qu’au niveau des épaules… C’est le cas en particulier lors de vent 3/4 face avec un muret, une haie ou un trottoir le long de la route. On est abrité du vent jusqu’aux genoux, mais on fait tout de même face au vent avec une grande partie du corps. Dans ce genre de situations, la mesure est faussée.

C’est la seule limitation que j’ai trouvée à la mesure du vent par le capteur. Dans ce cas de figure, si on se fie aux données fournies par le capteur, il faudra se méfier.

Conclusion

A l’usage, aucune différence pratique ne distingue l’ancien capteur du nouveau. Pour les anciens utilisateurs, l’adoption du nouveau est quasiment transparente. La seule chose à prendre en compte est le fait qu’à une intensité identique, le capteur indiquera environ 10% de watts en plus, à cause de la prise en compte de la résistance du vent. Il faudra donc appliquer à peu près ce facteur à sa rFTPw le temps qu’elle se mette à jour automatiquement, ou alors procéder à un nouveau test.

Concernant la recharge, je préfère personnellement le nouveau support, plus facile à emmener avec soi lors de déplacements, plutôt que le chargeur à induction du modèle précédent. Mais c’est une question personnelle. Et finalement, cela ne change pas fondamentalement les choses.

pour le reste, j’ai pu compter sur la fiabilité du Stryd lors de mes compétitions en Italie et au Portugal au mois de septembre. Surtout en Italie, la gestion de course à l’aide de la mesure du vent a été intéressante! C’est indéniablement une belle avancée dans la mesure de puissance à pied, une fonction qui va encore aider un peu plus à rendre cette mesure incontournable dans la discipline pour les années à venir!

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour aller sur les sites amazon.fr, i-run.fr ou Wahoo Fitness Europe. En passant par les liens ci-dessous, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Les prix sont mis à jour une fois par jour. Vous pouvez configurer des alertes de prix grâce au comparateur pour être informé automatiquement en cas de baisse de prix! Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN.

    29 commentaires pour “Le Stryd Wind (2019) testé de fond en comble

    1. Salut Greg,
      Je n’ai pas voulu attendre le test pour me procurer le capteur, j’en suis vraiment satisfait.
      Mais tu devrais faire un test sur une piste d’athlétisme un jour avec vent et un jour sans.

      Si la théorie suit la réalité, en faisant un tour sur la piste à vitesse constante, la vitesse moyenne sur un tour devrait être la même les deux jours. Mais, le jour où tu as du vent, tu devrais avoir une asymétrie sur la piste entre la partie sous le vent et contre le vent.
      L’idéal serait de faire la série de tests à plusieurs vitesses.

      Sinon, j’ai une petite info de Stryd qui devrait avoir un impact dans les prochains mois pour les utilisateurs de Garmin: ils sont en train de créer une bibliothèque pour les développeurs. Bref, ça veut dire que les développeurs logiciels et utilisateur de Stryd pourront enfin faire des champs de données et des applis qui utilisent les possibilités de ce capteur. Ca à l’aire de rien, mais ça risque aussi d’être un vrai plus.

      1. J’ai tenté de types de comparatifs mais il y a trop de paramètres hors de contrôle sur une piste… La seule vraie solution pour tester ça de manière rigoureuse serait de mettre un tapis de course dans un wind tunnel. Ce que Ray Maker a fait, mais même lui a eu des soucis de protocoles… Moi je n’ai pas d’accès à de telles infrastructures.

    2. Bonjour Greg,

      Encore merci pour ton test à ma connaissance tu es le seul francophone à faire ce genre de test ,alors encore un grand merci.

      Par contre il n’y a toujours aucun capteur qui permet de prendre en configuration la nature du sol , mais bon je reste optimiste quand je vois les évolutions du capteur.

      Sportivement,
      Simon

      1. J’ai l’impression que le capteur en tient compte. Du moins, quand je suis sur un chemin forestier ma puissance a tendance à augmenter à la même allure par rapport à la route.
        Certainement, le capteur arrive à analysez la différence de rebond et voit par ce biais que la foulée est plus amortie. J’ai de on côté pas fait de vrais tests mais l’impression est que quand je cours à puissance constante, ma vitesse diminue légèrement sur un terrain meuble. Mais, franchement, le terrain ne fait pas autant d’effet sur la puissance ( plus ou moins 10W) d’après mon expérience et je trouve que l’indicateur de stryd est assez bon même dans ce cas.

        Ceci étant dit, là où le capteur est génial, c’est quand tu fais un cross avec un terrain très accidenté. Je trouve que c’est très difficile de trouver un rythme quand tu as des petites montées raides avec des virages tous les 10 mètres. On a tendance à les prendre très vite et au bout de 100m, on sent l’épuisement. Là, je vois que le capteur de puissance est souvent allé très haut alors que la fréquence cardiaque commence à monter bien plus tard. Faire ces passages à puissance modérée permet de bien repasser à la vitesse de croisière après.
        C’est pareil avec le vent, on a tendance à taper trop fort quand il vient de face car le reflex est de contrer. Alors, qu’il vaut mieux s’économiser pour garder des réserves. Là le capteur est un très bon indicateur pour apprendre à gérer ce passage.

    3. Bonjour Nakan,

      Merci pour ce nouvel article !

       » Le vent au niveau du sol n’est pas forcément le même qu’au niveau des épaules… […] C’est la seule limitation que j’ai trouvée à la mesure du vent par le capteur »

      J’adhère a cette dernière remarque mais je crois qu’il faut aller beaucoup plus loin, n’est-ce pas ?
      – Le vent de dos n’est pas capté&analysé par le stryd.
      – Les vents latéraux sont très probablement mal captés&analysés par le stryd : vu la configuration du trou en tête du capteur. (S’il y avait d’autres trous à 90° OK…)

      De mon point de vue, Stryd a amélioré sa précision de la mesure de la puissance lorsqu’il n’y a pas de vent, merci.
      Et Stryd a amélioré sa précision de mesure de la puissance lorsqu’il y a un vent de face, merci.
      S’il y a du vent et qu’il n’est pas de face… back to the previous Stryd.

      Rien à voir,
      Tu es actifs sur ton site, et tu es également très actif sur ta chaine Youtube. Est-ce que tu prévois à l’avenir de poster les vidéos youtube sur ton site ?

      Merci,
      Arnaud

      1. Le nouveau Stryd prend en compte le vent de dos…
        Quand on court à 10km/h et qu’il n’y a aucun vent, le capteur mesure une résistance à l’air malgré tout.
        Donc si le vent vient de dos, il y a moins de résistance à l’air pour la même vitesse. Et le capteur le prend en compte.

        Après, pour le vent de côté, est-ce vraiment impactant en course à pied? (à part de très grosses bourrasques)

        1. Ok exact !
          S’il y a un flux d’air dans le sens de la course c’est vrai que la résistance va être moindre.
          Merci.

          S’il y a du vent latéral, tu luttes pour aller tout droit oui, forcément plus que s’il n’y a pas de vent.

    4. Greg,
      Rien à voir vraiment avec ce test.
      Tu as déjà pensé utiliser les métriques de Stryd pour choisir tes chaussures?
      Je me demande notamment si on peut se baser sur le « Leg Spring » pour choisir des chaussures performantes ou si « Form Power » ou « Ground Time » sont des métriques pouvant permettre de choisir des chaussures plus protectrice pour les articulations.

      Personnellement, ces métriques ne me servent à rien car je ne sais pas comment arriver à les influencer par un entraînement dédié. Par contre, je peux imaginer que l’équipement a une sacré influence. Il suffit de courir avec des chaussures de ville pour se rendre compte de ca.

      1. En effet. Personnellement, je ne les ai pas utilisées pour choisir des chaussures, mais je compte en effet les utiliser pour tester des chaussures à l’avenir, notamment la Nike Vaporfly 4% ou la NEXT%.

        Sportivement.

        1. J’ai justement changé de chaussures et j’ai essayé d’utiliser Stryd pour voir si je notais une différence.
          J’ai tout d’abord essayé une chaussure qui se prétendait plus amorti. J’étais pas bien dedans j’avais l’impression de de rebondir de trop. L’oscillation verticale est effectivement passée de 6 avec mes anciennes à 10 cm.
          Ensuite, avec les 3 autres paires, peu de différences notables en ce qui concerne la mesure. Mais, les sensations de l’une à l’autre sont très différentes. J’ai même essayé une chaussure de trail où j’étais pas à l’aise du tout mais au bout du compte les indicateurs de Stryd semblaient pas vraiment indiquer grand chose de pertinent.

          Bref, le feeling est bien plus précis que le foot pod pour choisir les chaussures.

    5. Salut Greg et la communauté sportive,
      Je me suis laissé convaincre par tes conseils/suggestions dans ton podcast avec Ermanno, et je viens d’acheter un podomètre Stryd. Je suis prêt à me lancer dans des entrainements bases sur la puissance.
      Quelle montre compatible avec Stryd me conseillerais-tu (ou conseilleriez-vous)?
      Voici mon bref profil: coureur sur distance semi-marathon et 5-10k, avec objectif d’améliorer mon allure, et de passer sur marathon d’ci 4-5 ans (et éventuellement triathlon sprint). Entre 1000-2000km par an pour le moment. Et j’avais jusqu’a present une Garmin 620 que j’utilisais en course pour voir mon allure… mais j’utilise principalement ismoothrun sur iPhone pour guider mes entrainements et Smashrun.com pour analyse post-entrainement.
      J’espère que mes infos sont suffisantes pour recevoir des conseils de ta/votre part.
      Un grand salut de Merced, Californie d’où je vous écoute!
      Sylvain

      1. Salut!

        C’est génial d’avoir des nouvelles d’auditeurs californiens ;-)

        Pour les montres tu as l’embarras du choix. Quasi toutes les dernières Garmin peuvent être utilisées avec le Stryd et en exploiter quasi toutes les données. Je peux te conseiller pour tes objectifs à venir:
        – Forerunner 245
        – Forerunner 935
        – Forerunner 945
        – fenix 5 / 5 Plus / 6

        Sinon, les montres suunto et Polar supportent le Stryd pour la cadence, vitesse et puissance. Les Vantage de Polar ou la Suunto 5 / Suunto 9 de Suunto te permettent de l’utiliser. Avec ces motnres, il faudra synchroniser les données restantes (oscillation verticale, temps de contact au sol…) avec l’app Stryd en plus de la synchro de la montre.

        Enfin, l’Apple Watch est également compatible, mais un peu moins pratique pour un usage sportif important.

        Sportivement.

        Greg

    6. Bonsoir
      Est-ce qu’il y a un revendeur de ces capteurs STRYD en Suisse ???
      Est-ce que Garmin Suisse ne pourrais pas les importés et les vendre en Suisse ??
      Peut-être que vous avez une réponse ou vous pouvez inciter quelqu’un pour la revente en Suisse.

      Meilleures salutations
      Lirgg

    7. Bonjour tout le monde : petit problème rencontré ce matin avec mon Stryd sur une sortie très grasse et très boueuse : perte complète du capteur à mi-parcours qui s’est mis en rideau, et n’a pas redémarré.
      Je suis allé voir sur leur site, je n’ai pas trouvé d’indication d’IP, ils indiquent juste qu’il est water résistant : « Stryd is water-resistant and will not be damaged by running in rain (although we advise against running through deep standing water). »
      De retour à la maison, je l’ai positionné au dessus d’un radiateur, trou vers le haut pour laisser s’évacuer l’éventuelle humidité qui serait rentrée, et tout est reparti.
      Méfiance tout de même pour les sorties très humides, voire avec des traversées de cours d’eau.

      Petite remarque en passant, ça m’a permis de comparer la courbe de vitesse sur la première sorte du parcours avec le Stryd : bien lisse avec assez peu de variation, avec la seconde partie sans le Stryd : en dent de scie, très hachée avec une très importante variabilité de la vitesse instantanée (Voir les commentaires que j’ai déjà fait sur le Stryd avec la Polar Vantage M).

      Preuve de la très grande précision de ce capteur.

      1. Effectivement, je n’ai jamais eu de problème mais je n’ai jamais non plus traversé de cours d’eau avec le nouveau capteur. Avec la neige qui ne manquera pas d’arriver cet hiver dans ma région, je ferai un feedback si je rencontre les mêmes soucis !!

        Sportivement.

        1. En fait, je passais dans un chemin, sur un pont, sous lequel en temps normal passe une rivière.
          Sauf qu’avec toute la pluie des derniers jours, le niveau avait bien augmenté d’1m50, avec de l’eau jusqu’au dessus du genou en passant sur le pont.
          Et très franchement, j’y suis allé franco, sans penser un seul instant au Stryd.
          Pendant la traversée, mon chrono s’est arrêté puisque je l’ai programmé pour se mettre en pause sur une vitesse nulle –> j’ai juste pensé que c’était le Bluetooth qui ne passait pas dans l’eau, mais une fois au sec, j’ai dû enclencher manuellement le redémarrage du chrono, en voyant qu’il ne repartait pas tout seul, et que le picto du Stryd était passé en rouge.
          C’est vrai que jusqu’à présent, j’avais fais des sorties juste très humides qui n’avaient posées aucun problème –> la prochaine fois que cette situation se reproduira, je penserai à le déclipser avant de traverser.
          Maintenant, j’espère que le simple fait de mettre le pied dans une flaque d’eau ne provoque pas le même désagrément, d’autant plus qu’un SAV pour cause d’infiltration d’eau ne semble pas être pris en charge d’après ce qu’ils écrivent sur leur site.
          Apparemment, Styd est basé dans le Colorado, avec un désert à proximité (Mais aussi les montagnes rocheuses) –> s’ils sont plutôt coté désert que montagne, peut-être qu’ils ne savent même pas ce que c’est que la pluie ;-))

          1. Bonsoir,
            En trail j’essaye (quand c’est une grande flaque ou un petit cours d’eau et que c’est possible) de ne jamais mettre le pied avec le capteur dans/sous l’eau : les données altimètre sont instantanément et assez irrémédiablement perturbées… il y a pas mal de posts à ce sujet sur le net depuis le premier stryd.
            Arnaud

            1. En effet, le baromètre qui mesure l’altitude sur les modules Stryd est un petit trou. Il suffit que de l’eau ou autre chose obstrue l’orifice de mesure de la pression et tout le système se dérègle… C’est d’ailleurs mentionné sur le site de Stryd, il est déconseillé de l’immerger.

    8. Bonjour Greg,
      Après la lecture de tes articles toujours aussi complets et intéressants j’ai fini par me laisser tenter par le Stryd. Au delà de la puissance ce qui m’intéressait c’est la mesure instantanée de l’allure pour mes séances de fractionné. Et là je suis plutôt douteux sur les mesures. J’ai l’impression qu’il y a un décalage de plusieurs secondes. Par exemple sur mon 30/30 j’atteindrais mon allure cible à environ 7″ après le bip (d’après le graphique Garmin et Stryd) alors que j’accélère aussitôt et je pense être à ma vitesse en 2 voir 3 secondes maxi. Sur une course de 30″ je trouve que 7″ de retard pour la mesure de vitesse c’est beaucoup. As tu constaté des décalage des quelques secondes entre le moment où tu changes d’allure (ou puissance) et le moment où c’est pris en compte sur la ligne du temps sur le graph ? C’est pas facile à expliqué mais très visible sur les graphiques Garmin post course. Sur un lap de 30″ d’accélération mon allure est décalée comme si je partais quelques secondes plus tard que le bip et m’arrêtait quelques secondes après également.

      1. Il faut deux à trois foulées au Stryd pour adapter la vitesse, ce qui me semble plutôt logique d’un point de vue algorithmique. Comme le Stryd n’est que sur une chaussure, on peut largement imaginer que 3-5 secondes soient nécessaires. Si on prend en compte ton accélération naturelle, 7 secondes me semblent convenables. Tu n’aura à mon avis rien de plus réactif que ça avec aucune solution disponible sur le marché…

        Sportivement.

      2. Revenez un peu sur terre!
        La vitesse est mesurée en analysant la foulée. Lors de la foulée, pendant les 200ms de temps au sol, la vitesse est nulle et lorsque le pied se projette en avant, elle dépasse 100 km/h. Il faut donc faire une moyenne sur toute la durée d’une foulée si on ne veut pas avoir des valeurs complètement fantaisistes.
        Comme on ne sait pas détecter une fréquence si on n’a pas au moins deux périodes (théorème de Shannon) et que la foulée d’un pied a un cycle d’un peu moins d’une seconde, on ne peut pas mesurer de vitesse par ce biais en dessous de 2s d’échantillonnage.

        Et si le rythme n’est pas parfaitement régulier, c’est pire. Pour éviter les pics de vitesse, il faut alors échantillonner plus longtemps. (le cas périodique est en fait le cas idéal optimal) et utiliser des filtres fréquentiels. Pour moi, dans ce contexte quelques secondes de délais c’est plus que normal.

        D’ailleurs, pour la petite histoire, j’ai du pour l’aviron ajuster la vitesse car la montre garmin indiquait n’importe quoi: elle oscillait entre 5 et 15km/h. Pour la même raison: la vitesse instantanée était trop instantanée et variait en fonction du cycle du rameur (2-3 secondes). J’ai du prendre une vitesse moyennée/filtrée sur une période de plus de 10s pour obtenir des valeurs stables.

        Dans ce contexte, je trouve que Stryd est vraiment sans reproche.

        1. Merci pour cette réponse très précise. Je comprends bien la raison du décalage maintenant. C’est d’ailleurs tout à fait logique. Le Sryd est un super produit mais c’est vrai que pour du fractionné court c’est finalement pas très adapté, du moins pas si je cherche à travailler avec l’allure instantané pour essayer de rester dans ma zone calculée en fonction de la VMA.

          1. Bonjour
            Je pense qu’il faut aussi prendre en compte le paramètre de lissage de la vitesse instantanée du Stryd dans votre réflexion.
            Il est possible de demander à la montre d’afficher le Power sur un real time, moyenne 3 sec, moyenne 10 sec etc..
            Et par définition certains réglages (lissage 10 ou 30 sec) impacteront nécessairement votre besoin de précision.
            Arnaud

          2. Pas très adapté ? A part le laser de Kipchoge, je trouve rien de plus adapté que le Stryd pour le fractionné court, personnellement… Il n’y a rien d’autre qui égale ce capteur, et de loin. Après c’est certain que pour un fractionné de bonne qualité, il faut un minimum se connaitre… Si tu pars à 12km/h pour une série que tu dois courir à 16km/h et que tu dois corriger avec une montre, le problème n’est pas tant la technologie, mais plutôt le manque de feeling avec ta course. Si tu pars à 16.3km/h à la place de 16, je ne pense pas que 7-10 sec posent problème, même sur des séries de 200-300m.

            1. Bonjour,
              En fait c’est pas vraiment la vitesse instantanée qui m’intéresse pendant la course car je me connais assez pour savoir l’allure approximative à laquelle je dois courir, c’est plutôt le graphique et les chiffres après la course qui me gênent. Sur une séance de fractionné court en 30/30 la courbe d’allure est décalée par rapport aux circuits de l’exercice (étapes programmées dans l’entraînement Garmin), ce qui fausse les allures moyennes de chaque circuits (accélérations, repos…). Comme le Stryd a un temps d’adaptation d’environ 7s entre le départ de l’ accélération et le moment où il enregistre ma vitesse réelle, l’allure enregistrée au début du circuit est plus lente et donc la moyenne des 30 secondes est plus faible que l’objectif fixé. A l’inverse les 7 premières secondes du temps de récupérations sont enregistrées pour des allures plus rapides que réellement et donc l’allure moyenne de la récupération est plus élevée que réellement. C’est un peu compliqué à expliquer et peut être que je me prends trop la tête mais j’aime bien la précision. En tout cas je suis d’accord avec tous les avis sur le fait que le Stryd reste un super produit et probablement le plus précis des systèmes actuels.

              1. J’ai eu le même problème que toi, sur une séances de 3x500m, 6×30″:30″,3x500m,sur les 500m j’étais entre 1’31 »,1’32 »,et bien mesuré parle stryd mais une fois sur la pelouse pour le bloc de 30″30″ou je devais mettre plus intensité je voyais une allure moyenne de 3’22 » au plus vite , je n’ai rien compris pensant aller beaucoup plus vite que mes 500 , peut être ce changement par rapport a la nature du terrain ?

                1. Ce n’est pas la nature du terrain non. Je pense que c’est comme cela a été expliqué, c’est à dire qu’il faut un peu de temps au Stryd pour calculer l’allure et sur une courte durée comme du 30/30 le temps d’adaptation impacte la moyenne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.