Les tests de matériel

Le capteur de glycémie Supersapiens testé de fond en comble

promotion nakan.ch est aussi sur YouTube: Astuces, tests et bien plus sont à retrouver sur la chaîne YouTube. Ne manquez pas les dernières vidéos et n'oubliez pas de vous abonner
 

S'abonner à la chaine: S'abonner

Si il y a bien un sujet rabâché régulièrement sur ce site et surtout dans le podcast, c’est bien les filières énergétiques… Élément essentiel de la science du sport, de la compréhension des différentes intensités et donc de la durée d’un effort type, le fait que l’on sollicite plutôt lipides, glucides ou protéines doit être maitrisé par le sportif qui souhaite progresser. Mais si ces concepts de base sont finalement assez vite assimilés, reste la question du monitoring réel de ces données. Passer de la théorie issue d’algorithmes à une mesure réelle est désormais possible avec la solution Supersapiens. Mais quels sont les avantages d’une solution de monitoring continu de la glycémie pour un sportif d’endurance? Analysons cela en détail!

A propos de ce test

Les marques mettent parfois les appareils à ma disposition pour la durée du test, et je le renvoie une fois le test terminé. Lorsque ce n’est pas possible, j’achète alors l’appareil en question pour le tester. En tous les cas, j’ai une indépendance totale quant au contenu des tests. Je n’accepte jamais de publier du contenu sponsorisé. Pour tout savoir de ma politique de publication et d’affichage publicitaire sur ce site, rendez-vous sur cette page.

Ce test a été publié le 14 juin 2021.

Ce qu’il faut savoir

Avant de démarrer la présentation de la solution Supersapiens, voici quelques pré-requis souhaitables ou nécessaires pour son bon fonctionnement, ainsi que quelques données importantes à connaitre pour choisir en connaissance de cause:

  • La solution Supersapiens s’adresse à des sportifs qui souhaitent analyser leur glycémie en temps réel. Elle n’est pas destinée à des sportifs diabétiques.
  • Avant de commander des biocapteurs, assurez-vous que votre smartphone est compatible (il doit supporter le NFC et le Bluetooth Smart notamment). La liste complète est disponible sur le site de Supersapiens. En gros, un iPhone depuis l’iPhone 8 ou un Samsung Galaxy S5 ou plus récent, et c’est bon. Sinon, vérifiez à deux fois!
  • La solution Supersapiens n’est pas disponible dans tous les pays. Au moment de publier cet article, le capteur est disponible en Suisse, en France, au Luxembourg, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autrice, en Italie et en Irlande.
  • L’intégration avec les montres ou compteurs Garmin en est encore à ses balbutiements, et l’une des limitations est le fait qu’il est nécessaire d’avoir son smartphone avec soi en tout temps pour que cette intégration fonctionne!

Tout savoir sur Supersapiens en vidéo

Pour tout savoir de la solution Supersapiens ainsi que des conclusions de mon test, c’est dans cette vidéo. Entre l’application du capteur, l’utilisation pour l’entrainement sportif et l’intégration avec les montres et compteurs Garmin et même un peu plus!

Formules et abonnements

La solution Supersapiens, actuellement vendu exclusivement au travers du site supersapiens.com, s’articule autour de deux éléments qui fonctionnent ensemble: l’application mobile pour la remontée et l’analyse des informations de glycémie, et un biocapteur qui mesure en permanence le taux de glycémie dans le sang.

L’application mobile est gratuite et peut être téléchargée sur les téléphones iOS ou Android compatibles dans les pays pour lesquels Supersapiens est disponible.

Le biocapteur, modèle LibreSense de Abbott spécifiquement prévu pour le système Supersapiens, est disponible via plusieurs formules, soit par pack de capteurs, soit par abonnements:

  • La formule d’essai: 1 capteur (2 semaines de mesure) pour 65€ (65€/capteur)
  • Pack d’entrainement 3 mois: 7 capteurs (7x 2 semaines de mesure) pour 450€ (64.30€/capteur)
  • Pack d’entrainement 6 mois (ou pack Ironman): 12 capteurs (12x 2 semaines de mesure) pour 780€ (65€/capteur)
  • Abonnement mensuel: 2 capteurs envoyés par mois (2x 2 semaines) pour 129€/mois (64.50€/capteur)

On le voit, il n’y a quasiment aucune différence de prix entre les différentes formules. Le capteur revient, à quelques centimes près, invariablement au même prix.

Quelle que soit la formule choisie, on reçoit les mêmes capteurs, emballés individuellement. On peut donc décider de commander un pack de 12 capteurs à se partager entre 3 sportifs, cela simplifie le processus de commande, mais on l’a vu, ne change pas réellement le prix final.

Enfin, notez que pour certains pays, le prix sur le site de Supersapiens est indiqué hors taxes, et le prix final est ajusté juste avant de passer la commande en incluant les éventuelles taxes et TVA du pays de destination, ce qui peut avoir un impact sur le montant total!

Le grand déballage

Chaque biocapteur est emballé séparément. L’emballage contient le capteur lui-même, mais aussi tout le nécessaire pour le mettre en place sur le bras. Voici le déballage d’un des biocapteurs:

On retrouve donc:

  • Un applicateur pour le biocapteur
  • Le biocapteur
  • La documentation
  • Un « Performance Patch », une protection à coller sur le biocapteur une fois en place

Fonctionnement général

Avant d’entrer dans le détail de la mise en place et de la mesure, voici dans les grandes lignes comment le système fonctionne. La glycémie dans le sang est mesurée par le capteur qui est collé sur la peau. Lors de sa mise en place, un filament a été placé sous la peau pour mesurer la glycémie sanguine.

Dès qu’il est mis en place avec l’applicateur, le biocapteur est également activé. Depuis l’application mobile, on vient « scanner » le biocapteur en plaçant le téléphone directement dessus. Ensuite, durant 60 minutes, le système se calibre, puis il dispose d’une autonomie de 14 jours, durant lesquels il transmettra à l’application un relevé par minute.

Si le smartphone et l’application Supersapiens s’éloignent du biocapteur, ce dernier peut enregistrer les données de manière autonome durant un maximum de 8 heures. Attention toutefois car en mode autonome, la précision baisse car l’enregistrement se fait toutes les 15 minutes seulement. Il est donc préférable d’avoir son smartphone avec soi pour une mesure plus précise.

Application du biocapteur

Dans le pack du capteur, on trouve tous les éléments nécessaires pour appliquer le biocapteur. La procédure est simple et peut facilement être effectuée seul. Pour ce test, j’ai appliqué 4 capteurs, je n’en ai « raté » aucun.

Positionnement: à l’arrière du bras

La première étape consiste à choisir l’endroit où on veut appliquer le capteur. L’arrière du bras est un endroit privilégié pour plusieurs raisons. Premièrement, il est facile de se l’appliquer soi-même à cet endroit. Et surtout, une fois appliqué, le capteur ne provoque aucune gêne dans la quasi totalité des activités sportives ou quotidiennes.

Une fois la zone identifiée, il faut s’assurer à ce que la peau soit propre. Personnellement, j’ai utilisé le savon anti-bactérien qu’il me reste, il m’avait été fourni pour ma douche avant l’opération de mon coude. Après le lavage au savon, la zone doit être soigneusement séchée pour que le biocapteur se fixe correctement et ne tombe pas.

Préparer l’applicateur et le biocapteur

Préparation du biocapteur dans l’applicateur

Ensuite, l’application en elle-même:

  1. Vérifier que l’applicateur et le biocapteur du pack contiennent le même numéro d’identification
  2. Retirer l’opercule du biocapteur
  3. Dévisser le capuchon de l’applicateur
  4. Insérer l’applicateur dans le conteneur du biocapteur en alignant les deux repères jusqu’au clic
  5. Sortir l’applicateur, le biocapteur est désormais inséré et prêt à être appliqué
  6. Positionner l’applicateur sur l’arrière du bras, à l’endroit où on souhaite appliquer le capteur
  7. Presser jusqu’au déclenchement du mécanisme qui va appliquer le capteur, le coller et l’activer

Une mise en place indolore

La mise en place dure le temps de la détente d’un ressort!

Sur 4 applications, 3 se sont passées sans que je ne sente rien du tout. Lors d’une des applications, j’ai senti un léger picotement durant quelques secondes directement après avoir fixé le capteur, sans que je puisse qualifier cela de douloureux… Ensuite, le port du capteur durant 14 jours s’est toujours très bien passé, je ne l’ai jamais perdu avant la fin et lorsque l’app me signale qu’il est arrivé au bout, il tenait encore bien en place, étant même assez difficile à décoller…

Pour protéger le biocapteur, Supersapiens fourni désormais aussi des « patchs » textiles à coller par-dessus le capteur. Ce patch supplémentaire permet d’éviter un éventuel arrachage accidentel du biocapteur. Ce patch n’est pas obligatoire, j’ai porté 2 de mes 4 capteurs sans l’utiliser.

Démarrer avec la solution Supersapiens

La collecte des données du capteur permet d’alimenter l’application Supersapiens sur le smartphone. C’est ici que les données sont centralisées et analysées. Elles peuvent ainsi être mises en perspective avec des repas, des activités sportives ou d’autres événements. Enfin, pour que le biocapteur se mette à fournir des données, il est nécessaire de le scanner à partir de l’app!

Configuration initiale

Lors du premier lancement de l’application Supersapiens, il faut créer son compte et donner quelques renseignements habituels (sexe, taille, poids, type d’activité, sports pratiqués) et quelques autres un peu moins habituelles (ethnie, régime alimentaire):

Ensuite, l’app propose une visite guidée de l’application avec les différents éléments. Nous reviendrons en détail plus loin dans cet article sur les données disponibles et leur interprétation. La partie suivante est consacrée à l’application du biocapteur abordée ci-dessus.

Coupler le biocapteur

Enfin, sur l’écran d’accueil, l’app propose de coupler le capteur. Le capteur a bien été placé sur le bras, mais pour l’instant, il n’est pas lié à l’application mobile. Pour le faire, on active le couplage dans l’app, puis cette dernière demande de scanner le signal NFC du biocapteur. Pour le faire, on colle le smartphone sur le capteur, et en quelques secondes, l’app détecte et lance le calibrage du biocapteur:

Après le scan, le biocapteur s’initialise durant 60 minutes. Ce n’est donc qu’après ces 60 minutes dont on peut suivre le décompte dans l’app que les premières données de glycémie live sont disponibles dans l’app.

Généralités sur la glycémie

La glycémie est la mesure du taux de glucose dans le plasma sanguin. Le glucose sanguin peut être considéré comme le carburant de l’être humain. Le corps en a besoin pour produire de l’énergie, et a donc besoin de réguler le taux dans le sang.

En dehors de prises de repas et en dehors d’activités sportives, les normes médicales considèrent une glycémie « normale » entre 63 et 110 mg/dl. Après l’absorption d’un repas riche en glucides avec un indice glycémique plutôt élevé, le taux peut monter à 180mg/dl.

Lorsque le taux de glycémie augmente rapidement, par exemple suite à l’ingestion d’aliments à index glycémique élevés, le système de régulation naturel s’active et régule ce niveau en produisant de l’insuline: cela fait baisser le taux de glycémie. En cas de variations rapides, on constate un effet yoyo: la réponse du système de régulation est si forte que le taux chute en-dessous du niveau idéal. C’est pour cela qu’il est préférable de maintenir un niveau plutôt stable.

Analyse dans l’app Supersapiens

Le biocapteur en place, il va transmettre les données de glycémie à l’application. C’est dans cette dernière que sont centralisées et analysées les données brutes ainsi que les rapports qui en découlent.

Valeurs de glycémie et tendances en temps réel

On accède à la vue « Live » de l’application, qui nous donne en un coup d’œil le suivi de la glycémie instantanée ainsi que les valeurs des heures précédences et la tendance:

L’indication en temps réel de glycémie est indiquée dans une « bulle » qui change de couleur en fonction des objectifs que l’on peut configurer dans son profil. Par défaut, l’objectif hors activité sportive est fixé entre 70 et 140. Plus la valeur est proche de la limite supérieure, plus la couleur vire vers le rouge. Plus elle est proche de la limite inférieure, plus elle devient bleue. La petite flèche à côté du chiffre indique la tendance. Ici on le voit, elle est à la stabilité.

Le graphique en-dessous affiche l’historique des dernières heures, qu’il est possible de faire défiler. Pour remonter dans l’historique des jours précédents, on peut sélectionner le jour en question dans la partie inférieure de l’écran.

Gestion des événements, automatiques ou manuels

Dans cet historique, il est possible de marquer des événements. Pour le faire, on dispose d’un bouton dans la partie supérieure de la vue « Live »:

Il est possible d’ajouter des événements de type sportif ou de type « hors activité ». Ici j’ajoute un événement de type repas, qui permet immédiatement de comprendre la raison de cette montée de glycémie.

Pour les événements sportifs, il est possible de coupler l’app Supersapens à Apple Santé. Au moment de rédiger cet article, je crois que c’est la seule source de données disponible. Une fois le lien établi, les activités sportives récupérées dans Apple Santé sont automatiquement ajoutées comme événements dans la timeline:

Il serait bien à l’avenir de pouvoir coupler les plateformes sportives directement pour récupérer les données d’entrainement!

Valeurs en temps réel pour les activités sportives

Durant un effort, le niveau de glycémie idéal se situe entre 110 et 150mg/dl. Il est assez surprenant lors des premières utilisations à l’entrainement comment la glycémie augmente dès que l’effort débute. Le corps doit produire plus d’énergie, et immédiatement les mécanismes de régulation entrent en jeu.

Lors de l’analyse des données, une fois l’événement créé, on peut accéder aux détails sur cet événement. Ici, il s’agit d’une séance de course à pied:

L’analyse de cet entrainement d’endurance de course à pied d’environ 1h30 montre des éléments intéresants. Le premier est la baisse du niveau de glycémie au long de l’effort. Très stable sur les premières 30 minutes, on voit une baisse légère sur les 30 minutes suivantes, puis une baisse plus importante et rapide sur les 30 dernières minutes. Sur cet entrainement, je ne me suis pas ravitaillé autrement qu’avec de l’eau, donc aucun apport en sucres.

Autre constat intéressant: la montée du taux de glycémie au moment de commencer l’effort, puis la chute après avoir arrêté de courir. Enfin, on voit aussi la remontée glycémique avec une boisson sportive prise juste après l’effort (et le délai avant que le taux ne remonte réellement).

Mieux planifier son alimentation pendant l’effort

A l’entrainement, la mesure en temps réel est une aide, en particulier pour des entrainements ou des épreuves d’une durée supérieure à 1 heure. En effet, la stratégie la plus efficace consiste à garder son niveau de glycémie le plus stable possible. La solution Supersapiens permet donc d’adapter individuellement sa stratégie de nutrition lors d’entrainements pour optimiser sa performance le jour de la course.

Peut-être avez-vous déjà expérimenté le double effet d’un grand gobelet de Coca-Cola sur un ravitaillement de course à pied alors qu’on commence à être « dans le dur »: un regain d’énergie soudain (la glycémie monte rapidement) mais cela ne dure pas très longtemps. La réaction de cette montée rapide est une libération importante d’insuline qui fait ensuite chuter la glycémie très rapidement pour la réguler: nouveau coup de mou… L’effet yoyo est donc à éviter, l’idéal est de maintenir un niveau constant.

Et pour cela, la solution Supersapiens ne laisse plus de place à la supposition: avec des chiffres, il est bien plus facile de savoir exactement ce qu’il se passe. Hypoglycémie ou fatigue musculaire? Barre de céréales ou gel avant d’attaquer le col? Quel dosage dans ma boisson d’effort? En utilisant la solution Supersapiens et en étant précis dans son analyse, il est possible de ne plus laisser de place au hasard lorsqu’on répond à ces questions.

Un outil intéressant pour mesurer sa réaction avec différentes stratégies d’alimentation

Conserver une certaine stabilité dans les niveaux de glycémie tout au long d’un effort d’endurance assure donc une disponibilité constante d’énergie pour le métabolisme, sans grandes fluctuations. Le monitoring de Supersapiens permet de surveiller son niveau de glycémie, et de comprendre le fonctionnement de son propre corps à l’effort, et en consommant certains types de ravitaillements.

C’est donc à l’entrainement, lorsqu’on établi sa stratégie d’alimentation et d’hydratation de course que l’outil est le plus intéressant. Il permettra, en analysant les chiffres de répondre quasiment en temps réel aux questions suivantes:

  • Après mon repas d’avant course, combien de temps me faut-il pour que ma glycémie se stabilise ?
  • Combien de temps d’effort à mon intensité cible de compétition avant que ma glycémie ne se mette à baisser ?
  • Est-ce que les aliments et boissons prévues dans mon plan de ravitaillement me permettent de garder une glycémie stable sur la durée?
  • Est-ce que je sais identifier une baisse de niveau réellement liée à un début d’hypoglycémie?
  • Quel est l’impact du stress sur mon niveau de glycémie?
  • Quel est l’impact des conditions météo sur mon niveau de glycémie?

On le comprend de plus en plus depuis le début de cet article: Supersapiens est un outil qu’il faut savoir prendre en mains mais qui permet si il est correctement utilisé d’en savoir plus sur son propre corps. Ci-dessous, quelques exemples personnels de réflexions sur les questions ci-dessus.

Après mon repas d’avant course, combien de temps pour stabiliser ma glycémie ?

Cette question est intéressante pour savoir quoi manger et combien de temps avant le départ d’une compétition pour avoir un niveau de glycémie approprié. Pour les épreuves longues, il s’agit en général du petit déjeuner. Avec la mesure de Supersapiens, il est possible de tester plusieurs possibilités, et de voir quelles sont les réactions au niveau de la glycémie.

Combien de temps à l’intensité cible avant que ma glycémie ne baisse ?

Voilà encore une question intéressante pour planifier son alimentation, dans mon cas il s’agit ici de mon plan d’alimentation sur Ironman. Lors de la sortie de course à pied vue un peu plus haut, on voit assez distinctement 3 paliers:

  • 30 minutes: le taux de glycémie est stable
  • 60 minutes: légère baisse du taux
  • 90 minutes: baisse du taux plus importante

Cela permet de tirer des enseignements importants en vue de l’Ironman. Car sachant qu’il est difficile de s’alimenter sur l’épreuve de natation qui dure entre 60 et 80 minutes, on comprend tout de suite qu’il est important de prévoir dès la sortie de l’eau un ravitaillement pour reconstituer des stocks de glucides, puis de de ré-alimenter environ toutes les 30 minutes.

On voit par exemple ici une sortie longue à vélo où la glycémie a un peu fait les montagnes russes… Mais il reste difficile d’interpréter ces données sans pouvoir les mettre en perspective directe avec les autres paramètres de la sortie (dénivelé, fréquence cardiaque, puissance…):

Analyse de la glycémie au quotidien

En plus de la vue « Live », l’application propose quelques indicateurs intéressants concernant le suivi de sa glycémie au quotidien. On retrouve ces indicateurs dans la partie « Informations » de l’app.

La première donnée indique l' »exposition » quotidienne. Il s’agit d’un score en mg de glucides obtenus en multipliant la moyenne quotidienne au nombre d’heures écoulées depuis minuit. Ce score permet de se rendre compte de manière un peu plus explicite que la simple moyenne de glycémie de la quantité de sucre à laquelle l’organisme est exposé quotidiennement.

La seconde valeur affiche l’évolution de la glycémie moyenne au fil des jours. Particulièrement utile si on décide d’adopter une nouvelle diète, cette valeur permet d’en constater rapidement les effets.

La troisième indication concerne la variabilité. Si une constante adaptation du taux de glycémie est normal, des amplitudes plus importantes peuvent avoir des effets indésirables sur la santé et la performance.

Enfin on trouve dans la dernière partie les zones de glycémie, avec 4 zones constituées comme suit:

  • Au-delà de 140, le corps doit modérer le taux en libérant de l’insuline et en stockant le surplus de glucides dans les cellules adipeuses. Se trouver régulièrement et sur de longues périodes dans cette zone augmente le risque de résistance à l’insuline, de prise de poids et de développer un diabète à long terme
  • Entre 91 et 140, la zone dite « normale », c’est dans cette zone que le corps va naturellement réguler la glycémie
  • Entre 70 et 90, l’état d’adaptation. Dans cette zone, le corps utilise le glucide disponible et ne le stocke plus
  • En-dessous de 70, indique un manque de glucides et le début d’une hypoglycémie

Scanner son capteur pour obtenir un instantané

Une autre fonction qui peut être intéressante est la possibilité de créer un « instantané » des 3 dernières heures avec l’option de scan en haut à gauche de l’app. On colle son téléphone contre le capteur pour obtenir l’instantané. Il est ensuite possible de comparer les valeur avec le dernier instantané réalisé:

Il n’est pas possible de « sauvegarder » les instantanés autremment que par une copie d’écran, hormis la dernière pour la comparer à la suivante. C’est un peu dommage car il pourrait être intéressant de définir des tags et de comparer plusieurs instantanés…

Utilisation du champ de données Garmin Connect IQ

Durant le printemps 2021, Supersapiens a lancé une application Garmin Connect IQ pour afficher en temps réel la valeur de glycémie sur une montre ou un compteur Garmin compatible. Avoir le taux de glycémie dans un champs de données a l’immense avantage d’avoir cette information à côté de toutes les autres, sans avoir à consulter en plus son smartphone. Toutefois, la manière de fonctionner actuelle du champ de données Supersapiens impose d’avoir le smartphone avec soi en permanence car c’est l’application mobile qui fait le lien entre le capteur et l’app Garmin.

Installer le champ de données sur sa montre ou son compteur

Au moment de publier cet article, l’application Connect IQ de Supersapiens est disponible pour les appareils Garmin suivants:

Le champs s’installe depuis la boutique d’apps Connect IQ. Ensuite on l’ajoute simplement aux pages de données de ses différentes activités sportives. Enfin, le lien entre l’app Supersapiens et la montre s’effectue depuis l’app Supersapiens dans l’onglet « Profil » en tapant « Appairer les nouveaux dispositifs »:

Dès que le lien est établi, le champ de données affiche la glycémie en temps réel sur ses pages d’entrainement:

Deux axes d’amélioration pour une réelle plus-value

Afficher les données de glycémie sur le compteur ou la montre rend l’outil Supersapiens encore plus pertinent dans l’analyse sportive. Mais deux limitations rendent cette intégration encore imparfaite:

  • Le téléphone est requis pour servir de relai entre le capteur et l’appareil Garmin. Pouvoir se passer du smartphone serait une réelle plus-value pour des activités sans smartphone, ou pour la compétition lorsque le smartphone ne nous accompagne pas.
  • Les données de glycémie sont affichées en temps réel, mais ne sont pas enregistrées dans le fichier d’entrainement. Il n’y a donc pas de graphique disponible dans l’analyse sur Garmin Connect ou d’autres plateformes, ce qui ne permet pas une analyse détaillée des données à postériori…

Pour le premier point, je ne suis pas certain qu’il sera facile pour Supersapiens d’améliorer les choses sans une mise à jour matérielle des biocapteurs ou par un changement de politique des API’s de Garmin Connect IQ. En effet, il faudrait que Abbott ajoute une connectivité ANT+ au biocapteur pour permettre un usage autonome. Ou alors que la montre puisse parler au capteur en direct en Bluetooth Smart, ce qui n’est à l’heure actuelle pas possible avec Connect IQ.

Pour le second point, il ne nécessite que quelques minutes de développement à Supersapiens. Écrire des données supplémentaires avec une app IQ dans le fichier d’entrainement est quelque chose de facile. Si Supersapiens ne le propose pas, c’est sans doute par peur d’ouvrir les données de sa solution vers d’autres plateformes. Mais en limitant cette ouverture, la solution ne propose pas son plein potentiel aux sportifs… qui la paient pourtant au prix fort.

Enfin, j’ai rencontré plusieurs fois des problèmes de déconnexion, le capteur n’envoyant simplement plus de données à l’application. En général, le signal était de retour après quelques minutes. Il semble aussi que l’app, aussi étrange que cela puisse paraître, nécessite une connexion à Internet pour afficher la mesure du capteur. Problématique lorsqu’on s’entraine dans des zones de faible couverture pour le réseau mobile…

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le podcast: Des épisodes de 30-40 minutes sur des thématiques de fond, sur l'entrainement, la technologie, l'alimentation ou bien d'autres sujets encore. A écouter sans modération!
Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Conclusion

Il ne faut absolument aucun doute que l’alimentation est une part essentielle dans la performance, en particulier dans des sports d’endurance tels que le triathlon, la course à pied ou le trail. Et il ne fait aucun doute qu’actuellement, une majorité des sportifs amateurs dans ces disciplines appliquent des stratégies d’alimentation dont ils ne sont pas certain des résultats. Supersapiens offre de la visibilité, des chiffres qui valident ou non certaines pratiques et certaines croyances. Voilà ce que fait cette solution, ni plus, ni moins.

Est-ce que cette mesure est réellement la révolution que Supersapiens prétend apporter aux sportives et sportifs? A mon sens, sans parler de révolution, il s’agit d’une évolution intéressante car la solution a un mérite: c’est de mettre en lumière l’utilité de suivre cette valeur pour les sportifs d’endurance. Et aussi d’offrir une solution « tout en un » pour le faire.

Supersapiens, pour qui?

Comme pour tout ce qui concerne la performance sportive, la solution Supersapiens doit être mise en perspective avec les objectifs, le niveau et le potentiel de la sportive ou du sportif qui souhaite l’utiliser. Probablement que la solution ne sera pas votre priorité si vous vous reconnaissez dans ces critères:

  • Vous n’avez pas de problème d’alimentation durant l’effort, ni de baisses de performances à priori liées à l’alimentation durant l’effort.
  • Votre objectif principal n’est pas (encore) la performance
  • Vous êtes débutant ou débutante dans votre discipline sportive

Dans ce cas, vous aurez des priorités plus importantes que de mesurer votre glycémie avec Supersapiens pour continuer votre progression dans votre sport.

Par contre, si vous vous reconnaissez dans ces descriptions:

  • Au travers de votre entrainement et de votre matériel, vous avez atteint un bon niveau de performance
  • Vous cherchez de nouveaux axes d’amélioration de votre performance, au travers de gains dits « marginaux »
  • Des problèmes d’alimentation durant l’effort limitent parfois votre niveau de performance
  • Vous rencontrer régulièrement des variations de niveau performance difficilement explicables sur des efforts longs

Dans ce cas, peut-être que la solution Supersapiens pourra vous aider spécifiquement dans la partie alimentation de votre vie de sportive ou de sportif.

Une mesure à appréhender

Enfin, une fois le capteur sur le bras et l’app sur le smartphone, Supersapiens nécessite de s’intéresser à la donnée de glycémie et à la manière dont il faut analyser les chiffres. Contrairement à une paire de roues aéro qu’il suffit d’installer sur son vélo et de rouler à 30km/h pour bénéficier de l’amélioration, il ne suffira pas de poser le capteur et de le coupler à l’app pour gagner en performances avec Supersapiens.

Quelle stratégie adopter pour débuter ?

Enfin, terminons cet article avec quelques conseils issus de ma propre expérience avec la solution Supersapiens. Pour optimiser le prix de chaque capteur, voici quelques conseils:

  • On peut arriver à un bon retour de résultats avec 3 à 4 capteurs. Il n’est à mon sens pas nécessaire d’en porter en permanence tout au long de son entrainement.
  • Voici comment j’intégrerai 3 capteurs dans une préparation pour une course:
    • Capteur 1: Au cours de deux semaines d’entrainement « habituel », analyse des pratiques d’alimentation dont on a l’habitude en appliquant sa stratégie d’alimentation habituelle. Analyser la glycémie à l’effort et au repos et noter les éléments importants: variations au cours des entrainements, pics avec l’alimentation quotidienne… De plus, tenter de faire des corrélations performance/niveau de glycémie, les entrainement ou ça va bien et ceux ou ça va mal…
    • Capteur 2: Après analyse de la partie précédente, prendre une à deux semaines avant de placer le second capteur. Adapter son plan d’alimentation grâce aux notes prises lors du capteur 1 puis placer le capteur 2, analyser et continuer à adapter son plan d’alimentation. Ne pas hésiter à tester différents types d’alimentation pendant et hors effort pour identifier ce qui fonctionne le mieux en termes de glycémie et aussi en terme de confort digestif personnel.
    • Capteur 3: Validation finale, idéalement à placer pour analyser une course « B » et procéder aux derniers ajustements.

Vous voulez aller encore plus loin dans la discussion? Un épisode complet du podcast est dédiée à l’utilisation du capteur ici!

Et si vous avez d’autres suggestions ou stratégies, n’hésitez pas à les partager en commentaires de cet article!

J’ai aimé ou pas aimé

Avec la solution Supersapiens, j’ai aimé:

  • Obtenir des données en temps réel sur sa glycémie permet de transformer des déductions sur son alimentation en certitudes.
  • Le biocapteur est facile à mettre en place, confortable et non contraignant au quotidien

J’ai moins aimé:

  • Le prix de l’ensemble reste élevé, mais en optimisant ses mesures, on peut limiter le coût de la solution
  • Il est impossible d’extraire les données de l’app. Par exemple pour les superposer à des données de l’entrainement (fréquence cardiaque, température, pente, puissance…)
  • Lorsque le capteur est déconnecté du smartphone, échantillonnent de données est faible (15min)
  • L’intégration Connect IQ nécessite la présence du smartphone, ce qui est assez limitatif

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour vous rendre sur les sites partenaires de nakan.ch. En passant par ces liens, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Vous trouvez le détail des offres partenaires sur le comparateur. Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN (non cumulable avec d'autres offres)

i-run.fr
Alltricks France
GarminGPS.ch
Amazon France
* Non cumulable avec d'autres offres

17 commentaires

  1. wow.
    great thank you.

    I assume you were already knowledgeable with IM/HIM fuelling stragies.
    I have LOTS of questions!! But I will have to re-read your article again.

    how about these

    What did you learn that surprised you?
    What have you changed?
    —————————————
    Wow.
    super merci.

    Je suppose que vous connaissiez déjà les stratégies de ravitaillement IM/HIM.
    J’ai plein des questions!! Mais je vais devoir relire votre article.

    Que penses-tu de ceux-ci

    Qu’avez-vous appris qui vous a surpris ?
    Qu’as-tu changé ?

    1. Hi tfk!

      Thanks for reading ;-) I actually did my homework regarding fueling strategies for IM/HIM. But as I explain, Supersapiens gave me numbers when I always had guesses before. This is the interesting part.

      I learned a lot while using my 4x 2weeks (not continuous) of monitoring. The first insight is: you’re human, and not reacting everytime the same way. I could have the same breakfast for 4 days in a row, and never have the exact same readings after that. Stress, sleep quality, weather, hydration and so much more have side impacts. Another thing is drop of performance mid-workout: before reading glucose level, it was easy to incriminate hypoglycemia but most of the time, it was not… Glucose level was still high, and the sudden lack of performance was to find elsewhere.

      The biggest change I did in my « in-sport » fueling strategy using Supersapiens is to adopt a more « continuous, small amount, eating strategy » instead of having my complete bar every 45 minutes, but actually no big change on the content. Maybe the biggest change is the maple syrup on my Sunday’s pancakes, this one is terrible and definitely need to be reduced ;-)

      1. ^^^ tu dis ici ce qu’il y a de plus intéressant à mes yeux avec cet appareil : bof pour le sport, peut être ok en dehors du sport pour se convaincre de moins boulotter de sucres raffinés

    2. Hi !

      I am a recreational triathlete and I have played with SS as well. I have done some english posts on my blog. TL;DR : at this point it’s all marketing. No one knows how to use this properly. (I mean there are no clear guidelines for mere mortals, maybe Asker Jeukendrup has insights)

  2. Superbe article!

    Mais de mon côté, je suis très sceptique concernant la démarche d’utiliser une mesure de la glycémie pour un sportif non suivi par un médecin. La glycémie n’est qu’un aspect de l’apport énergétique des muscles, il y a l’hydratation, l’oxygénation (véhiculée par les globules rouges), les sels minéraux… Bref, on se retrouve avec une mesure simplificatrice du problème et le principale risque est de penser que ca va permettre de tout voir. Dès lors, le principal problème est de tirer des conclusions fausses à partir de mesures partielles. Je pense qu’un tel dispositif est plutôt à utiliser avec un médecin du sport pour voir avec lui s’il y a un problème (qui nécessite d’autres examens) et comment optimiser avec lui l’alimentation.

    Ensuite, interpréter la glycémie demande une certaine expérience qui peu de personnes ont: une augmentation est-elle souhaitable ou non? Quelles sont les valeurs critiques pendant l’effort? Quelles sont les valeurs qui indiquent un problème énergétiques à venir? Pour ce qui me concerne, je trouve qu’il faut avoir de solides connaissances médicales.

    On se retrouve là un peu comme devant l’auto-médicamentation. Des personnes peu compétentes mesurent et interprètent avec le risque d’en tirer des conclusions néfastes. Et puis, c’est le meilleur moyen de finir hypocondriaque: « mon seuil de glycémie est trop bas… vite mon sucre!!! » ;)

    1. Je suis assez d’accord dans l’idée, mais la question que je me pose est peut-être inverse: est-ce mieux ou pire de planifier son alimentation SANS ces données… Car si je suis d’accord avec toi sur les autres composantes dont les électrolytes, la mesure de la glycémie m’a en tout cas permis dans certaines situations de me rendre compte qu’elle n’était pas le problème. Baisse de perf, plus de jus, mais pas la moindre chute du taux de glycémie. Sans la mesure, j’aurai pu remettre en cause profondément ma stratégie d’alimentation en pensant à un début d’hypoglycémie, alors qu’il s’agissait plus d’un problème de ciblage des zones d’entrainement pour ce type de séances…

      Est-ce que dans les années 80, on aurait pas eu des personnes qui mettaient en garde sur l’interprétation des données de fréquence cardiaque par des non spécialistes car la technologie permettait pour la première fois à des non-professionnels d’y avoir accès ?

      Bien sûr que la mesure de la glycémie, comme aucune autre mesure, n’est la réponse absolue et universelle à la performance. Mais elle permet de lever certains points intéressants tout de même.

  3. Tu prends un très bon exemple avec la fréquence cardiaque. Il y a plusieurs facon d’utiliser cette mesure. Au début, c’était pour moi une facon de mesurer ma perf maximale: courir à sa FC max, c’est courir à sa vitesse maximale. J’ai alors cherché par l’entraînement à augmenter ma vitesse à cette FC en faisant du fractionné. Plus tard, je me suis rendu compte, que c’est plus intelligent de baisser sa fréquence cardiaque pour un effort donné. Je me suis mis à la course lente, au au fil du temps, à vitesse constante, la fréquence cardiaque a diminuée.

    Je pense que tu vois où je veux en venir: c’est l’histoire de courir lentement pour courir plus vite et plus longtemps… Mais, en fait, le problème de fond est que j’ai pris une mesure et je l’ai interprétée sans en avoir les connaissances. Je me suis alors dit: pour augmenter la perf, il faut produire du muscle et les faire travailler à fond alors que je ne faisais pas d’endurance fondamentale, car il me manquait les connaissances à ce sujet et le bon diagnostic.
    Maintenant, je vois les résultats: pour une puissance moyenne donnée, ma FC est plus faible maintenant qu’il y a un an.

    Avec la glycémie, on se retrouve devant le même problème. Tu as une baisse de glycémie au bout de deux heures de course. OK, mais t’en fais quoi? Tu prends un Orangina (le coca c’est pas bon, j’ai écouté ton podcast, et Orangina, c’est made in France ;) ) et ton problème est réglé pour les 20 prochaines minutes de course? Tu te retrouves alors à faire du « fractionné » avec des boissons énergétiques en en prenant tous les 20 minutes!
    Ou tu trouves une solution pendant l’entrainement au courant de l’année pour faire passer cette barre de 2h à 3h? C’est possible d’entrainner son tube digestif? Et on fait comment?
    Ou tu trouves un moyen de prendre un déjeuner bien choisit à un moment optimal qui t’apporte de manière dosée ton énergie ensuite par la digestion lors de la course?

    Bref, je crois que je ne suis pas le seul qui aimerait savoir ce que des médecins du sport pensent de cette mesure et comment eux l’intégreraient dans leur analyse. Peut-être même poser la question à ton consultant suprême?

      1. Un expert est capable d’argumenter, d’expliquer les mechanismes et les limites.
        Un expert sait aussi dire ce qu’on ne sait pas.
        S’ils ne sont pas capable de le faire, c’est que cette technologie n’est que du vent.

        Et si on n’en trouve pas, il vaut mieux passer à autre chose et ne pas perdre son temps avec des technologies qui prêtent à quotion

  4. Je suis diabétique depuis 20 ans, et je ne comprends pas cette nouvelle mode de vouloir surveiller sa glycémie sans être diabétique. Votre foie et pancréas vont se charger de réguler votre glycémie…. Entre la fiabilité de ces capteurs et tous les facteurs qui peuvent faire varier votre glycémie (stress, infection, hormones,…) sans parler de la qualité et quantité de glucides qui peuvent varier d’un barre de céréales à l’autre (même en provenant du même paquet) bon courage pour imaginer réguler sa glycémie et son alimentation en utilisant ce capteur. Même pour les diabétiques, en cas d’hypoglycémie, on est censé faire un autre test de glycémie pour vérifier que l’on est bien en hypoglycémie….

    1. Bonjour,
      J’aime beaucoup votre mise au point nécessaire et importante.
      Je ne suis pas directement diabétique, mais papa d’une enfant diabétique donc amener à gérer ceci « de l’extérieur » avec le stress que sa comporte parfois car il me manque le « ressenti » de ma petite.
      J’ajouterai à votre commentaire qu’en cas de sport, on observe très souvent un décalage entre la valeur du capteur et la glycémie capillaire. En revanche le ressenti de ma fille est toujours conforme à la glycémie capillaire.
      Enfin un point qui rejoint votre commentaire sur les facteurs extérieurs : avec une enfant, ce qui fonctionne le jour A pour réguler la glycémie, ne fonctionnera pas forcément le jour B dans des conditions pourtant similaires (même sport, température équivalente etc.)
      J’avais un doute sur la pertinence des ses données pour un sportif… le doute est levé.

  5. Salut Grégory,

    j’ai essayé aussi et pour moi Super Sapiens c’est avant tout du marketing. Comme l’écrit Benoit Paul dans les commentaires il y a trop de facteurs influençant la glycémie qui ne sont pas mesurés ou mesurables pour vraiment mettre sur le compte de l’activité physique ou de l’alimentation la variation de glycémie. On nous vend le rêve de comprendre d’où viendrait une perf ou une défaillance et c’est une chimère ! Ansi je ne suis pas du tout d’accord quand tu écris « Obtenir des données en temps réel sur sa glycémie permet de transformer des déductions sur son alimentation en certitudes. »

    J’ai fait des entraînements tout à fait similaires avec des réponses glycémiques variables.
    J’ai mangé les mêmes aliments avec des réponses différentes à différents moments de la journée.
    J’ai fait une semaine de vélo avec 6h de vélo par jour et le capteur m’indiquait être à 0,6 g/l de glycémie quasi toute une journée…
    Et tout un tas d’expérience tarabiscotées (y compris avec mesure de la lactatémie parfois) et franchement il n’y a rien qui est ressorti de tout ça.

    Pour moi c’est un no go ferme surtout vu le prix. (En prime je n’ai pas du tout aimé la communication avec eux. Je précise que j’ai payé mes capteurs)

  6. Malgré qu’elle n’y soit pas dans les appareils compatibles je tente quand même ma question, est-ce compatible avec la garmin 935 ? ^^`

  7. Étude et commentaires associés très interessant :D

    Grégory je vous ai contacté par mail si jamais vous le voyez passer :)

    Merci d’avance, superbe étude

    Cordialement Yoan

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.