Le brassard cardio Scosche Rhythm 24 testé de fond en comble

promotion Promotion en cours: Les soldes ont commencé chez i-run! Profitez de nombreux bons plans sur le cardio GPS, l'électronique et tout le reste aussi!

J’en avais parlé il y a un peu plus d’un an lors de son annonce sur le CES 2018. Depuis, avec le Wahoo TICKR Fit et le Polar OH1, le brassard de mesure cardio optique Scosche Rhythm 24 fait partie des leaders du marché sur ce segment. Avec une autonomie, indiquée dans le nom, de près de 24 heures, il permet une utilisation plutôt souple. Il permet également, à l’instar du Polar OH1, de stocker les données de fréquence cardiaque en mode autonome. Pratique en natation! Après avoir utilisé ce brassard comme moniteur principal de mesure de la fréquence cardiaque au cours de nombreuses semaines, voici tout ce qu’il y a à savoir sur ce dernier.

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec mon propre Scosche Rhythm 24. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce test n’est pas sponsorisé, comme aucune de mes publications. Ce test a été initialement publié le 29 avril 2019.

Le grand déballage

Lorsque j’ai ouvert le carton qui contenait mon brassard, voici le packaging que j’ai découvert:

A l’intérieur, on retrouve le brassard lui-même mis en évidence, le reste du contenu est caché dans le carton:

A l’intérieur, la boîte contenait très exactement ceci:

  • Le module de mesure cardio optique
  • Un brassard textile de couleur noire
  • Un câble de charge USB avec un support de type « clip ».
  • La documentation

Charge et autonomie

L’autonomie de ce brassard est le principal argument mis en avant par Scosche par rapport au produits concurrents mais également par rapport à la génération précédente de la marque: le Rhythm+. En effet, comme son nom l’indique, le Rhythm 24 promet une autonomie allant jusqu’à 24 heures, voire même un peu plus. Rappelons que le Wahoo TICKR Fit promet lui-aussi une autonomie qui pourrait atteindre 30h, tandis que le Polar OH1 lui atteint « seulement » 10 heures.

Dans les faits, lors de mes tests, j’ai chargé le brassard sur une base hebdomadaire, en ayant jamais atteint l’épuisement de la batterie. Je n’ai pas eu l’occasion de tester une utilisation continue de 24h, mais la durée cumulée d’utilisation montrait bien une endurance très importante!

On charge le Scosche Rhythm 24 grâce à son clip de chargement USB. Aucun adaptateur mural n’est fourni mais on pourra sans aucun problème utiliser un chargeur de smartphone ou alors connecter le câble à son ordinateur.

Taille et encombrement

Le Scosche Rhythm 24 est un petit peu plus volumineux que les générations précédentes de la marque, et surtout que le Polar OH1. Ici, on découvre les deux modules côte à côte:

Et ici, les deux brassards côte à côte sur mon avant bras:

Notez que ce positionnement n’a été utilisé que pour la comparaison de taille. Porter plusieurs moniteurs optiques sur le même bras n’est pas une bonne idée, les interactions entre l’un et l’autre vont avoir un effet néfaste sur la précision!

Fonctions en un coup d’œil

Le Scosche Rhythm 24 permet de remplacer une ceinture de mesure cardiaque traditionnelle dans de nombreux cas de figure. Grâce à sa double compatibilité ANT+ / Bluetooth Smart, il fonctionnera avec une très large majorité des montres cardio GPS ou compteurs cyclistes du marché.

Mais en plus de proposer de mesurer la fréquence cardiaque en temps réel et de la transmettre à un autre appareil en ANT+ ou en Bluetooth Smart, le Scosche Rhythm 24 permet également:

  • De mesurer la cadence de course grâce à ses accéléromètres internes.
  • D’effectuer un enregistrement de la fréquence cardiaque autonome en utilisant sa mémoire interne: pas besoin de montre avec soi, on décharge les données une fois rentré de son entrainement.
  • Des modes triathlon et duathlon autonomes, avec la possibilité d’enregistrer les transitions pour différencier les disciplines sportives.
  • La possibilité d’enregistrer en mode autonome la fréquence cardiaque en natation.
  • Le Rhythm 24 peut également fournir des informations de variabilité cardiaque. Attention toutefois, ces données ne seront absolument pas aussi précises que via une ceinture traditionnelle.

Utilisation de l’application mobile

L’application mobile de Scosche, nommée « Rhythm Sync » permet de configurer le Rhythm 24 ainsi que de le mettre à jour.

Une fois l’application installée, on pourra coupler le brassard. Pour cela il suffira de l’avoir à proximité, allumé. Il est à noter que cette application n’est disponible qu’en anglais. Voici les options disponibles ensuite:

Les options principales de l’app

Dans le menu, on trouve les options suivantes:

  • L’entrée « Rhythm 24 » permet d’afficher le mode actuel, l’état de charge de la batterie ainsi que la fréquence cardiaque en temps réel.
  • Dans « Sync », on peut télécharger des entrainements effectués en mode autonome lorsque ce dernier a été enregistré dans la mémoire du Scosche. Cette fonction est décrite en détail plus bas dans cet article.
  • C’est dans la partie « My Details » que l’on trouve la possibilité de configurer ses paramètres personnels et surtout ses zones de fréquence cardiaque.
  • Directement depuis l’application, il est possible d’envoyer les sessions enregistrées par le Rhythm 24 sur des plate-formes tierces. On les configurera dans la partie « Configure Sharing ». Il s’agit des plate-formes suivantes:
    • Apple Health
    • Cycling Analytics
    • Strava
    • Todays Plan
    • Training Peaks
  • Enfin, le logiciel du capteur peut être mis à jour dans la section « Software Updates ».

Changer le mode de fonctionnement du Scosche Rhythm 24

Sur l’écran principal, on trouve en bas le bouton qui permet de changer le mode de fonctionnement du brassard. Les modes de fonctionnements disponibles sont les suivants:

  • Heart Rate Only: Mesure simplement la fréquence cardiaque et envoie le signal en ANT+ et en Bluetooth Smart. Comme une ceinture cardiaque traditionnelle.
  • Running est le mode pour la course à pied. De mode va mesurer la fréquence cardiaque et l’envoyer en ANT+ et en Bluetooth également, mais aussi mesurer la cadence de course grâce à l’accéléromètre du brassard.
  • Cycling est le mode pour le cyclisme. Dans ce mode le brassard va mesurer la cadence de pédalage. Eh oui, même sur le bras. Disposant de capteurs de puissance, et donc de capteurs de cadence distincts pour chaque vélos que j’ai testés, je n’ai pas vérifié la précision de cette mesure. Mais je le ferai à l’avenir pour du vélotaf ! Pour le reste il mesure évidemment aussi la fréquence cardiaque comme dans les deux modes précédents.
  • Swimming: c’est le mode à choisir pour la natation. Dans ce mode, la lecture est optimisée pour un fonctionnement dans l’eau. Les accéléromètres ne sont pas utilisés dans ce mode, le brassard ne mesure pas la cadence ou le nombre de longueurs. L’utilisation en natation est décrite plus en détail plus loin dans ce test.
  • Heart Rate Variability: dans ce mode, le capteur va tenter de mesurer la variabilité cardiaque. Le capteur ne peut pas mesurer la variabilité cardiaque durant l’effort, mais il peut le faire au repos. A utiliser par exemple avec l’app VFC de Garmin. Même si il reste largement préférable d’utiliser une ceinture cardiaque traditionnelle pour ce type de tests.
  • Modes Triathlon et Duathlon: permet de marquer la transition entre les disciplines sportives en enregistrement autonome pour avoir une séparation dans les fichiers enregistrés.

Interface du module

Mise en marche et arrêt

On utilise le Scosche Rhythm 24 à l’aide de deux boutons. Le plus grand bouton sur lequel est dessiné le logo permet de mettre en marche ou d’arrêter le module. Un pression de quelques secondes sur ce bouton permet de mettre le module en marche.

Ensuite, le module est éteint avec une pression de 5 secondes sur ce même bouton.

Niveau de batterie

En tout temps, on peut vérifier le niveau de la batterie du brassard, en maintenant 2 secondes de boutons avec le logo. Cela va allumer 1, 2 ou 3 LED vertes en fonction du niveau de charge:

Retour visuel de la zone de fréquence cardiaque

La LED centrale du module s’allume durant son utilisation, et sa couleur change en fonction de la zone de fréquence cardiaque. Pour un retour précis, on configurera correctement sa fréquence cardiaque au repos et maximale dans l’app. L’échelle d’affichage est la suivante:

Ici, l’indication sur le Scosche Rhythm 24:

Utilisation comme un capteur standard

Le brassard Scosche Rhythm 24 agit comme un capteur de fréquence cardiaque traditionnel. Il est compatible avec les normes ANT+ et Bluetooth Smart. Il peut donc être utilisé sur tout appareil utilisant l’une de ces deux normes. Pour rappel, si il est utilisé avec Bluetooth Smart, il ne pourra être utilisé qu’avec un seul appareil.

On le couple sur une montre ou autres compteurs cyclistes comme n’importe quel type de capteur. Le Rhythm 24 est également compatible avec la plupart des applications mobiles d’entrainement sportif et de fitness, ainsi qu’avec l’Apple Watch.

Les mesures complémentaires à la fréquence cardiaque

Le Scosche Rhythm 24 est équipé d’accéléromètres qui lui permettent en plus de la fréquence cardiaque de mesurer par exemple la cadence de course.Il permet également de fournir des informations sur la variabilité cardiaque pour les applications qui en ont besoin. Les modes de fonctionnements peuvent être configurés dans l’interface de l’application mobile, comme on l’a vu plus haut.

Il semble même d’après mes tests que le brassard change de mode automatiquement en fonction de l’activité détectée.

Utilisation en mode autonome

En plus de sa capacité à diffuser la fréquence cardiaque en ANT+ et en Bluetooth Smart, le Scosche Rhythm 24 peut également enregistrer dans sa mémoire interne une séance de sport, sans avoir à emmener de montre ou de smartphone. Avec son retour visuel des zones de fréquence cardiaque, certains coureurs à pied le trouveront peut-être suffisant pour certaines activités.

Pour enregistrer les données dans la mémoire du Rhythm 24, on le met en marche puis on démarre l’enregistrement dans sa mémoire en pressant le second bouton (le plus petit) jusqu’à ce que la série de LED s’allume en orange.Cela signifie alors que l’enregistrement a commencé.

Les 3 LED orangent affichent alors continuellement le niveau de la capacité mémoire du module. Les 3 LED signifie que l’espace disponible est important, et lorsqu’il n’y a plus qu’une LED, cela signifie qu’il est temps de synchroniser les données.

On met fin à l’enregistrement de l’activité avec une nouvelle pression de quelques secondes sur le petit bouton.

Télécharger les données après l’entrainement

Une fois l’enregistrement en mode autonome terminé, on pourra lancer l’application mobile avec le Scosche allumé à proximité pour télécharger les données d’entrainement. Dans la partie Sync de l’application, on devrait retrouver les séances enregistrées avec le brassard:

On peut alors dans un premier temps télécharger les données vers l’application mobile, puis ensuite les synchroniser automatiquement vers les plate-formes d’entrainement connectées ou alors envoyer le fichier .fit par e-mail ou via d’autres applications.

Utilisation du Rhythm 24 en natation

Le Scosche Rhythm 24 permet d’enregistrer les données de fréquence cardiaque durant un entrainement de natation. Comme les signaux ANT+ et Bluetooth ne passent pas plus de quelques centimètres sous l’eau, le seul moyen d’enregistrer les données est de le faire dans la mémoire du module.

Comme on l’a vu plus haut, il est préférable de configurer le mode natation avant de lancer l’enregistrement, les algorithmes vont tenter d’optimiser la mesure. Ensuite, l’enregistrement fonctionne exactement comme décrit ci-dessus.

On trouve dans certaines discussions à propos de ce brassard sur le net des hypothèses sur le fait que Scosche travaille à le rendre compatible avec le mode d’enregistrement de fréquence cardiaque ANT+ utilisé par Garmin. Ce mode est implémenté dans les ceintures HRM-Tri ou HRM-Swim de Garmin. Il permet de synchroniser après l’entrainement les données de la ceinture cardio et la montre pour tout intégrer dans un seul fichier. Aujourd’hui, ce mode n’est pas disponible sur le Scosche Rhythm 24. Le fait que Scosche l’implémente n’est pas certain, mais cela permettra de grandement faciliter la mesure de fréquence cardiaque dans l’eau!

Voici un fichier d’entrainement en natation enregistré par le Scosche Rhythm 24 et importé dans Garmin Connect:

Le Scosche Rhythm 24 sur le grill

Mais est-il précis? C’est bien là la question centrale et essentielle de ce test non? Et bien en tout cas pour moi, qui vise à remplacer dans la plupart des cas l’utilisation d’une ceinture thoracique par un brassard cardio, c’est évidemment le point essentiel. Alors voici quelques comparatifs pour se rendre compte du niveau de précision du brassard par rapport à une mesure traditionnelle.

Notez que je ne compare ici que les performances en mesure de fréquence cardiaque. Je n’ai pas mené de comparatifs ni en mesure de cadence de course, que le brassard permet également de mesurer, ni en mesure de variabilité cardiaque. Cela viendra peut-être plus tard.

Une technologie de Valencell

Le capteur cardio optique du Scosche Rhythm 24 est un capteur fourni par la société sud-africaine Valencell. Il s’agit du même fournisseur que celui de Suunto pour les cardio optique de ses montres. Sur le Rhythm 24, Valencell utilise deux LED vertes et une LED orange, comme on le voit clairement sur cette photo:

Positionner son brassard cardio optique

La position des brassards peut avoir une incidence sur la performance de la mesure et ainsi sur la précision. Lors de tous ces comparatifs, que ce soit pour le Scosche Rhythm 24 qui nous intéresse en particulier dans cet article ou le Polar OH1+, j’ai porté les brassards sur la partie supérieure de l’avant-bras, donc proche du coude, plutôt sur l’intérieur de l’articulation. Le mouvement du coude devait être entièrement libre et ne pas faire glisser de manière trop importante le brassard sur la peau.

Ce positionnement est celui qui est le plus largement recommandé par les fabricants. Il est toutefois possible de porter le brassard également sur la partie supérieure du bras.

En aucun cas je n’ai utilisé deux capteurs optique sur le même bras pour le même comparatif. Qu’il s’agisse d’un capteur intégré à une montre ou d’un brassard. Les interférences entre les deux capteurs pourraient largement fausser la mesure.

Comparatif 1: Course à pied avec blocs au seuil

En règle générale, la précision des capteurs optiques se dégrade quand la fréquence cardiaque augmente. Ce type de capteurs a du mal à mesurer correctement la hausse elle-même, puis la fréquence cardiaque tant qu’elle est élevée. Le seuil varie largement en fonction des capteurs et des individus.

Dans ce premier comparatif, j’ai effectué 3 blocs de 15 minutes au au seuil, soit à une fréquence cardiaque plutôt élevée. Je compare la performance du Rhythm 24 avec le Polar OH1+ ainsi que la ceinture HRM-Tri. Voici le tracé global mesuré:

On voit dans le graph général que globalement, les 3 lignes se superposent plutôt correctement. Mais on voit également qu’en deux endroits, la courbe bleue diverge de manière assez importante:

  • Lors de l’échauffement, la courbe bleue du Rhythm 24 a très très largement sur-évalué la fréquence cardiaque. On peut naturellement invoquer le fait qu’avant la fin de l’échauffement, la mesure optique de fréquence cardiaque est généralement moins précise, mais dans ce cas de figure précis, le brassard OH1+ a mesurer la même phase de manière beaucoup plus précise.
  • Durant la première répétition, le Rhythm 24 a également légèrement divergé de la mesure des deux autres capteurs. Pas dans des proportions extrêmement importantes dans ce cas là, mais tout de même… Voici le graphique en zoom sur cette portion:

On voit sur ce premier bloc de seuil que le Scosche Rhythm 24 a mesuré quelques « vagues » à 7-8bpm de plus que la ceinture HRM-Tri qui peut largement être utilisée comme référence dans ce cas. Cette marge est légèrement supérieure à celle que je peux considérer comme acceptable dans ce type de situation.

Dans le dernier bloc par contre, on constate un consistance plutôt solide de la mesure des 3 capteurs:

Ce premier comparatif montre déjà les limites de la mesure optique. Bien que l’on puisse affirmer ici que peu de capteurs optique intégrés directement aux montres auraient été aussi performants, ces appareils montrent tout de même des décrochages. En particulier sur ce comparatif le Rhythm 24 car le Polar OH1+ a bien mieux mesuré la séance.

Consulter le détail de ce comparatif ici.

Comparatif 2: Intervalles en course à pied

Lors de cet entrainement comprenant des répétitions rapides en montée, les variations de fréquence cardiaque sont rapides et importantes. C’est en général un bon test pour les cardio optiques car ils peinent généralement à mesurer ces variations rapides. Mais dans ce domaine là, les deux brassards optiques utilisés ce jour ont parfaitement mesuré ces changements:

Ce qui est particulièrement intéressant sur cette analyse, c’est que l’on peut facilement voir la latence de mesure entre la mesure de la ceinture traditionnelle, en rouge, est la mesure des deux cardio optiques dont le Scosche Rhythm 24 en bleu. Il y a environ 5 secondes de latence entre les deux mesures, liées à la réaction plus lente de la mesure optique par rapport à la mesure électrique des ceintures. Ici on peut clairement le voir sur un zoom sur les 5 premières répétitions:

Consulter le détail de ce comparatif ici.

Comparatif 3: Sortie VTT

Sur un VTT, beaucoup de vibrations. C’est une contrainte que les capteurs cardio optique gèrent en général plutôt mal. En tout cas pour ceux qui sont intégrés sous les montres. Alors voici un comparatif avec les mêmes capteurs que précédemment pour une virée sur le VTT:

On constate une précision largement meilleure que toutes les mesures que l’on peut effectuer avec des capteurs intégrés aux montres. toutefois, au milieu de cette sortie, j’ai fait une petite pause. Et dès la reprise qui s’en suivit, la mesure a été mauvaise. Pour le Scosche Rhythm 24, la mesure a d’abord été largement sous-évaluée. Voici un zoom de cette section:

On y voit clairement que la mesure du Rhythm 24 (en rouge) est dans un premier temps sous évaluée, puis « recolle » à la mesure de la ceinture HRM-Tri (en bleu). Mais un peu plus tard, un nouveau décrochage lors d’une remontée rapide de la fréquence cardiaque (à cause d’une remontée tout court sur le parcours!). Le Polar OH1+ a lui aussi été un peu long à la détente.

Sur une section plus loin dans la sortie, on remarque à nouveau quelques décrochages:

Plus courts en durée, et moins importants en terme d’erreur. Ici, il s’agit d’une trentaine de secondes. On peut également voir sur cette courbe un effet important de « lissage » de la mesure, ainsi qu’une certaine latence.

Enfin, dans la dernière partie, montée finale, alors que le rythme cardiaque est constant bien qu’élevé, on peut constater que la mesure est plutôt stable:

Consulter le détail de ce comparatif ici.

Comparatif 4: Vélo sur home trainer

Dans ce cas-là, plus de vibrations comme sur le VTT. Pas de problèmes non plus liés au froid. En fait, dans ce cas qui s’approche le plus du test en labo, plus d’excuses.

Dans ce comparatif on peut constater un tout petit décalage entre les différentes courbes. Il n’est pas nécessairement lié à la latence de mesure de cardio optique, mais plutôt à la synchronisation des horloges des différents appareils utilisés. L’enregistrement étant effectué sans GPS, les appareils ne sont pas synchronisés à l’horloge des satellites avant l’enregistrement et un petit décalage de leur horloge peut alors être constaté.

Voici la mesure globale de cette jolie session sur les routes virtuelles de Zwift:

Hormis un pic à la 250 seconde environ, on voit que la mesure du Rhythm 24 (ligne bleue) est extrêmement proche de la mesure de la ceinture (ligne rouge).

Comparatif 5: natation

Dans ce comparatif réalisé avec le OH1 sur la tempe, seul comparatif que j’ai pu réaliser à ce jour, on voit que malgré un mode « optimisé » pour natation, le Rhythm 24 a eu du mal à mesurer les variations de fréquence cardiaque dans l’eau:

Alors que le capteur OH1 de Polar, fixé à l’aide d’un clip sur les lunettes et appliqué sur la tempe, a mesuré les différences entre les blocs nagés et les périodes de récupération. C’est bien plus compliqué sur le brassard de Scosche.

Reste que seul un comparatif avec une ceinture et les deux capteurs pourra donner une véritable vision du fonctionnement de ces appareils, ce que je n’ai pas eu l’occasion de tester jusque là. Mais soyez sûrs que cela se fera au cours des semaines à venir!

Consulter le détail de ce comparatif ici.

La crème solaire, un facteur d’imprécision ?

Un écran solaire, qu’il soit chimique ou minéral, a pour objectif de bloquer ou en tout cas limiter les UV, donc une partie du spectre de la lumière. Les capteurs cardio utilisent des signaux de lumière. Les deux sont.ils incompatibles ? Je me suis posé la question. Car avant de partir pour une sortie de vélo ou de course à pied sous un beau soleil, je prend garde à appliquer une couche généreuse de crème solaire sur les parties de mon corps exposées, comme les avant-bras. Et je passe le brassard cardio optique par-dessus ensuite.

J’ai effectué plusieurs comparaisons de performances lors de différentes sorties, en mettant parfois même un capteur sur un bras préalablement généreusement recouvert de crème solaire, et l’autre protégé dans une manchette. Pas top, ni pour le look ni pour le bronzage. Mais la science nécessite des sacrifices…

Après avoir mené cette expérience à plusieurs reprises dans les deux disciplines (course à pied et cyclisme), je n’ai noté aucun biais imputable directement à l’utilisation de la crème solaire dans la précision de la mesure.

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le podcast: Des épisodes de 30-40 minutes sur des thématiques de fond, sur l'entrainement, la technologie, l'alimentation ou bien d'autres sujets encore. A écouter sans modération!
Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Newsletter

Restez connecté et ne ratez aucune nouveauté grâce à la newsletter!

Conclusion

Depuis l’arrivée sur le marché des premiers capteurs cardio optiques, ils incarnent la promesse de la fin des ceintures thoraciques traditionnelles. Mais force est de constater que les modules optiques intégrés aux montres sont très largement décevants. Comme de nombreux sportifs, je rêve de pouvoir me passer de ceinture cardio. Et peut-être que les brassards cardio optique sont une partie de la solution.

En tous les cas, d’un point de vue autonomie, le Scosche Rhythm 24 ne s’est jamais montré limitatif dans mon utilisation. Le port d’un brassard est indéniablement plus confortable que la ceinture, en particulier pour les séances longues ou le VTT, qui induit de nombreuses vibrations. Et le brassard textile de ce Rhythm 24 semble bien plus durable et solide que celui de la version précédente, qui était assez similaire à celui du TICKR Fit de Wahoo. Avec sa double compatibilité, j’ai utilisé le Rhythm 24 sans problème avec le Edge 520, la fenix 5 Plus, la Polar Vantage V ou encore le Edge 130.

Mais tout n’est pas parfait. D’une part, on l’a vu dans les comparatifs, la précision est bien meilleure que les capteurs intégrés aux montres mais qu’elle n’est pas parfaite. Et puis il y a un second problème: la mesure de la variabilité cardiaque n’est pas possible avec les capteurs optiques durant l’effort. Ainsi, les algorithmes qui se basent sur cette donnée ne seront absolument pas précis avec un capteur optique.

Mais pour le reste, et cela fera l’objet d’un article détaillé prochainement, les brassards cardio optiques, dont le Rhythm 24, sont une solution de remplacement des ceintures cardio dans de nombreuses situations. Et le rapport qualité/prix de ce Scosche en fait un capteur à ne pas oublier dans son comparatif en vue d’en acquérir un!

J’ai aimé ou pas aimé

Sur le Scosche Rhythm 24, j’ai aimé:

  • L’autonomie qui permet une utilisation sur une semaine sans avoir la contrainte de la recharge.
  • La précision, qui s’approche dans mon cas d’une ceinture cardio traditionnelle.
  • Le brassard textile, très confortable et facile à enlever et à remettre. Il semble aussi plus durable que celui du modèle précédent.
  • Le retour visuel de la zone de fréquence cardiaque avec la LED de couleur.

J’ai moins aimé:

  • L’app mobile, uniquement en anglais. De plus, elle n’est pas la plus simple à appréhender en terme de fonctionnement.
  • La taille du module et du brassard en général. Le confort du OH1 de Polar, bien plus compact, est meilleur!
  • L’apparente précision plutôt médiocre dans l’eau (mais à confirmer).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.