Strava revoit son offre et fait payer ses live segments aux fabricants

promotion nakan.ch est aussi sur Youtube! En plus des tests publiés sur ce site, de nombreuses vidéos t'attendent sur la chaîne YouTube du blog! Nouveautés, How-To, interviews et bien plus. Abonnes-toi maintenant!

En ce 1er août, jour de fête nationale suisse, Strava a annoncé sa nouvelle offre d’abonnements qui vient remplacer l’ancien abonnement « Premium ». Strava propose désormais son offre payante de manière modulaire et permet de s’abonner uniquement aux services payants que l’on souhaite vraiment utiliser. Tout cela s’appelle désormais Strava Summit!

Le détail de la nouvelle offre Summit de Strava

Chacun choisit le nom marketing qu’il souhaite pour son offre payante. Désormais, chez Strava, on n’utilisera plus le terme « Premium » mais « Summit ». Jusque là, à part le nom, rien ne change.

L’offre complète « Summit » ne change pas non plus par rapport à l’offre « Premium » précédente. Il n’y a pas plus de fonctions, pas moins non plus, et le prix ne change pas. Mais ce qui change, c’est la possibilité de ne choisir qu’une partie des fonctions « Summit » et donc de n’en payer qu’une partie du prix. L’offre Summit est donc disponible comme un pack complet, ou comme un ensemble de diverses fonctions réparties comme suit:

Ici les prix sont en francs suisses, le tarif pour un des packs est de 2€/mois, l’offre Summit complète est à 6€/mois ou 5€/mois en cas de paiement annuel.

Offre Summit « Entrainement »:

  • Définir des objectifs de temps ou de distance
  • Création de programmes d’entrainements.
  • Analyse détaillée des activités après téléchargement
  • Analyse des perforamnces de segments par age/sexe/poids

Offre Summit « Sécurité »:

  • Strava Beacon pour le suivi en direct (équivalent du LiveTrack de Garmin)
  • Cartes d’activité de type « heatmaps » personnelles avec ses propres activités.

Offre Summit « Analyse »:

  • Analyse détaillé du niveau d’intensité de chaque activités.
  • Analyse au fil du temps de l’évolution de l’état de forme.
  • Analyse par zone et par temps intermédiaire des activités.
  • Live Segments, ou segments en direct.
  • Analyse des données de puissance.

Commun à toutes les offres Summit:

  • Support Premium
  • Offres préférentielles pour membres Strava.

Pas de changements non plus pour l’offre Strava gratuite

Strava a également tenu a assurer qu’aucun changement n’aurait lieu par rapport à l’offre gratuite. Ni plus ni moins de fonctions seront accessibles aux membres qui ne paient rien.

Plus de membres payants ?

L’objectif semble clair: acquérir plus de membres payants, même si ils paient moins par mois. Depuis le début de l’année 2018, Strava revendique 1 million de nouveaux utilisateurs par mois. Inutile de dire que les revenus seraient importants en cas de conversion même d’un faible pourcentage de ces nouveaux venus. Et le constat est simple: la plupart des utilisateurs ne veulent pas d’un énième abonnement mensuel, en tout cas au prix de l’offre premium.

Découper l’offre payante en plusieurs offres payantes moins chères attirera plus d’abonnés. C’est en tout cas ce qu’espère Strava.

Les fabricants devraient passer à la caisse eu aussi. Mais pas tous.

Mais le dernier changement, même si il ne concerne pas directement les utilisateurs de la plate-forme, concerne les fabricants de montres ou de compteurs de sport GPS qui souhaitent intégrer les segments en direct. Après l’engouement ces dernières années de plusieurs fabricants, Strava a décidé de rendre cette intégration payante. En effet, un fabricant comme Lezyne qui met sur le marché en ce moment de nouveaux compteurs, doit désormais payer une licence par appareil vendu pour pouvoir proposer la fonction. De fait, Lezyne a décidé de retirer la fonction de ses compteurs. Stages en a fait de même pour ses nouveaux compteurs Dash.

Désormais, tout nouvel appareil qui arrive sur le marché et qui souhaite proposer les segments en direct devra payer une licence. Les anciens appareils conserveront cette possibilité. Polar V800, V650, M460 ou encore Wahoo ELEMNT continueront donc à fonctionner. En  ce qui concerne Garmin, il semble qu’un « accord » entre Strava et Garmin permette à la marque de continuer à utiliser librement la fonction. Dans les fait, il s’agit simplement de la force de frappe de Garmin qui pourrait très bien vivre sans Strava, alors que l’inverse et nettement moins vrai. Strava n’a donc aucun intérêt à fâcher le géant du Kansas.

Tout ceci est triste au final pour l’utilisateur car le choix d’appareils qui supportent les segments en direct va se restreindre et leur prix va globalement augmenter, même pour ceux qui n’utiliseront jamais la fonction. Mais d’une part, l’accord avec Garmin n’est peut-être pas très légal du point de vue de la loi sur la concurrence, et d’autre part, on a déjà vu des retours en arrière dans ce genre de situations sur le marché. Donc attendons de voir ce que l’avenir nous réserve…

En conclusion

Des offres plus spécifiques et moins chères ont peut-être une chance de convaincre des utilisateurs gratuits à passer à une offre payante. Et vous, quelles fonctions utilisez-vous et quelle offre êtes-vous prêts à payer? Le débat est ouvert dans les commentaires!

15 commentaires pour “Strava revoit son offre et fait payer ses live segments aux fabricants

  1. Bonjour,merci pour cet article.
    J’ai peut-être mal lu mais pour récupérer des traces GPX, c’est possible avec une des nouvelles offres (« sécurité  » peut-être?) ou il faut souscrire à la version premium obligatoirement?

  2. Merci pour l’artu le, pour ma part je ne vais plus continuer avec Strava lorsque mon compte premium sera terminé, pour être franc je trouve que l’appli Garmin est largement suffisante pour la plus part des personnes sportives amatrices.
    Un moment donné ne faut-il pas juste prendre du plaisir à faire notre ou nos sports?
    Est-ce que réellement toutes ces données valent l’écoute de son corps? Car en faite acune appli ne tient compte de ça

  3. Idem pour Google Maps, mais ça a fait moins de bruit (le porte-monnaie des utilisateurs était indirectement touché).
    Tout cela mis bout à bout risque de faire un peu augmenter le prix des futures montres, à moins que les fabricants rognent sur leurs marges certainement confortables.
    Des montres basiques avec options payantes seraient une bonne solution, on ne paie que ce que l’on a besoin et quand on en a besoin… Tout le monde n’utilise pas les fonctions « réseaux sociaux » (loin de là).

    1. En ce qui concerne Google Maps, l’utilisation qui en est faite sur des plate-formes comme Garmin connect ou Polar Flow ou encore Movescount était de toute manière déjà largement au-delà des limites gratuites. Donc pour ces marques, ça ne change pas grand chose. Et face à Google Maps, il y a heureusement des alternatives, certes peut-être pas 100% équivalentes, mais qui conviennent très bien si il s’agit uniquement de consulter une trace GPS sur une carte.

      1. Oui et à mon avis, l’on peut aussi largement se passer de Strava…
        Le problème reste toujours que les marques essaient de devenir indispensables « gratuitement » ou à « tarif attractif ». Ensuite, une fois le client capté, elles augmentent leurs prix, deviennent payantes ou limite leurs fonctionnalités.
        Les exemples ne se comptent plus, mais cela semble s’accélérer ces derniers temps.

        1. Oui enfin un service comme Strava a un coût et il ne paraît pas anormal de payer pour l’utiliser. Personne n’oblige à l’utiliser.

          Me gêne plus le fait que Strava ne soit pas à l’écoute et par ex. refuse depuis des années d’inclure dans l’export d’un parcours les indications de changement de direction obligeant à passer par un service tiers (Plotaroute dans mon cas).

          D’autant plus incompréhensible que le générateur de parcours est particulièrement bon en privilégiant les trajets préférés des cyclistes et que les informations sont incluses sur l’impression papier.

  4. @f1oren, ce qui est dérangeant, ce n’est pas que Strava soit payant, mais c’est que l’on doive payer ce service s’il est implémenté d’origine dans un appareil, même si on ne l’utilise pas (c’est mon cas).
    Le mieux serait des montres/compteurs avec les fonctions basiques sportives (Fc, cadence, vitesse, altitude, température…) et ensuite, on rajoute ce que l’on veut utiliser en plus (métriques avancés, musique, notifications, Strava…)

    1. ce n’est pas le cas puisque justement le service était fourni gratuitement aux fabricants. Sinon c’est aussi le cas les fabricants payent pour avoir des algorithmes pour traiter les métriques, avoir des fonds de cartes etc.

      ce que tu proposes est un non sens économique, pourvoir rajouter des fonctionnalités à la carte nécessite dans tous les cas de développer la fonctionnalité donc les coûts sont les mêmes mais en plus le risque est que le nombre d’utilisateur ne soit pas suffisant pour être rentable. Sans parler du fait que cela nécessiterait de gérer tout un système supplémentaire et coûteux pour savoir qui a le droit d’utiliser telle ou telle fonction, gérer les achats etc.

      Après si cela ne te convient tu as le choix comme consommateur d’acheter un autre produit mais la tendance est aux produits connectés et polyvalent.

  5. @f1oren , donc tu dis qu’il est normal de payer un service que l’on utilisera pas (et qui en plus demande une cotisation mensuelle pour s’en servir).

    Si l’on raisonne autrement, la cotisation mensuelle des utilisateurs devrait suffire à payer et développer Strava.
    Actuellement payer une implémentation d’un fabricant tiers dans une montre, n’est ni plus ni moins qu’une vente forcée.
    En tant que consommateur, ce n’est pas normal et le pire c’est que certains fabricants (voir un seul ?) ne vont pas payer cette dîme. C’est la loi du plus fort avec toutes les conséquences qui vont ou vont aller avec.

    Tu dis aussi que faire payer seulement les fonctions supplémentaires utilisées serait ingérable. Pourtant Strava y arrive bien avec sa nouvelle grille tarifaire et ses multiples services à différents prix… Et ce n’est pas étudié pour le bien du client, mais seulement pour augmenter les bénéfices de la Strava et de ses actionnaires.

    Ne jamais oublier que les entreprises et grands groupes ne sont pas des philanthropes…

  6. @greg (nakan) INFO IMPORTANTE: je viens de faire l’acquisition du polar V650 et impossible d’activer les strava live segments dans l’appareil…j’ai pourtant un compte summit bien configuré (complet) donc contrairement à ce qui est dit ça ne marche pas pour les Polar , l’option est bien présente mais impossible de l’activer dans le menu favoris.
    Peut-être une futur mise à jour résoudra le pb !? Les nouveaux utilisateurs de strava summit ..Pourriez-vous tester svp ?

  7. Salut et merci pour ta réponse rapide…dans les paramètres version logiciel :1.5.4 et firmware : 4.1.5. c’est bien la dernière version ?
    Je précise donc que je suis devenu membre Strava summit (pack complet) depuis le 16/08/2018 et j’ai configurer le v650 le 17/08/2018.
    Dans le menu Favoris du V650 on a:
    Strava Live Segments (impossible de l’activer) : quand on clique dessus on a le message « Obtenez Strava Live Segments sur polar.com/flow »
    Itinéraire (ça fonctionne)
    Itinéraires/Strava live Segments désactivés (ça fonctionne).

    De plus dans polar flow, dans le menu favoris mes strava live segments sont bien présents.
    Je ne vois pas ce qui coince là ! ?
    Sportivement.

  8. Oui j’ai fais tout ça..pour preuve à chaque fois que je synchronise le v650 ou la M430 sur le PC, la séance est automatiquement ajouté sur Strava et oui les segments sont bien en favoris dans strava car ils sont bien présents dans polar flow dans le menu favoris….j’ai remis à jour les lives segments dans polar flow mais rien n’y fait…mystère….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.