ANT+ et Bluetooth Smart, un couple parti pour durer

promotion nakan.ch est aussi sur Instagram! En plus des tests publiés sur ce site, retrouve tous les jours des images de tests, de nouvelles fonctions ou du backstage du site sur le compte Instagram!

La récente annonce de Polar de supporter la norme ANT+ pour ses capteurs H10 et OH1 n’est que le dernier épisode qui montre à quel point l’interopérabilité est capitale pour rester compétitif sur le marché des accessoires de sport. Mais ce signe d’ouverture de la part de Polar n’est pas le premier. Dans cet article, retour sur deux normes que tout oppose mais qui se retrouvent malgré tout très complémentaires.

Petit retour historique

L’hisoire d’ANT+

ANT est un protocole propriétaire qui a été développé par Dynastream, au Canada. Rapidement, Dynastream a été racheté par Garmin. Depuis, ANT puis son évolution ANT+ sont entre les mains de ANT Wireless, société fille de Garmin.

Au fil des ans, ANT Wireless a été rejoint par de nombreuses compagnies qui conçoivent des produits compatibles avec le protocole ANT. Le système étant propriétaire, il est nécessaire d’obtenir une licence pour utiliser cette technologie.

En parallèle, ANT Wireless a également développé un format de fichier spécifique pour le stockage de données issues de capteurs ANT+: le format FIT. Ce format de fichier permet de stocker virtuellement un nombre illimité de flux de données simultanées lors d’un enregistrement d’activité sportive. De plus, il permet de stocker de nombreuses méta-données. Ce format a donc rapidement supplanté les formats TCX et GPX qui sont plus limités, et produisent des fichiers de bien plus grande taille.

L’histoire de Bluetooth

Ericsson est l’un des leaders du marché du téléphone portable en 1994. A ce moment là, la seule solution pour synchroniser un téléhpone portable avec un ordinateur est de le faire via un câble. Les ingénieurs suédois conçoivent alors la première version de Bluetooth pour pouvoir faire communiquer téléphones et ordinateurs sans fil.

Afin d’éviter que chaque constructeur se lance dans l’élaboration d’un système sans fil différent et non compatible, Ericsson propose à plusieurs autres fabricants de rejoindre le  Bluetooth SIG qui élaborera un standard compatible entre tous les appareils.

En 2010, le Bluetooth SIG lance la quatrième version de Bluetooth, nommée Bluetooth Low Energy ou BLE ou encore Bluetooth Smart. Cette nouvelle norme réduit drastiquement la consommation d’énergie des modules Bluetooth et rend possible l’intégration de cette technologie dans des petits capteurs ou des montres de sport.

Similitudes techniques

Comme le Wi-Fi, ANT+ et BLE utilisent la fréquence de 2.6 GHz. Toutefois, la portée de ANT+ et BLE est plus réduite que celle du Wi-Fi pour de simples raisons de puissance d’émission. La quantité de données transmises par seconde est plutôt proche entre les deux normes.

Différences techniques

Alors que ANT+ fonctionne aussi bien en mode point à point qu’en topologie de type « étoile » (un appareil est connecté à de multiples autres), le BLE ne fonctionne qu’en mode point à point. Cela signifie dans la pratique qu’un capteur ANT+ pourra être utilisé simultanément sur plusieurs compteurs ou montres de sport, au contraire du capteur Bluetooth qui ne pourra être utilisé que sur un seul appareil à la fois.

Cela induit une différence en terme de fonctionnalité également. En effet, il est facile d’enregistrer les données issues d’un capteur ANT+ à proximité. Par exemple celui d’un concurrent. Alors qu’un capteur Bluetooth ne pourra théoriquement pas être facilement « écouté » de la sorte.

Le choix des marques

Garmin

Dès le rachat de Dynastream, et quasiment aussitôt que Garmin s’est lancée sur le marché de la montre de sport, la marque a choisi ANT+ comme standard de communication pour ses appareils. En plus des capteurs de type fréquence cardiaque, cadence ou vitesse, Garmin fournissait également un adaptateur USB ANT+ pour la synchronisation des montres avec l’ordinateur.

Avec l’arrivée des Forerunner 220 et 620, Garmin a commencé à proposer également une synchronisation via Bluetooth pour ses montres. Cela a permis de synchroniser la montre directement avec le smartphone!

Avec l’arrivée de la fenix 5, Garmin a finalement également activé la possibilité d’utiliser des capteurs Bluetooth avec la montre, en plus de ANT+. Et dernière étape, Garmin a commencé à proposer la double compatibilité pour ses capteurs, avec les Vector 3 ou la HRM-Dual.

Polar

Polar a toujours développé ses propres systèmes de transmission sans fil pour ses capteurs. WIND et Waer Link étaient utilisés par la marque avant l’adoption de Bluetooth lors du lancement de la V800. Polar pouvait ainsi proposer un standard du marché sans avoir à payer de licence à son concurrent Garmin. Mais au moment du lancement de la V800, Les capteurs compatibles BLE ne sont pas légion. Et donc, ce sont toujours principalement des capteurs Polar qui sont utilisés.

Depuis, Polar s’est reposé sur le standard BLE. Mais récemment, la marque finlandaise a surpris son monde en ajoutant une connexion ANT+ à deux de ses capteurs: la ceinture cardio H10 et le brassard cardio optique OH1. Pour l’instant, Polar n’a encore annoncé aucune montre ou compteur cycliste compatible avec des capteurs ANT+. Mais puisque désormais Polar dispose d’une licence, il n’y a plus aucune raison que cela n’arrive pas. Et peut-être même pour les montres Vantage.

Suunto

Suunto a très longtemps utilisé la norme ANT+, notamment avec la série Ambit2 et pour tous les accessoires de la marque. Mais avec le lancement de l’Ambit3 puis des Spartan, Suunto a fait volte-face et changé de type de connexion pour adopter le BLE. Depuis, Suunto ne supporte plus le ANT+.

Coros

Lors de l’annonce de la Pace, Coros a annoncé la double compatibilité. Mais lorsque la montre a enfin été réellement disponible sur le marché, seuls les capteurs ANT+ pouvaient être couplés à la montre. Depuis, après les sorties des séries Apex et Vertix, Coros ne propose toujours pas la connexion BLE pour les capteurs sur ses montres.

Wahoo

La marque américaine propose des home trainers ainsi que des compteurs cyclistes qui supportent nativement le BLE et le ANT+ depuis leur création. Il en va de même pour les capteurs comme les ceintures de fréquence cardiaque ou les capteurs de vitesse ou de cadence.

Les fabricants de capteurs

Qu’ils vendent des capteurs de puissance cycliste (Stages, Quarq, PowerTap, SRM, Assioma et bien d’autres), des capteurs pour la course à pied (Stryd) ou des capteurs cardio (Scosche, Wahoo) fournissent dans leur grande majorité des capteurs qui supportent les deux types de liaison. Et comme la quasi totalité des montres et compteurs du marché supportent l’une ou l’autre de ses normes, ils deviennent quasiment universellement compatibles!

Aucune des normes n’a définitivement pris l’avantage

Aujourd’hui, les deux normes cohabitent sur le marché de la montre connectée de sport. Aucune des deux n’a réussi à s’imposer et à effacer l’autre. ANT+ ne s’est jamais imposée sur les smartphones (même si certains ont offert une compatibilité native par le passé). Quant à Bluetooth Smart, il n’a jamais réussi à effacer le retard acquis sur le marché par rapport à ANT+.

Les derniers mouvements de Garmin et de Polar, à finalement s’ouvrir aux deux normes, montre clairement la nécessité d’offrir une interopérabilité maximale pour continuer à rester compétitif sur le marché. Le fait que quasi tous les fabricants se fournissent chez Nordic Semi, qui offre des solutions nativement compatibles avec Bluetooth et ANT+ n’y est pas non plus étrangère.

Dans un avenir proche, rien ne devrait donc changer. ANT+ et BLE resteront les deux solutions privilégiées pour interconnecter nos montres, compteurs et capteurs. Bluetooth Smart restera maître en ce qui concerne la communication avec le smartphone.

Afin de ne pas perdre de terrain sur le plan des fonctionnalités, Garmin veille à ajouter de nouvelles possibilités à ANT+ chaque année. De nouveaux profils de communication comme l’ajout des feux de type Varia, les nouvelles métriques de course à pied ou encore les protocoles pour déporter l’affichage des appareils ne sont que des exemples récents.

Vaut-il mieux coupler son capteur en ANT+ ou en Bluetooth ?

La question se pose lorsqu’on utilise une montre ou un compteur compatible avec les deux normes: vaut-il mieux coupler le cpateur en ANT+ ou en Bluetooth Smart? Ma recommandation est d’utiliser prioritairement et si c’est possible le ANT+. Ceci pour une raison simple: le Bluetooth ne permet qu’une seule connexion. Donc si par mégarde, un autre appareil (en général le smartphone) se synchronise avant la montre, le capteur ne sera tout simplement pas utilisé.

De plus, sur un appareil Garmin, et bien que les capteurs puissent être couplés avec les deux normes, il reste des cas où plus de données sont exploitées en ANT+ (un exemple concret: les pédales Vector 3). Dans ce cas, il est aussi préférable d’utiliser ANT+.

Pour conclure

Aujourd’hui, il n’existe que peu de solutions de transmission sans fil qui ne soient pas liées à ANT+ ou Bluetooth Smart dans le monde de l’électronique sportive. La solution du 5kHz, par exemple utilisée sur certains appareils de fitness ou encore par Polar pour la mesure cardio dans l’eau (nommée GymLink chez Polar).

Il semble peu probable de voir arriver dans les années à venir un nouvel acteur à ce niveau. Comme il semble improbable de voir disparaitre l’une des deux solutions actuelles. Choisir un capteur, une montre cardio ou un compteur cycliste qui offre les deux connectique est donc gage de pérennité à moyen terme. Cela sera d’autant plus important pour les capteurs, ce qui permettra de les ré-utiliser en cas de changement de montre ou de compteur !

7 commentaires pour “ANT+ et Bluetooth Smart, un couple parti pour durer

  1. Bonjour et merci pour les explications. Mais j’ai encore une interrogation. Tu dis qu’il vaut mieux privilégier l’ANT+ car le BLE ne permet qu’une connexion… je ne comprend pas trop car je connecte bien plusieurs capteurs BLE sur ma montre.

    1. Le BLE ne permet qu’une connexion par capteur (un seul et unique appareil peut recevoir les données du capteur).
      L’on peut bien sûr avoir plusieurs capteurs BLE connectés à un appareil, car chaque capteur a une adresse unique.

      Avec le ANT+, l’on peut connecter plusieurs appareils sur un capteur, avec cette connexion, l’on peut imaginer des vols de données personnelles par d’autres utilisateurs… En amateur on s’en fiche, mais chez les pros, obtenir facilement la FC d’un rival peut certainement être très intéressant…

      En gros : ANT+ connexions multiples non sécurisées et BLE connexion unique sécurisée.

  2. Bonjour, vous parlé dans votre article d’ANT+, et de Suunto Ambit 2, mais j’ai une Suunto Ambit 1, es-ce la même technologie (ANT et ANT+)?
    Je recherche un capteur qui puisse reconnaitre ma suunto 1 et ma polar M400 :-)
    Merci pour votre article et surtout pour votre site, c’est une vrai référence pour moi.

    1. Bonjour Richard,

      Oui la première génération d’Ambit utilise aussi ANT. Depuis la version 2.0 du firmware, ANT et ANT+ sont tous les deux supportés. Donc on peut utiliser avec cette montre n’importe quelle ceinture ANT+ du marché.

      Sportivement.

  3. Bonjour.
    J’ai dû faire face à un problème qui fait écho à votre conclusion. Pour un non spécialiste c’est complexe et assez peu documenté par certains fabricants.
    Ayant eu la surprise de voir non reconnu un cardio-fréquencemètre Wahoo (ANT + BLE) sur un ordinateur de vélo indoor Keiser, équipé Bluetooth, j’ai déduit de diverses sources d’infos que le vélo utilisait exclusivement le GymLink 5Ghz de Polar, initialement prévu pour émettre sous l’eau. Si j’ai bien compris, un capteur Polar H10 / H7 (pas le OH-1) a donc 3 normes disponibles : ANT+, Bluetooth, GymLink. Est-ce bien exact sur ce dernier point ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.