Puissance en course à pied: les capteurs disponibles sur le marché

La mesure de la puissance est installée depuis plusieurs années dans la planification d’entrainement cycliste. C’est actuellement la donnée qui permet la meilleure quantification d’un effort donné sur un vélo, bien avant la fréquence cardiaque la vitesse. Et désormais, cette mesure arrive avec force dans l’entrainement de course à pied.

Tout a commencé ici sur le site avec le test du capteur Stryd. Dès lors, j’avais promis, dès la fin de l’année, des articles spécifiques sur l’utilisation de cette donnée pour l’entrainement en course à pied. Cet article est ainsi le premier d’une série sur cette thématique, et commence par faire l’inventaire des solutions disponibles sur le marché pour mesurer la puissance à pied et les différences à connaitre entre les différents capteurs.

Qu’est-ce que la mesure de la puissance?

Pour faire simple, la mesure de la puissance consiste à mesurer la force appliquée durant un temps donné lors de l’effort. En théorie, cette force sert à nous faire avancer. Lorsque je suis sur mon vélo, j’appuie sur les pédales pour avancer. Pareil à pied: lors de chaque pas, j’applique de la force sur le sol pour avancer.

Mais 100% de la force appliquée ne sert pas forcément à se déplacer vers l’avant. En course à pied, il y a le déplacement vertical qui utilise de la force, et qui ne sert pas à l’avancement. Il y a également des mouvements latéraux. Le capteur de puissance devrait pouvoir mesurer la force utilisée pour tous ces mouvements.

Le capteur de puissance fournit donc théoriquement une information instantanée, qu’il sera possible de mettre en perspective avec des données comme l’allure ou la fréquence cardiaque pour, entre autres, juger de l’efficacité de course et du niveau de forme.

Quelles différences entre puissance à vélo et puissance à pied?

La mesure de la puissance à vélo est plutôt simple: il suffit de mesurer à un quelconque endroit de la transmission la force appliquée (pédales, manivelles, pédalier, moyeu…) et on obtient une mesure très proche de la réalité de la puissance réellement appliquée.

A pied, les choses sont très différentes. Il n’existe pas de solutions pour mesurer directement la force appliquée sur le sol. Le capteur sera donc constitué de différents éléments de mesure qui prendront en compte différents éléments pour estimer la puissance, dont les plus importants:

  • Déplacement vertical
  • La cadence de course
  • Déplacement horizontal
  • Variations d’altitude
  • Taille et poids de l’athlète.

D’autres mesures sont également fréquemment fournies par les capteurs de puissance du marché, telles que le temps de contact au sol ou la longueur de la foulée.

Mais il y a des paramètres que les capteurs de puissance à pied ne prennent pas en compte, ou pas totalement, et qui peuvent avoir une incidence importante sur la puissance réelle:

  • Le vent
  • L’amorti et donc la déperdition d’énergie de la semelle de la chaussure ou la nature du sol.

Les indications de puissance des capteurs à pied ne sont donc pas issus d’une mesure, mais d’un calcul effectué sur la base de plusieurs données et mesures. Et le résultat, bien que très proche de la réalité dans la plupart des cas, n’est pas forcément exact dans toutes les circonstances.

Quels capteurs de puissance en course à pied sur le marché?

Garmin: via une application Connect IQ

Garmin a annoncé la mesure de la puissance sur certaines de ses montres à l’aide d’une application Connect IQ à installer et via des capteurs qui étaient déjà sur le marché. Ainsi, sur les montres compatibles, il suffit d’installer un champ de données Connect IQ et utiliser une ceinture cardiaque HRM-Run ou HRM-Tri ou encore un RD-Pod, et voilà l’indication de puissance qui apparait sur la montre.

Les montres compatibles sont celles qui supportent l’app Connect IQ en question et qui sont équipées d’un altimètre barométrique. A l’heure de publier cet article il s’agit donc:

La procédure est très simple: depuis l’application Garmin Connect Mobile ou depuis Garmin Express sur Mac ou PC, on installe le champ de données Running Power. Ensuite, dans le profil sportif sur la montre Garmin, on choisit d’ajouter la donnée de puissance sur l’une des pages de données et c’est fait.

Non seulement, il sera ainsi possible d’avoir en instantané la donnée sous les yeux, mais elle sera également disponible après l’enregistrement de l’activité dans le détail des données sur Garmin Connect.

Garmin a ajouté une option permettant de prendre en compte la direction et la force du vent dans son application IQ de mesure de la puissance. Toutefois, ces données sont issues des prévisions météo pour la région dans laquelle la course est effectuée. il s’agit donc d’une approximation de plus ajoutée à l’équation et je ne recommande pas d’activer cette fonction.

Stryd: le capteur par qui tout a commencé

Stryd a été la première solution grand public disponible pour la mesure de la puissance à pied. Dans un premier temps un capteur à fixer à la ceinture, le capteur s’est rapidement déplacé sur la chaussure.

Le capteur Stryd intègre tous les éléments de mesure dont il a besoin et n’est ainsi pas dépendant de la montre GPS qui en exploitera les données. Il peut même mesurer une activité de course à pied sans utiliser une montre.

La plupart des montres GPS de course à pied et de triathlon sont compatibles avec le Stryd, nativement ou via l’ajout d’une application. Supportant aussi bien ANT+ que Bluetooth Smart, ce capteur pourra être utilisé avec les montres suivantes:

En plus d’offrir une mesure de la puissance à pied, le capteur Stryd est également l’un des footpod offrant la meilleure précision pour la mesure de la distance ainsi que la vitesse instantanée du marché.

Polar: la mesure au poignet de la Vantage V

Lors de l’annonce de la Polar Vantage V, Polar a mis en avant comme principal argument la mesure de la puissance native en course à pied sans avoir à utiliser d’accessoires.

Il suffit effectivement de démarrer une activité de course à pied avec la Vantage V au poignet pour voir s’afficher les données de puissance.

Toutefois, les données fournies par la montre de Polar sont simplement un algorithme appliqué sur l’allure et la pente. La montre ne prend pas en compte l’oscillation verticale ou encore le poids de l’athlète.

il sera donc difficile à terme d’utiliser les données fournies par la Vantage V en terme de puissance pour mesurer une amélioration de l’économie de course ou encore le gain de performances directement liés à la perte de poids.

Si la Vantage V est nativement capable de donner des informations de puissance, elle est aussi compatible avec le capteur Stryd. La Vantage M, ne disposant pas d’un altimètre barométrique, devra être utilisée avec un capteur externe pour disposer de ces informations.

Les autres solutions…

D’autres capteurs ou outils de mesure de la puissance à pied existent ou existeront bientôt sur le marché. Parmi les autres capteurs, on notera l’existence de RunScribe Plus qui ressemble dans les informations qu’il fourni au Stryd. Je n’ai aucun avis à son sujet puisque je n’ai pas eu l’occasion de le tester…

Les choses importantes à savoir sur ces différentes solutions

On l’a vu, chaque capteur a son propre mécanisme de calcul de la puissance et les résultats fournis par l’un ne seront pas forcément équivalents à ceux fournis par un autre. Et donc, contrairement à l’univers de la puissance sur un vélo, il est impossible de mixer plusieurs capteurs différents dans un même plan d’entrainement avec les mêmes données.

On retrouve ici un exemple de courbes mesurées par différents capteurs de puissance à pied lors de la même séance de course. La courbe rouge correspond au Stryd. La courbe verte à la mesure de la Polar Vantage V et la courbe bleue à l’application de Garmin.

Donc lorsqu’on choisit de baser une préparation ou un plan d’entrainement sur la mesure de la puissance, ou en tout cas d’y intégrer cette donnée, on se référera toujours aux données issues du même capteur…

En savoir plus sur la puissance à pied

Cet article sera suivi prochainement par d’autres articles à propos de la puissance en course à pied. Pourquoi utiliser un capteur de puissance en course à pied plutôt qu’un simple cardio? Comment intégrer les données de puissance à son entrainement? A suivre sur le blog!

12 commentaires pour “Puissance en course à pied: les capteurs disponibles sur le marché

  1. Merci de débroussailler le terrain de la puissance pour nous, on y verra plus claire.
    Le stryd fait fort si je comprends bien, n’a pas besoin d’etre étalonné avant sont utilisation et mesure précisément la distance et la vitesse instantanée ?!
    Donc dans ta pratique : ces données te sont fournies par ton stryd désormais ou tu te fies à la mesure GPS?
    J’attends la suite de l’histoire avec intérêt!

    1. Hello,

      Je dois dire que depuis mon test du capteur Stryd, je cours rarement sans. Il n’a nécessité aucun étalonnage. On le charge une fois par mois, on le fixe sur les chaussures, on configure une fois le champ de données et c’est parti. Quelle que soit la montre (Suuto, Polar, Garmin, Apple Watch)… Et il donne des infos d’allure instantanée impeccables, il est redoutable en mesure de la distance et relègue le GPS à une simple consultation de l’endroit où on est passé. Depuis que je l’ai, je l’utilise comme source de donnée pour la puissance, la distance et l’allure instantanée.

      Je n’ai pas d’actions chez eux, pas d’intérêt particulier à le promouvoir, mais en pure objectivité, si un coureur à pied devait investir dans un accessoire tech autre que sa montre GPS, ça serait clairement lui!

      Sportivement.

      1. Bonjour Greg.
        Sur tes bons conseils j’ai acheté le stryd et effectué ma toute première séance hier soir avec ! (tes articles tombent à pic !!!)
        C’est juste incroyable : la distance et l’allure instantanée sont juste parfaites, et tout cela sans aucun étalonnement !
        Je l’ai chargé, posé sur la chaussure et je suis parti (bon après avoir configuré la spartan sport comme il faut). Après la sortie j’ai mesuré sur Gpsies mon parcours en prenant bien soin d’utiliser le bon coté des routes sur lequel je suis passé… Résultat Gpsies m’a donné EXACTEMENT le même kilométrage que le Stryd (12,65 sur les 2).
        Comme tu l’écris le GPS intégré à nos montre ne sert finalement plus à rien !
        Je suis déjà conquis, reste plus qu’a appréhender l’entrainement à la puissance maintenant… mais pour cela j’attends tes prochains articles :)

        1. Salut,

          Merci pour ce retour qui confirme donc mon message posté un peu plus tôt ce matin. Et oui, je travaille en ce moment à la rédaction des prochains articles sur la puissance à pied! A suivre très prochainement…

          Sportivement.

  2. Bonjour Nakan et merci pour cet article.
    A partir du moment où la valeur absolue n’a que peu de sens puisque spécifique à chaque marque, est-il possible de travailler en relatif en normalisant les courbes sur le premier pic de puissance sérieux ou carrément en traçant les graph. différenciel.
    A vue de nez j’ai l’impression que Stryd et Garmin vont quasiment se synchroniser, non ?
    Même s’il faudrait beaucoup plus d’heures de comparaison pour se faire une meilleure idée.

    Preneur des réponses à Gio également, et j’ai l’impression que Stryd va tirer la couverture ;-)

    Merci
    Arnaud

    1. Salut,

      Dans l’absolu c’est possible car grosso modo, les capteurs prennent les mêmes input en entrée mais sortent simplement une courbe à un niveau différent. Le problème c’est qu’aucun logiciel d’analyse (le sujet sera largement abordé plus tard dans d’autres articles) ne permet de prendre cela en compte. Donc sauf à gérer soi-même son historique dans des fichiers Excel, ce qui est dans la pratique impossible car trop chronophage, il me semble très compliqué de le faire.

      Je pense que la « contrainte » d’avoir un capteur unique ne devrait pas être un problème pour la plupart des coureurs à pied. J’utilise typiquement le Stryd comme ma valeur de référence, c’est en me basant sur ses données que j’ai calculé ma rFTPw et que je base mes entrainements. Et cela ne me pose pas de problèmes insurmontables, loin de là, même à mixer montres ou chaussures.

      Sportivement.

  3. Bonjour,

    est-ce que le même capteur Stryd peut facilement être utilisé par plusieurs personnes sans que cela ne pose de souci de précision sur les données? Par exemple je l’utilise lors de ma séance du lundi, puis ma compagne l’utilise le mardi et je l’utilise à nouveau le mercredi? En ayant chacun une montre différente bien entendu.

    1. Salut,

      Le Stryd utilise en plus des paramètres directement mesurés pendant la course des données personnelles comme la taille et le poids pour evaluer la puissance. Ces données sont synchronisées dans la mémoire du Stryd au travers d’une application mobile. Donc pour l’utiliser à plusieurs, il faudrait commencer par supprimer l’association avec l’appli de l’autre personne, coupler le Stryd à sa propre application, s’assurer que les données sont correctement synchronisées, partir courir recommancer à chaque changement de propriétaire. Clairement pas pratique sur le long terme…

      Sportivement.

  4. Bonjour Greg,

    Je suis intéressé pour m’équiper d’un Stryd mais je ne voudrais pas l’acheter trop tôt si un capteur remplaçant arrive bientôt.
    Sais-tu si le capteur actuel est « agé » ou s’il sera bientôt remplacé ?

    Je te remercie pour tous tes articles.

    1. Salut,

      Non je ne pense pas que le capteur n’évolue de manière significative prochainement, la version actuelle est un refresh qui a eu lieu cet été, pas de raisons donc de le voir évoluer au cours des mois à venir, si ce n’est au niveau logiciel (et du coup tous les modèles seront mis à jour).

      Sportivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.