La Samsung Galaxy Watch testée de fond en comble

promotion Promotion en cours: Les soldes ont commencé sur i-run. Chaussures, textile et baisses de prix sur certaines montres cardio GPS! En profiter maintenant!

On trouve aujourd’hui sur le marché une grande quantité de montres connectées généralistes, embarquant WearOS ou un système propriétaire. Afin de déterminer celle que j’allais tester tout au long du mois de janvier sur le site, j’ai lancé dans la seconde partie du mois de décembre quelques sondages sur la page Facebook afin que vous puissiez choisir la montre qui serait testée. Et parmi les Huawai Watch GT, la Fossil Sport, la Misfit Vapor 2 ou la Samsung Galaxy Watch, c’est cette dernière que vous avez sélectionnée. Alors, c’est la montre qui est testée ici aujourd’hui. Alors, les fonctions connectées ou sportives de la Samsung Galaxy Watch sont-elles à la hauteur? Les réponses dans ce test!

Contenu de l'article

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec ma propre Samsung Galaxy Watch. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce billet n’est pas sponsorisé, comme aucun de mes billets d’ailleurs. Ce test a été initialement publié le 4 février 2019.

Carte d’identité

La carte d’identité donne un rapide aperçu des spécifications techniques et des données importantes:

Format
Montre à écran tactile circulaire OLED.
Fonctions générales
Notifications intelligentesOui
Étanchéité (min. 20m)Oui
Suivi d'activité quotidienneOui
Support de GlonassNon
Altimètre barométriqueOui
Norme de capteurs BluetoothNon
Norme de capteurs ANT+Non
Fréquence cardiaque optique (au poignet)Oui
Support de capteur de puissance (cyclisme)Non
Autonomie longue (+ 8h)Non
Enregistrement GPS à la secondeNon
Profils sportifs
Profil pour la course à piedOui
Profil pour le cyclismeOui
Profil de natation en piscineOui
Profil de natation en eau libreNon
Profil triathlonNon
Profil multisport libreNon
Prix actuel:Dès 299.99€
Voir tous les détails dans le comparateur de nakan.ch

Ou l’acheter ?

baz_40On trouve désormais l'article Samsung Galaxy Watch à peu près partout et vous pouvez l’acheter là où vous le souhaitez! Mais si vous l'achetez sur l'un des sites partenaires de nakan.ch, en utilisant le lien sur l'un des logos ou sur gearbest.com, vous me soutenez pour la réalisation de futurs tests de matériel sur le site! Et cela ne vous coûte rien de plus. Vous économisez même 15% chez i-run.fr sur les nouveautés textiles et chaussures avec le code promo IRUN15

Pour accéder directement sur le modèle le moins cher, utilisez ce lien. Sinon, consultez tous les modèles disponibles sur le comparateur.

Les différents modèles

La Samsung Galaxy Watch est disponible dans plusieurs déclinaisons. Premièrement, la taille du boitier: il existe une version 46mm (modèle testé ici) et 42mm. Ensuite, les couleurs: la version silver (modèle testé ici), mais il existe aussi une version noire ainsi qu’une version or. Enfin, la montre est disponible avec ou sans LTE (plus de détails dans la section « Connectivité »).

Notez que toutes les combinaisons ne sont pas forcément disponibles: par exemple, la déclinaison or n’existe qu’en 42mm.

Le grand déballage

Et voici la boite de la Samsung Galaxy Watch qui est arrivée juste après les fêtes du réveillon dans ma boite aux lettres:

Une fois la boite ouverte, on découvre la montre qu’elle contient:

Et une fois le déballage terminé, voici tout ce que l’on trouve dans la boîte de la Samsung Galaxy Watch:

Pour le détail, il s’agit donc de:

  • La montre Samsung Galaxy Watch, équipée avec le bracelet long.
  • Un bracelet court
  • Le support de charge magnétique et l’adaptateur secteur micro-USB.
  • La documentation et les informations de garantie.

Charge, autonomie, mémoire et connectivité

Recharger la Galaxy Watch

La Samsung Galaxy Watch se recharge sur une base magnétique à charge par induction. On positionne donc la montre sur le support magnétique pour la mettre en charge. Le support lui-même dispose d’une connectivité micro USB, ainsi que d’une prise murale pour la recharge.

Notez qu’il est aussi tout à fait possible d’utiliser un câble micro-USB standard et de le connecter à un chargeur USB mural ou à la prise de l’ordinateur. Par contre, comme pour l’Apple Watch, il n’est pas possible de charger la Samsung Galaxy Watch sur un chargeur à induction pour smartphone. En tout cas pas ceux que j’ai testés.

Autonomie

La Samsung Galaxy Watch est une montre connectée à écran AMOLED. Cela lui confère une très bonne lisibilité lorsque l’écran est allumé mais rend son autonomie bien moins importante que celle d’une montre à écran LCD. En particulier lorsque l’écran est souvent sollicité.

Samsung annonce une autonomie de 80 heures en mode utilisation normale (comme montre quotidienne), et jusqu’à 23 heures en mode enregistrement GPS. D’après mes tests, il conviendra de revoir à la baisse ces chiffres. Une charge tous les deux jours m’a été nécessaire, avec une heure de GPS par jour.

Je rappelle que l’autonomie dépend de très nombreux facteurs, et peut varier considérablement en fonction des réglages et des conditions d’utilisation.

Mémoire

La Samsung Galaxy Watch est dotée de 4Go de mémoire interne, partagée entre données utilisateur et système d’exploitation. Au final il reste donc 1.5Go pour les applications, la musique téléchargée en local ou les autres données. C’est faible en comparaison des autres montres du marché proposant des fonctions connectées, comme la Garmin fenix 5 Plus ou l’Apple Watch Series 4 qui offrent toutes les deux 16Go.

Connectivité

La Samsung Galaxy Watch est disponible en deux déclinaisons: la version Bluetooth/GPS ou la version connectée en 4G LTE/Bluetooth/GPS. Cette dernière version n’est pas disponible dans tous les pays. Elle l’est par exemple chez moi en Suisse, mais actuellement pas en France. La version testée ici est la version GPS/Bluetooth, sans connectivité LTE. Les deux versions intègrent également une connectivité Wifi.

La version avec LTE/4G intègre une eSIM pour la connexion au réseau mobile. Elle devra donc être ajoutée au forfait existant chez l’opérateur de téléphonie mobile le cas échéant.

Utilisation, prise en main et ergonomie

Couplage au smartphone

La première étape de la configuration de la Smasung Galaxy Watch consiste à la coupler au téléphone portable. Elle peut-être utilisée aussi bien avec un téléphone Samsung (qui aura de fait quasiment tous les outils nécessaires déjà installés), d’autres téléphones Android ou encore les iPhones sous iOS. Dans ces deux derniers cas, il faudra installer quelques applications supplémentaires sur le téléphone pour que tout fonctionne.

Pour ce test, j’ai couplé la montre à mon téléphone Android Xiaomi Redmi 6. Pour coupler la montre, j’ai du installer l’application Galaxy Watch depuis le Play Store. une fois l’application installée, j’ai du créer un compte chez Samsung puis j’ai pu ajouter ma nouvelle montre. Dans l’application, j’ai d’abord choisi de démarrer puis j’ai sélectionné la montre Galaxy Watch. L’application l’a détectée et m’a proposé de l’ajouter, tout en installant les logiciels nécessaires:

Le processus de couplage ensuite est des plus simple, il suffit de laisser téléphone et montre à proximité et tout se fait tout seul:

Pour la suite, l’application démarre les explications générales sur l’utilisation de la Galaxy Watch:

La dernière étape consiste à lier le compte Samsung avec la montre, et à autoriser l’application à tourner en tâche de fond sur le téléphone, afin que cette dernière soit en mesure en tout temps d’envoyer les notifications à la montre:

Et voilà: ma montre était couplée. Si des mises à jour sont disponibles, l’application proposera de les installer sur la montre:

Configurer la Samsung Galaxy Watch

Après ce couplage initial, il m’a fallu encore configurer quelques éléments de la montre. Le premier élément qui est proposé dans l’application concerne la watchface. On en retrouve quelques-unes dans ces captures d’écran. On voit également que certaines watchfaces sont payantes, alors que d’autres sont disponibles gratuitement:

Et voici ce que donnent deux watchfaces installées sur la montre:

Pour le reste des paramètres, on pourra régler bon nombre de détails à propos de la montre dans l’application. Les réglages essentiels sont abordés en détail tout au long du test, mais pour information, voici tous les éléments que l’on retrouve dans les paramètres de la Samsung Galaxy Watch:

Ergonomie générale de la Samsung Galaxy Watch

La montre se pilote à l’aide des éléments suivants:

  • Deux boutons sur le flanc. Le bouton du haut permet de revenir en arrière, alors que le bouton du bas propose d’accéder rapidement à la liste des applications.
  • L’écran tactile de la montre pour la majorité des opérations.
  • La couronne rotative qui permet de faire défiler widgets, menus, applications ou encore écrans de données.

Depuis l’écran de veille affichant l’heure, on utilise la couronne ou l’écran tactile pour faire défiler les écran sur la droite afin d’afficher les widgets et les raccourcis. Pour afficher la liste complète des applications, on presse d’abord le bouton du bas puis on fait défiler les pages d’applications. Enfin, les notifications sont accessibles en faisant défiler l’écran vers la gauche depuis l’écran de veille.

Voici comment fonctionne la Galaxy Watch, en vidéo:

L’écran de la Samsung Galaxy Watch

Par défaut, l’écran se met en veille automatiquement après quelques secondes. C’est le mode de fonctionnement recommandé pour économiser de l’énergie et augmenter l’autonomie. La montre propose toutefois de garder l’écran actif en permanence, en diminuant l’autonomie…

La montre propose une fonction d’activation de l’écran par bascule du poignet. Toutefois, j’ai trouvé cette fonction moins efficace que sur d’autres montres connectées que j’ai pu tester.

Fonctions sportives via l’application Samsung Health native

Par défaut, c’est l’application sportive Samsung Health qui est installée sur la montre pour l’enregistrement et l’analyse des données sportives. Elle s’utilise avec une application du même nom sur le smartphone. Samsung Helath sur la Galaxy Watch propose des profils sportifs pour les activités suivantes:

  • Course à pied
  • Marche / randonnée
  • Vélo
  • Natation en piscine
  • Autre entrainement
  • Course sur tapis
  • Vélo d’appartement
  • Musculation sur machine
  • Entrainement en circuit

Il est également possible d’ajouter encore d’autres profils sportifs parmi une liste qui en compte plusieurs dizaines.

Personnaliser ses profils sportifs

Globalement, la personnalisation des profils sportifs est assez limitée. De même que sont les possibilités d’export des données à l’extérieur de l’app mobile. C’est un problème pour tout ceux qui souhaitent exporter les données vers des plate-formes d’analyse plus poussées comme Strava ou Training Peaks par exemple. Et bien que l’application Samsung Health sur Android propose une connexion et un export vers Strava, cet export n’a jamais fonctionné au cours de mes différents tests, et ce quelle que soit l’activité.

Définir son objectif

Dans les profils sportifs, il est possible de choisir d’effectuer un entrainement libre, ou alors de se fixer un objectif qui peut être:

  • Une intensité de l’effort (footing lent, course lente, fonte de calories, footing endurance ou endurance active par exemple en course à pied)
  • Objectif de durée
  • Une distance pré-définie
  • Brûler un certain nombre de calories

De plus, il est possible de personnaliser l’objectif avec un programme que l’on peut définir sur le smartphone avant de commencer la séance d’entrainement:

Personnaliser ses pages de données

Il est possible de personnaliser les pages de données et les champs de données qui y figurent. De plus, quelques pages pré-définies existent, et il est possible de les activer ou non:

  • La page de contrôle de la musique sur la montre.
  • La page spécifique des objectifs décrits ci-dessus.

Il est ensuite possible de configurer 3 pages de données personnalisées. Chacune de ces pages accueille 3 données. Ces données peuvent être choisies entre les possibilités suivantes (pour la course à pied, les autres profils peuvent proposer des champs légèrement différents):

  • Durée
  • Distance
  • Calories
  • Allure
  • Vitesse
  • Cadence
  • Fréquence cardiaque
  • Heure de la journée

On constate que le nombre de champs est limité à 7, et que les 3 pages proposent en tout 9 emplacements de données. On aura donc forcément des doublons, les pages ne pouvant pas être désactivées.

Les autres réglages

Enfin, il est possible dans le profil sportif de configurer le niveau de précision GPS (haute précision ou économie de la batterie), la pause automatique ou encore personnaliser les annonces vocales automatiques à intervalles réguliers.

A noter que ces intervalles sont disponibles même si aucun casque de musique n’est connecté à la montre. Donc avec la Samsung Galaxy Watch, si votre montre vous parle, tout est normal!

Le profil de course à pied

Le premier profil est donc celui de course à pied. Il propose, comme décrit ci-dessus, de définir des objectifs définis avant la séance d’entrainement. Cela ne permet toutefois pas d’effectuer des séances de fractionné avancées.

Avant de lancer l’enregistrement de l’activité, il est préférable d’attendre que le signal de GPS soit correctement fixé. Mais comme la montre a la fâcheuse et désagréable tendance à partir en veille très rapidement, j’ai souvent lancé l’entrainement avant que le symbole ne soit OK. Et la montre commence à suivre le parcours dès que le GPS est synchronisé. Ce fonctionnement est assez pénible, il faut bien l’avouer.

Critique qui va dans le même sens: l’écran de la montre ne reste pas allumé en permanence. Il se met en veille après quelques secondes. Et bien que la fonction d’activation de l’écran automatique suite à un mouvement de bascule du poignet soit activée, elle n’a fonctionné dans mon cas au mieux que 50% du temps.

L’écran et l’affichage de la Samsung Galaxy Watch est donc fruit de frustration et même d’énervement inutile lors des séances de course à pied. En comparaison, l’Apple Watch propose à priori les mêmes faiblesses, mais au moins l’activation de l’écran est efficace au mouvement du poignet et le temps avant mise en veille est largement plus adapté.

Après avoir parlé des points négatifs, citons un aspect positif: la couronne rotative de la Samsung Galaxy Watch permet une ergonomie impeccable, en particulier lorsqu’on utilise des gants. En effet, faire défiler les écrans de données à l’aide de la couronne est bien plus pratique que via l’écran tactile!

Après avoir enregistré l’activité et la montre synchronisée avec Samsung Health, voici toutes les données disponibles:

Le profil de cyclisme

On retrouve les mêmes remarques en général pour le profil de cyclisme que pour le profil de course à pied ci-dessus. On oubliera simplement carrément la bascule de la montre pour activer l’écran dans cette discipline, et on utilisera la couronne pour ré-activer l’affichage. Et une limitation importante: aucun capteur de cyclisme (cadence, vitesse et encore moins puissance) ne peuvent être utilisés avec la Samsung Galaxy Watch.

Notez que j’ai bien essayé de sortir la Galaxy Watch sur mon vélo, mais que les conditions météo m’ont posé des problèmes…

Alors pas d’analyse pertinente dans ce profil sportif, mais dans les grandes lignes, on y retrouve les mêmes données que pour le profil de course à pied!

Le profil de natation

Seul un profil de natation en piscine est disponible pour la Samsung Galaxy Watch. Ce profil utilise l’accéléromètre de la montre pour compter le nombre de longueurs. Ainsi, il est nécessaire de configurer la longueur de la piscine avant de commencer. On aura le choix entre les longueurs suivantes:

  • 25 mètres
  • 50 mètres
  • 25 yards
  • Personnalisé (entre 20 et 200m)

Lorsque Samsung Health est lancé dans ce profil, et comme sur l’intégralité des montres à écran tactile, le contrôle tactile de la montre est désactivé. Il s’agit évidemment d’éviter les manipulations involontaires de la montre à cause de l’eau…

Sur l’écran durant l’enregistrement de l’activité de natation en piscine, on trouve les informations suivantes:

On trouve dans la partie haute la distance, le temps écoulé au centre, et les données de fréquence cardiaque dans la partie basse. Il s’agit donc d’un profil qu’un nageur confirmé trouvera très basique. Pour un nageur récréatif qui se contente d’enchaîner les longueurs, il pourra probablement remplir sa tâche, mais on fera une croix sur des possibilités plus avancées.

Dans les données à analyser ensuite dans l’application Samsung Health, voici les détails de l’activité:

On voit qu’au niveau de l’application, les données sont plus complètes que ce qui est affiché sur la montre. On y trouve les informations attendues pour ce type de discipline!

Les autres profils sportifs

On l’a vue plus haut, Samsung Health propose aussi des profils sportifs pour d’autres activités. Globalement, ils fonctionnent de la même manière que les profils présentés ici.

Enfin, la Samsung Galaxy Watch enregistrera aussi des activités détectées automatiquement, c’est à dire sans lancer un enregistrement spécifique. Dans ce cas, les données ne seront pas identiques car, par exemple, le GPS ne sera pas actif. Voici l’enregistrement automatique d’une activité de marche auto-détectée:

Courir ou rouler avec l’application Strava

Si on souhaite avoir accès un peu plus librement à ses données d’entrainement, on préfèrera installer l’application Strava sur la montre. Cette dernière propose principalement des profils d’activité pour la course à pied et le cyclisme, même si on peut aussi enregistrer des activités de marche, de rando ou encore de ski de fond avec.

Après l’activité, et dès que la Samsung Galaxy Watch est connectée au téléphone, à un réseau Wifi ou à la 4G, l’activité est synchronisée vers Strava. De là, il est possible de la synchroniser plus loin vers d’autres plates-formes. C’est plus ouvert que Samsung Health, et c’est notamment la solution que j’ai utilisée pour réaliser les comparatifs GPS et cardio en fin de ce test!

Profil de course à pied de Strava

Dans l’application Strava non plus les possibilités de réglages ne sont pas extravagantes. Pas de possibilités de choisir parmi des centaines de champs de données ou de dispositions. En gros, on fait avec ce qui est affiché: durée, allure, distance et fréquence cardiaque:

Durant l’enregistrement de l’activité on peut simplement utiliser l’écran tactile ou la couronne pour obtenir la page de pause ou de fin d’activité pour enregistrer la séance. Une fois l’enregistrement de l’activité terminé, on retrouve les informations habituelles dans Strava. Les informations seront dépendantes des packs « Summit » auxquels on aura souscrit:

Profil de cyclisme

Strava, c’est aussi bien sûr un profil de cyclisme. Mais sur la montre, les fonctions sont toutefois assez limitées: pas de segments en direct par exemple. Il faudra se contenter de les analyser sur la plate-forme Strava après l’enregistrement et la synchronisation de l’activité.

Pour le reste, le profil propose les mêmes fonctions que celle de course à pied. A noter que, comme dans l’app Samsung Health, il n’est pas possible de connecter un quelconque capteur de cyclisme à la montre.

Utiliser des capteurs externes

Cette section sera traitée assez rapidement puisqu’il n’est pas possible de coupler le moindre capteur à la montre. En effet, bien que le Samsung Galaxy Watch dispose d’une connectivité Bluetooth ad-hoc, elle ne supporte pas le fait de connecter des capteurs externes.

Bien entendu, pour une montre connectée, c’est une limitation acceptable. Pour une montre de sport, c’est une limitation qui est presque rédhibitoire… Alors à chacun de choisir comment il considère la Samsung Galaxy Watch!

Les fonctions de suivi d’activité

La Samsung Galaxy Watch propose des fonctions de suivi d’activité quotidienne grâce à l’application Samsung Health. Dans cette application sur la montre, on pourra accéder aux informations essentielles. Dans l’application mobile, après synchronisation, on aura accès au détail des données quotidienne ainsi qu’à l’historique.

Ce sont les calories et les pas qui sont les données centrales du suivi d’activité de Samsung Health. On retrouve aussi dans les données de suivi le nombre d’étages gravis et le suivi continu de la fréquence cardiaque. Enfin, la montre va également quantifier régulièrement le niveau de stress.

Voici les données de suivi d’activité consolidées dans l’application Samsung Health:

Suivi du sommeil

Lorsqu’elle est portée pendant la nuit, la Galaxy Watch va également analyser le sommeil et enregistrer les données de suivi dans la montre, mais aussi dans l’application mobile.

Voici les données disponibles sur la montre:

Et voici les données de suivi du sommeil dans l’application mobile:

Les fonctions connectées

Avant de la considérer comme une montre sportive, il faut bien voir la Samsung Galaxy Watch comme une montre connectée, à utiliser au quotidien. D’aucuns la compareront à l’Apple Watch pour le monde Android. Mais rappelons qu’elle fonctionne aussi couplée à un smartphone d’Apple.

Samsung a fait le choix de ne pas baser sa montre sur Wear OS (anciennement Android Wear), mais de choisir une variante maison d’un projet Open Source pour la Galaxy Watch. Ce système d’exploitation se nomme Tizen. Ce choix permet à la montre d’être plus économe en énergie, avec une interface plus légère, mais en contre-partie, il réduit drastiquement le choix d’applications tierces que l’on peut y installer.

Les applications

Lorsqu’on se ballade dans l’app store de la Samsung Galaxy Watch, on se rend bien vite compte qu’on y trouve pléthore de watchfaces, mais nettement moins d’apps, même courantes, pour les montres conenctées. Parmi toutes les applications que je suis amené à utiliser au quotidien, ou tout du moins régulièrement, seules deux étaient disponibles pour la Galaxy Watch: Strava et Spotify.

Pour le reste, les fonctions connectées se limiteront donc aux applications déjà installées sur la montres et aux notifications intelligentes.

Lecture de musique sur la montre

Donc, parmi les deux applications que j’ai trouvées dans l’app store pour la monte, j’ai trouvé Spotify! Que d’espoir lorsque je me suis mis à me connecter à l’application sur la montre pour télécharger un peu de musique… Mais la déception est rapidement arrivée alors que la montre s’est montrée incapable de lister mes playlist et ce malgré mes nombreuses tentatives…

Je me suis donc rabattu sur le lecteur de musique de la montre. Pour celui-ci, c’est simple: toute la musique copiée sur le smartphone peut facilement être envoyée sur la montre. Il faudra simplement prévoir un peu de temps car la synchronisation n’est pas très rapide. Ensuite, directement depuis le lecteur de la montre, on peut coupler un casque Bluetooth.

J’ai couplé avec succès les casques suivants:

A noter que les Airpods se sont connectés avec succès lors de ma première utilisation, mais qu’ensuite, lors des utilisations suivantes, il m’a fallu plusieurs tentative pour reprendre la lecture dans les écouteurs, la montre ayant tendance à lire la musique via son haut-parleur.

Notifications du téléphone

C’est probablement la fonction connectée la plus essentielle: l’affichage et la gestion des notifications du smartphone. La Samsung Galaxy Watch centralise toutes les notifications sur la partie gauche du cadran de la montre. On accède donc au détail des notifications avec l’écran tactile ou la couronne en décalant l’affichage sur la gauche depuis l’écran de l’heure.

Il est alors possible de consulter individuellement chaque notification et son détail. De plus, la dernière option permet de les supprimer toutes.

La Samsung Galaxy Watch sur le grill

Comme je le souligne plus haut dans ce test, il est compliqué, pour ne pas dire impossible, d’exporter les données enregistrées dans Samsung Helath. Donc pour obtenir des données exploitables afin de les comparer à d’autres montres, j’ai utilisé exclusivement l’application Strava pour ces comparatifs.

Les données issues de Strava peuvent être corrigées et modifiées par Strava. Cela ne sera pas le cas pour la fréquence cardiaque ou la trace GPS normalement, mais cela peut-être le cas pour la distance finale ou encore la courbe d’altitude. Il est donc impossible de comparer les données d’altitude mesurées par la Galaxy Watch. Pour les autres données, elles devraient être fidèles aux mesures effectuées par la montre. Tous les comparatifs ont été effectués avec l’application de comparaison technique de nakan.ch.

Précision du capteur GPS

Comparatif 1: Course à pied

C’est aux îles Canaries que j’ai effectué plusieurs comparatifs en course à pied. Lors de cette première activité, on retrouve la Samsung Galaxy Watch face à la Polar Vantage V. Voici un zoom sur l’une des sections du parcours:

La Vantage V n’est pas forcément la meilleure montre GPS sur le marché. On voit que globalement, les traces sont plutôt proches mais en présentant tout de même de légères différences. La distance par contre devrait être précise sur la Vantage V car elle était couplée au capteur Stryd. Voici le graphique de cumul de distance des deux montres:

Et là, on voit clairement que les deux montres ont cumulé de manière extrêmement régulière la distance de mon parcours de course à pied pour arriver à une distance finale quasiment identique. Bon point pour le GPS de la Samsung sur ce comparatif donc. Le comparatif complet est disponible ici.

Comparatif 2: Course dans le sable

Lors de cette séance sur la plage, j’ai comparé les performances de la Galaxy Watch et de la fenix 5 Plus. On voit typiquement les approximations GPS de la Garmin à côté d’une trace nettement plus « propre » de la Samsung:

Dans le graphique de cumul de distance, alors que la Garmin fenix 5 Plus utilisait le capteur Stryd, on voit encore une fois deux lignes quasiment superposées:

Cela signifie que la mesure de la Samsung Galaxy Watch est encore une fois très proche des données fournies par le capteur Stryd, qui est en général d’une excellente précision. Encore un bon comparatif pour la montre de Samsung. Le comparatif complet est disponible ici.

Comparatif 3: Intervalles en course à pied

Lors de cet entrainement, j’ai effectué des allers-retours sur une distance de 200m. Rien de très intéressant au niveau des traces GPS qui se superposent donc, hormis peut-être la partie d’échauffement qui montre deux traces très proches entre la Garmin fenix 5 Plus et la Galaxy Watch:

Mais c’est dans le graphique de cumul de distance que c’est plus intéressant: on voit qu’au fil des répétitions, la Galaxy Watch totalise une peu plus de distance que la fenix 5 Plus, toujours utilisée avec le capteur Stryd:

Au final, peu de différence et probablement que n’importe quelle montre GPS aurait eu une différence comme celle-là. On voit que la différence de distance commence vraiment lors de la première répétition de 200m! Globalement, on peut tout de même dire que la performance est plutôt bonne! Le comparatif complet est disponible ici.

Conclusions sur la précision GPS

Les performances de la mesure GPS de la Samsung Galaxy Watch sont très bonnes au vu des comparatifs exposés ici et, plus globalement, de mon ressenti sur toutes mes activités après un mois de tests. Pour une montre connectée qui ne se veut pas forcément une montre de sport avancée, ses performances sont largement à la hauteur, meilleures que celles de la fenix 5 Plus ou de la Vantage V par exemple!

Donc sur ce point, il n’y a rien à reprocher à cette montre de Samsung. Elle est par railleurs largement supérieure à ce niveau à l’Apple Watch Series 4.

Précision du capteur cardiaque optique

Comparatif 1: Course à pied, seuil

Lors de ce cet entrainement au seuil le long des plages de Maspalomas, la Vantage V utilisait la ceinture Polar H10, alors que la Samsung Galaxy Watch se basait sur son capteur optique. Voici les données mesurées par les deux montres:

On voit que les deux courbes sont plutôt proches, et ce malgré les valeurs plutôt élevées lors de cette course au seuil. On note toutefois quelques décrochages (ligne continue) pour la Galaxy Watch. Une mesure plutôt correcte donc, bien que pas parfaite! Le comparatif complet est disponible ici.

Comparatif 2: au seuil dans le sable

Encore de la course à pied, et encore des valeurs assez élevées car une bonne partie de la séance a été effectuée dans le sable. Et encore une fois, la Samsung Galaxy Watch s’en sort plutôt bien avec son capteur optique face à la ceinture HRM-Tri de la Garmin fenix 5 Plus:

On voit qu’hormis lors des premières minutes, les données collent presque parfaitement. Il faut dire que la température agréable des îles Canaries facilite bien la tâche des capteurs optiques par rapport aux températures négatives qui sévissaient durant la même période chez moi. Mais la performance est tout de même louable. Le comparatif complet est disponible ici.

Comparatif 3: Intervalles à pied

Le test ultime pour les capteurs optiques (avec le VTT peut-être aussi): les intervalles. C’est là en général que ces capteurs atteignent leurs limites. Ce fut aussi le cas de celui de la Galaxy Watch: elle n’a pas tenu le choc:

Bien que la courbe rouge (Samsung) finisse par monter et rejoindre la courbe bleue (ceinture HRM-Tri de la fenix 5 Plus), le temps de réaction est trop lent et jamais la fréquence cardiaque maximale n’a été mesurée correctement. Dans ce cas, typiquement, l’indication de temps dans les zones de fréquence cardiaque sont complètement erronés sur la Galaxy Watch.

De plus, lors de la partie d’échauffement de cette séance, on voit aussi que la Galaxy Watch a mis très longtemps avant « d’accrocher » la fréquence cardiaque…

Le comparatif complet est disponible ici.

Conclusions sur la mesure de fréquence cardiaque optique

Lors de ces différents comparatifs, on voit que la Samsung Galaxy Watch propose un capteur plutôt efficace lorsque la fréquence cardiaque reste plutôt stable et jusqu’à certaines valeurs élevées. C’est un bon signe pour les mesures de suivi quotidien de la fréquence cardiaque, ou la mesure durant le sommeil. C’est moins encourageant pour les entrainements sportifs plus sérieux.

Sur les autres montes, ma recommandation est simple: utiliser une ceinture traditionnelle pour les séances sportives. Mais comme il n ‘est pas possible de coupler une ceinture à la Samsung Galaxy Watch, je ne peux que recommander de ne pas faire confiance à ce capteur, en particulier lors d’intervalles.

Accessoires compatibles

Voici un tableau qui récapitule les accessoires compatibles avec la Samsung Galaxy Watch. Pour rappel, les capteurs externes pour les activités sportives (ceinture cardio, capteurs de vitesse ou de cadence etc.) ne sont pas compatibles avec la montre.

AccessoireFabricantTestamazon.fri-run.frgarmingps.ch
Trekz AirAftershokzN/A149.00 €169.00 € 
AirpodsAppleN/A179.00 € 
Reflect Mini BTJBLN/A0.00 €99.00 €99.00 84.15CHF *
PowerPort Solar Lite (15W)AnkerLien89.99 € 
Chargeur USBn/aN/A19.99 € 
Câble micro-USB de charge / synchronisationn/aN/A5.65 € 

* Pour bénéficier de ce prix spécial sur le site garmingps.ch, utilisez le code promo NAKAN en validant le panier d'achat!

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Newsletter

Restez connecté et ne ratez aucune nouveauté grâce à la newsletter!

Conclusion

Sachant que Samsung est l’un des concurrents les plus sérieux d’Apple sur le marché du smartphone, je m’attendais à rencontrer une montre d’aussi bonne facture que l’Apple Watch en déballant cette Samsung Galaxy Watch. Et il faut le dire, la construction matérielle de la montre est impeccable et inspire confiance. Le boitier plutôt massif et en métal dégage une impression de solidité. Après la mise en route, le système d’exploitation est fluide et après quelques minutes d’utilisation plutôt facile à manipuler.

Mais c’est lorsque l’on commence à utiliser la Samsung Galaxy Watch au quotidien que l’on est confronté à ses limitations. En termes sportifs pour commencer, on est vite frustré. En ce qui me concerne, cela a été principalement par les éléments suivants:

  • L’écran qui se désactive rapidement et qui peine à se réveiller lors de la bascule du poignet (même en dehors du sport).
  • L’absence de possibilité de coupler des capteurs sportifs externes, même une ceinture cardio.
  • L’environnement Samsung Health fermé et l’impossibilité d’exporter ses données.

En tant que montre connectée aussi, la montre coince assez vite lorsqu’on la compare à l’Apple Watch. L’absence de Wear OS prive la montre de Samsung de l’assistant de Google pour les commandes vocales. Il y a bien une tentative de Samsung de contrôle vocal de base, mais il ne sert en toute honnêteté pas à grand chose. Le nombre d’applications dans le store dédié à la montre est très limité, et les problèmes de connexion au Wi-Fi que j’ai rencontrés rendent la plupart de ces applications difficilement utilisables (comme Spotify).

Pour conclure, je dirais qu’on trouve mieux dans tous les domaines. En termes de montres connectées, la Samsung ne fait pas beaucoup mieux qu’une Vivoactive 3 de Garmin, alors que cette dernière sera largement supérieure dans la pratique sportive. On optera pour la Vivoactive 3 Music par exemple si on souhaite en plus écouter de la musique via sa montre. N’importe quelle montre sportive sera plus adaptée pour les sportifs qui souhaitent plus que simplement un suivi basique de leur entrainement.

J’ai aimé ou pas aimé

Sur la Samsung Galaxy Watch, j’ai aimé:

  • L’utilisation de la couronne en plus de l’écran tactile
  • Une autonomie un peu plus avantageuse que la plupart des autres montres connectées de ce type.
  • Une précision largement acceptable du GPS ou du cardio optique pour ce type de montres.

J’ai moins aimé:

  • L’impossibilité de coupler des capteurs externes pour le sport.
  • L’impossibilité d’exporter ses données depuis Samsung Health vers d’autres plate-formes ou services.
  • Le fonctionnement erratique du Wi-Fi.
  • Le manque d’applications tierces dans l’app store de la montre.

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour aller sur les sites amazon.fr, i-run.fr ou gearbest.com. En passant par les liens ci-dessous, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Les prix sont mis à jour une fois par jour. Vous pouvez configurer des alertes de prix grâce au comparateur pour être informé automatiquement en cas de baisse de prix! Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN.

5 commentaires pour “La Samsung Galaxy Watch testée de fond en comble

  1. Bonjour,
    Super test comme d’habitude néanmoins je me permet une petite remarque.
    Il me semble qu’il est possible de coupler certains capteurs externes grâce à un dev qui a développé une watch face. En effet Samsung a interdit le couplage de capteurs bluetooth quel qu’il soit depuis une application mais pas depuis une watch face… Je n’ai pas cette montre donc je ne peux pas tester mais m’étant renseigné sur elle il y a « Sporty Watch » (http://www.qooapps.com/sporty-watch.html) qui permettrait le couplage de certains capteur dont la H10 ou l’OH1 de chez Polar.
    Et il semblerait aussi que Sporty Watch permet l’export vers Google Drive ou Strava des activité.
    On trouve peu de test là dessus… C’est le moment :D
    Pierre

    1. Salut!

      Merci. Lors de mes investigations pendant la radaction du test je suis tombé là-dessus. Mais devoir « bricoler » pour une fonction attendue comme un standard, ce n’est pas normal. Et cette manière de faire limite considérablement les possibilités de la montre en enregistrement sportif et de plus, la fiabilité de l’utilisation de ces apps tierces ne m’a vraiment pas convaincu.

      Pour conclure: je pense que 95% des personnes qui utiliseront une Galaxy Watch ne voudront pas d’un bricolage qui marche à peu près pour utiliser une ceinture. C’est plus clair de dire « c’est pas compatible » et les personnes qui en ont besoin vont voir ailleurs, pour trouver une solution vraiment adaptée à cette utilisation. Un peu comme les apps Connect IQ qui apportent de la carto sur les montres Garmin qui n’en ont pas. Oui, ça marche à peu près, mais au final, c’est beaucoup de frustration pour un truc qui ne fait pas vraiment le job.

      Sportivement.

      1. Tout à fait d’accord. J’ai récemment l’acquisition d’une vivoactive 3 music dont je suis pleinement satisfait. Je l’ai acheté en connaissance de cause puisque je n’aurait l’utilité de la navigation que très occasionnellement. Je cours 95% du temps sur des parcours que je connais suffisamment. J’ai bien sûr installé dwmap. Je me suis même amusé a créer quelques parcours qui pourraient me servir a l’occasion. Tant mieux. Mais on ne choisit pas une montre de ce type pour une option navigation non native. Autant ne pas en parler dans le test, un article a part pour ce genre d’appli est suffisant. Ensuite rien n’empêche de mettre un lien vers cet article dans les test. Le test est une évaluation des caractéristiques d’un produit utilisable en l’état. Pas des bidouilles potentielles que l’on peut y apporter. En tous les cas bravo encore pour votre travail.

  2. Tous les points de vue se défendent, se sont justement des appareils qui profitent d’une communauté de développeur et qui permettent d’étendre les fonctionnalités de base donc c’est dommage de s’en priver. Et je trouve justement que ça peut être un critère dans le choix de la montre ! Dans ce cas on pousse le raisonnement et on ne fait pas apparaître l’application Strava dans le test de cette montre car ce n’est pas « de base ». Si il n’y avait pas Strava sur cette montre personne ne l’achèterai, hors il y a cette appli et c’est pas Samsung qui la développe et ça compte pour certains dans l’achat de la montre. Sporty Watch n’a pas l’air justement d’un « bricolage » c’était pour ça ma remarque (mais bon je sais pas on trouve très peu de . La grande force de Garmin c’est leur catalogue d’applications qui enrichie la montre par rapport à Suunto aujourd’hui qui fournis le minimum (j’utilise une Spartan Ultra au quotidien donc…) et beaucoup ne sont pas développées par Garmin mais pourtant pour certains ça peut rentrer dans le critère de choix, justement parce que ça étends des fonctions qui ne sont pas « de base ».
    C’est en aucun cas une critique du test hein, je lis tous les tests de montre sur ce site et à chaque fois c’est un plaisir de voir autant de détails sur chaque modèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.