Focus

Saison et année 2016: le bilan

Publié 31 décembre 2016 à 9 h 11 min   /   par   /   commentaires (2)

Comme l’année passée, c’est en attendant de monter à bord d’un avion qui m’emmènera de l’autre côté de l’Atlantique que je trouve le temps de poser sur papier sur le blog tout ce que je retiens de cette année 2016, sur le plan personnel et sportif. Et bien sûr, des photos ainsi que quelques chiffres à propos du site.

A bien des égards, 2016 a été une année particulièrement chargée en nouveautés et en évènements très divers. Sportivement d’abord car elle a été l’année la plus dense en terme de compétitions depuis que je me suis lancé dans l’aventure du triathlon. Éprouvante et riche en enseignement sur mes limites, en particulier à cause de l’Ironman de Lanzarote sur lequel je reviens plus longuement dans la suite de ce billet. L’activité autour du site n’est pas en reste avec une première participation au CES de Las Vegas en début d’année puis le lancement du comparateur sur le site, entre autres nouveautés.

Personnellement aussi, car les effets du contre-coup de l’Ironman ont eu des répercussions bien au-delà de ma saison sportive. Littéralement vidé après cette épreuve, il m’aura fallu plusieurs mois pour retrouver un équilibre de vie à peu près normal: impressionnant! Et avec ces paramètres, il suffit d’une mauvaise rencontre au mauvais moment pour mettre à mal une mécanique pourtant bien huilée… Mais comme lors d’un marathon, même si les jambes font mal, on ne peut s’empêcher d’avancer. Et après une période de récupération et quelques interrogations, me voilà reparti de plus belle pour une année 2017 qui ne sera pas moins copieuse en challenges à tous les niveaux! Mais avant de sauter à pieds joints dans cette nouvelle année, dernier coup d’œil dans le rétroviseur…

Une saison sportive chargée et mouvementée

En 2015, une chute à vélo au plus mauvais moment mettait fin à mon ambition de boucler un 3ème Ironman. Je rongeais donc mon frein et planifiais rapidement une participation sur la longue distance l’année suivante. Rendez-vous en mai à Lanzarote avec Jérôme, pour une seconde participation à cette course mythique. En plus de cela, j’ajoutai d’abord 3 puis même 4 demi distance à la saison. D’avis de ma coach, c’était possible. Je planifie donc une participation au 70.3 de Aix en Provence début mai en préparation de Lanzarote, puis un half sous le label Challenge en Irlande fin juin, le 70.3 de Vichy le 27 août et enfin une fin de saison sur la côte d’Azur anglaise, à Weymouth pour un dernier 70.3 le 11 septembre.

Autour de ces courses, d’autres sur des distances plus courtes viennent compléter la saison avec le tri de Cannes pour ouvrir la saison, et les manifestations de la région comme le tri de Nyon ou de Lausanne. Enfin, quelques courses à pied pour finir de combler les week-end laissés vides, et c’est parti!

Ma saison sportive débute réellement en février avec une semaine d’entrainement à Lanzarote avec mon club, qui me permet non seulement d’augmenter le volume d’entrainement, mais également de partir en exploration de l’île de Lanzarote en reconnaissance pour l’IM du mois de mai:

Puis, les compétitions s’enchaînent. Après une prestation de début de saison honorable à Cannes, les choses sérieuses commencent à Aix-en-Provence avec le premier 70.3 de la saison. Mais les conditions sont difficiles, et le vent et l’eau froide ont raison de l’épreuve de natation. Au matin de la course, il faut vite se mettre en mouvement sur le vélo pour ne pas congeler. Mais l’enchainement vélo course à pied est prometteur pour la distance complète qui se profile.

Fin mai, retour à Lanzarote pour le gros morceau de la saison. J’aborde cet Ironman mieux entrainé que jamais, je me sens capable de pulvériser mon temps de 2012. Tout a évolué dans ma pratique du triathlon. Ma condition physique, mon expérience, le matériel, la confiance que je peux avoir en moi sur ce type d’épreuves. Avec ma coach, nous n’avons rien laissé au hasard. Mais il y a des paramètres que l’on ne maitrise pas, comme les conditions météo le jour de la course. Et le vent qui balaye l’île ce jour là a raison de toutes mes certitudes. Je le raconte en détail dans le compte-rendu de cette course.

En franchissant la ligne d’arrivée, mes pensées ne sont plus aux exploits sportifs. J’ai en moi l’intime conviction que je viens de franchir la ligne d’arrivée d’une distance complète pour la dernière fois, en tout cas avant très longtemps… Il me faudra toutefois quelques semaines pour laisser mûrir cette décision. Après un épuisement profond suite à cette course, il me faudra bien du temps pour retrouver l’envie de m’aligner au départ d’une course. Durant de longues semaines, je ne fais plus rien (sportivement s’entend, même si mon état de fatigue général se ressent bien au delà du sport). Puis vient le moment de partir pour l’Irlande. Si l’idée du voyage m’enchante, la demi distance qui m’y attend n’a par contre que peu d’attrait à mes yeux. A tel point d’ailleurs que j’hésite à ne pas emmener mon vélo. Heureusement pour moi et la suite de ma saison, je finirai par le mettre dans sa caisse et le prendre avec moi. Car si je rechigne un peu à me présenter au départ, cette course finira par me redonner le sourire, et foi en la compétition en triathlon!

De retour de l’Irlande, la saison des compétitions locales commence. A ce moment là, je suis à la fois content de surfer sur une condition physique au sommet grâce à mon début de saison et désireux de me concentrer sur d’autres choses que le sport. A bien y réfléchir, j’aurais mieux fait de partir faire un footing plutôt que de passer des journées entières à discuter avec des personnes qui n’en valaient au final pas la peine et qui ont eu un impact plutôt négatif sur mon état d’esprit durant de longs mois. Mais je ne lâche pas pour autant complètement la compétition et j’accepte même un défi de dernière minute proposé par un ami membre du club pour un triathlon en équipe qui me verra pour la première fois (et dernière probablement aussi) sur un podium!

La saison se poursuit, et les compétitions aussi. Et malgré un volume d’entrainement ridicule, je surfe sur une condition physique incroyable acquise en début de saison. A Nyon, sur la distance olympique, je réalise un parcours vélo impressionnant et explose mon record personnel sur cette compétition. Sur la même distance à Lausanne, après un bon début de parcours vélo, une chute m’empêche de titiller le chrono avec les copains du club. Mais la prochaine grosse échéance est fixée à Vichy pour le 70.3.

Dans la cité thermale, je retrouve bon nombre de mes coéquipiers pour ce qui devrait être LE 70.3 de la saison. Malgré une natation (disons-le franchement) médiocre, j’enchaîne avec un segment de vélo honnête et une course à pied qui me ravit. Sportivement, je suis au top. Ne me reste qu’un seul regret: cette barre des 5h qui me résiste toujours sur la demi distance. Deux semaines plus tard, je vais terminer ma saison de triathlon à Weymouth, en Angleterre avec deux copains du club qui s’aligne le même jour sur la distance complète. A nouveau une ligne d’arrivée qui se mérite, après de longues heures de doutes et d’envie d’abandon…

Ma saison est censée se poursuivre en course à pied avec un final au marathon de Lausanne, mais lors de l’ultime course de préparation à Morat, le constat est simple: le corps n’en peut plus, et l’esprit n’a plus envie de pousser les quelques semaines qui restent. Cette course restera donc la dernière de la saison et l’année sportive de 2017 se planifiera plus tard… D’abord, c’est un repos de plusieurs mois qui s’impose.

Au moment d’écrire ses lignes, j’en suis à préparer mes échéances principales de ma prochaine saison. Comme annoncé, pas de distance complète mais un 70.3 à Barcelone en mai (il y en aura peut-être d’autres). Sinon, ça sera essentiellement des compétitions locales, avec les courses habituelles. C’est qu’en dehors du sport, l’année 2017 se présente comme étant relativement chargée. Alors le sport devra faire un peu de place à d’autres activités, et après les années « tout pour le sport », il est temps d’apprendre à gérer mon temps différemment…

En dehors du triathlon…

Et en dehors de mes déboires triathlétiques, il y a plein d’autres choses qui se sont passées en 2016. En janvier, je me rendais pour la première fois au CES de Las Vegas. L’occasion d’aller à la rencontre directe de ceux qui conçoivent les appareils testés sur le site, de leur poser des questions et de leur exposer les retours du terrain, issus des nombreux commentaires publiés quotidiennement sur le site. Un voyage dans l’hiver de l’Ouest inoubliable et un premier contact avec la démesure de l’événement qui me permet aujourd’hui d’arriver sur ce CES 2017 bien mieux préparé, car je sais à quoi m’attendre!

L’abandon des heures d’entrainement sans fin cet été m’a également permis de m’adonner à deux activités en particulier que je n’avais pas pris le temps de pratiquer assez ces dernières années: le stand-up paddle et la guitare. En effet, trop souvent à tourner les bras DANS l’eau, j’en oubliais les rares sorties SUR l’eau des été précédents qui m’ont pourtant permises de changer de cadre, d’activité et tout simplement de me changer les idées. Retour donc sur les longues planches, une pagaie dans les mains. Et puis la reprise après un nombre inavouable d’années de cours de guitare a également été l’occasion de retrouver une activité extra-professionnelle qui n’était pas sportive.

Enfin, et parce que beaucoup des lecteurs du blog m’ont régulièrement signalé qu’il était de plus en plus difficile de se décider pour l’un ou l’autre modèle de montre de sport, j’ai finalisé un outil sur lequel je travaillais depuis près de deux ans (avec une implication variable selon les périodes): le comparateur. L’outil est d’un double avantage: il permet sur des critères personnels et objectifs de sélectionner dans l’offre pléthorique des constructeur la montre de sport la plus adaptée à ses propres besoins et me permet d’avoir une base de donnée complète des fonctions et caractéristiques des montres qui s’intègre pour générer automatiquement la carte d’identité sur les tests du site!

Quelques chiffres sur le site

Les chiffres de fréquentation du site continuent à augmenter régulièrement. Proche (mais de justesse pas atteint) du million de pages vues en 2015, l’année 2016 a vu le pauvre serveur hébergeant le site à en servir 1’270’000, soit une augmentation de plus de 25%. Avec 530 Go de trafic mensuel, certaines mesures techniques ont du être prises pour non seulement diminuer le temps de chargement des pages mais aussi réduire tant que possible le poids des images. Enfin, en 2016, le site est passé en https (connexion sécurisée) sur toutes les pages.

En terme de publications, ce sont un peu moins de tests qui ont été publiés cette année, pour diverses raisons, mais ce sont tout de même 37 articles qui ont été publiés sur le site, avec en tête comme chaque année les compte-rendus de course et les tests de fond en comble. Fin 2015, le site affichait 4’930 commentaires publiés et une année plus tard, ce sont 7’300 commentaires qui sont désormais enregistrés, démontrant bien que le site est véritablement devenu un lieu d’échange. C’est toujours le même article qui trône en tête du nombre de commentaires publiés: le test de la Polar V800, avec plus de 1240 commentaires.

Depuis l’automne, la chaîne Youtube reçoit plus de vidéos et ce n’est pas près de s’arrêter avec des capsules vidéos prévues pour couvrir CES en début d’année. Il est vrai que j’ai un peu investi pour renouveler mon matériel photo et surtout vidéo ces derniers temps avec comme objectif de réellement exploiter ce média au cours de l’année 2017.

L’année 2016 en photos

Et voilà donc le dernier coup d’œil sur 2016, en photos:

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter le meilleur pour 2017, que cette nouvelle année soit remplie de défis personnels, professionnels et sportifs, couronnés de succès évidemment. Qu’elle vous apporte bonheur et santé. Et surtout, restez connectés sur les comptes des réseaux sociaux du site, car les nouveautés ne vont pas attendre bien longtemps!

Commentaires (2)

laisser un commentaire

Commentaire
Nom E-Mail Site internet

  • 31 décembre 2016 à 12 h 15 min Hueber

    Bravo mister Nakan
    C’est impressionnant la qualité et le volume de ton travail! Toujours un plaisir de te lire (même si parfois (souvent) sur le contenu technique j’ai tendance à foncer à la conclusion;-)
    Merci pour nous éclairer sur toutes les nouveautés, partager tes expériences et tes voyages! Bravo!

    On se réjouit de partager avec toi le 70.3 de Barcelone en mai!
    Meilleurs voeux 2017

    Répondre
  • 2 janvier 2017 à 10 h 57 min Anthony

    Tous mes voeux Nakan. La qualité de ton travail sur le blog est hallucinant. Que dire de compétitions sur lesquelles tu t’alignes. Après avoir eu un passage a vide sportivement, tu as, semble t’il, trouvé d’autres passions, pour finalement envisager 2017 avec quelques dates de triathlon. Ravi de voir que la « flamme » n’est pas éteinte.
    Au plaisir de lire tes tests et tes retours d’expérience.

    Répondre
Close