Les tests Suunto

La montre WearOS Suunto 7 testée de fond en comble

promotion nakan.ch est aussi sur YouTube: Astuces, tests et bien plus sont à retrouver sur la chaîne YouTube. Ne manquez pas les dernières vidéos et n'oubliez pas de vous abonner
 

S'abonner à la chaine: S'abonner

Polar avait tenté l’expérience de la montre connectée utilisant l’OS de Google il y a quelques années avec la M600. Cette montre n’a pas forcément rencontré le succès commercial attendu. Alors, quand Suunto a annoncé la Suunto 7 lors du CES 2020, peu nombreux étaient ceux qui s’attendaient à voir arriver une montre sous WearOS. Le modèle, attendu lui, décroche carrément de la ligne habituelle de Suunto: écran OLED, WearOS, nouveau capteur cardio… Mais les années depuis la sortie de la M600 ont-elles gommé les points faibles de ce type de montre pour un usage sportif, en particulier l’autonomie?

A propos de ce test

Ce test a été effectué avec ma propre montre Suunto 7. Pour tous les détails sur ma politique de publication, rendez-vous sur cette page. Ce test n’est pas sponsorisé, comme aucune de mes publications d’ailleurs. Ce test a été initialement publié le 2 mars 2020.

Carte d’identité

La carte d’identité donne un rapide aperçu des spécifications techniques et des données importantes:

Format
Montre WearOS à écran tactile couleur OLED
Fonctions générales
Notifications intelligentesOui
Étanchéité (min. 20m)Oui
Suivi d'activité quotidienneNon
Support de GlonassOui
Altimètre barométriqueOui
Norme de capteurs BluetoothNon
Norme de capteurs ANT+Non
Fréquence cardiaque optique (au poignet)Oui
Support de capteur de puissance (cyclisme)Non
Autonomie longue (+ 8h)Non
Enregistrement GPS à la secondeOui
Profils sportifs
Profil pour la course à piedOui
Profil pour le cyclismeOui
Profil de natation en piscineOui
Profil de natation en eau libreOui
Profil triathlonNon
Profil multisport libreNon
Prix actuel:Dès 429€
Voir tous les détails dans le comparateur de nakan.ch

Ou l’acheter ?

Si vous souhaitez soutenir le site pour du contenu à l'avenir, vous pouvez acheter les articles testés via les sites partenaires de nakan.ch, en utilisant le lien sur l'un des logos ci-dessous ou sur Wahoo Fitness Europe. Ainsi vous me soutenez pour la réalisation de futurs tests de matériel sur le site! Et cela ne vous coûte rien de plus. Vous économisez même 15% chez i-run.fr sur les nouveautés textiles et chaussures avec le code promo IRUN15

!

Pour accéder directement sur le modèle le moins cher, utilisez ce lien. Sinon, consultez tous les modèles disponibles sur le comparateur.

i-run.fr
Alltricks France
Amazon France
* Non cumulable avec d'autres offres

Ce qu’il faut savoir

Avant de démarrer la présentation de la Suunto 7, voici quelques pré-requis souhaitables ou nécessaires pour son bon fonctionnement, ainsi que quelques données importantes à connaitre pour choisir en connaissance de cause:

  • Suunto a abandonné définitivement le support de Movescount depuis début 2020. La Suunto 7 n’est donc compatible qu’avec la nouvelle Suunto app.
  • Un smartphone est obligatoire pour utiliser la Suunto 7 et son système WearOS. Bien qu’une utilisation autonome soit tout à fait possible, configuration et réglages passent obligatoirement par le lien avec le smartphone. Ce dernier doit disposer d’une connexion à Internet.
  • Un compte Google est requis pour la plupart des applications de WearOS.
  • Suunto ne permet pas la récupération « hors ligne » (sans accès à Internet) aux données d’entrainement.

Le grand déballage

Le packaging de la Suunto 7 reprend les standards de Suunto avec la petite boite cubique blanche:

Une fois le contenu déballé, on retrouve:

  • La Suunto 7 dans le coloris et la finition choisie
  • La documentation
  • Le câble de synchronisation/charge USB avec connecteur magnétique

Autonomie, charge, batterie et mémoire

La Suunto 7 se charge à l’aide du câble USB fourni. Ce dernier se fixe à l’arrière de la montre via une connexion magnétique. Il n’est semblable à aucun câble utilisé jusque là par Suunto (ni celui des Spartan Ultra / Suunto 9, ni celui des Ambit/Spartan Trainer/Suunto 5).

Suunto annonce une autonomie de 2 jours complets pour la Suunto 7 en mode montre connectée. Pour les activités GPS, c’est jusqu’à 12h qui sont promises.

Comme pour toute montre, l’autonomie réelle va dépendre du type d’utilisation, des réglages et de bien d’autres facteurs. Lors de mon test, j’ai pu constater en effet deux jours d’autonomie en mode montre connectée si la montre n’est pas trop sollicitée (notifications, musique, utilisation de Google Assistant et toutes autres opérations sur la montre réduisent naturellement l’autonomie). En mode GPS, les 12h semblent difficiles à atteindre, 8 à 10h serait une fourchette plus réaliste.

Utilisation, prise en main et ergonomie

La Suunto 7 se présente dans un boitier qui ressemble à s’y méprendre à celui de la Suunto 9. Seuls quelques détails de design et la présence d’un bouton supplémentaire les distingue.

On notera d’ailleurs que le système de bracelets est identique sur les deux montres, ils sont ainsi parfaitement interchangeables entre ces deux modèles.

Boutons et contrôles

La Suunto 7 est donc équipée d’un bouton supplémentaire par rapport à la Suunto 9. Et leur utilisation est légèrement différente de ce que peuvent attendre les fidèles de la marque, à cause de WearOS. Voici un résumé de l’ergonomie générale de la Suunto 7:

Le bouton en haut à gauche permet de revenir à la liste des applications WearOS ou à l’écran d’accueil depuis n’importe quel contexte. Une pression prolongée sur ce bouton active Google Assistant.

Le bouton en haut à droite est dédié à l’application Suunto, qui permet d’enregistrer une activité sportive. Un pression sir ce bouton permet d’accéder à l’application. Dans une session sportive, il permet de mettre cette dernière en pause.

Par défaut, les deux autres boutons sont dédiés aux commandes multimédia et aux raccourcis, respectivement celui du milieu et celui du bas. La fonction de ces boutons peut être changée dans les paramètres de la montre.

De plus, la montre se contrôle aussi à l’aide de son écran tactile. Depuis l’écran de veille (écran de l’heure), on active différentes fonctions en balayant l’écran dans les 4 directions:

  • En balayant de haut en bas, on ouvre le panneau de raccourcis
  • En balayant de bas en haut, on ouvre le panneau des notifications du smartphone
  • Un mouvement de gauche à droite, on ouvre Google Assistant
  • Et de droite à gauche, on accède aux « cartes » (identiques aux widgets)

De plus, la navigation dans les menus et applications réagit évidemment aux contrôles tactiles.

Coupler la montre au smartphone

La Suunto 7 exécute WearOS et doit donc être connectée à un smartphone pour pouvoir être utilisée. Cela peut-être effectué aussi bien sur un smartphone Android que sur un iPhone. Pour commencer, il faudra installer les deux applications mobiles suivantes:

  • L’app Wear OS, qui sera utilisée pour coupler la montre et réaliser la configuration initiale.
  • L’app Suunto, qui sera utilisé dans un second temps pour synchroniser les données d’activités de l’app Suunto sur la montre.

Configurer la Suunto 7

La configuration générale de la montre s’effectue depuis l’application mobile Wear OS. On y configure notamment cadran de l’heure, cartes (widgets), notifications, connexion à l’agenda, Assistant Google et autres réglages généraux:

Note sur le cadran de l’heure par défaut

Par défaut, la Suunto 7 affiche l’heure dans un cadran dont le fond est constitué des cartes de chaleur de la région dans laquelle on se trouve. On distingue ainsi sous les chiffres de l’heure les routes et chemins les plus empruntés par les sportifs.

Il est possible de configurer ce cadran. On pourra entre autres changer le niveau de zoom, ou les activités pour lesquelles on veut afficher les cartes de chaleur.

Le suivi sportif via l’app Suunto

Ce qui distingue la Suunto 7 d’une quelconque autre montre WearOS (en dehors de sa conception matérielle) et qui doit la faire préférer aux sportifs est matérialisé par l’application de Suunto installée sur la montre, entièrement dédiée aux activités sportives.

En ouvrant l’application, on retrouve une interface familière, avec une liste de profils sportifs disponibles (une très longue liste est disponible). Je n’en cite ici que quelques-uns:

  • Les profils de course (course à pied, trail, tapis…)
  • Le vélo (sur route, vélotaf, VTT, en salle, home trainer…)
  • Sports en salle (musculation, rameur, yoga/pilates, crosstrainer…)
  • Activités outdoor (marche, escalade, randonnée, trekking…)
  • Sports d’hiver (ski, rando, ski de fond, snowboard, patinage…)
  • Sports aquatiques (aviron, natation en piscine, canoe, paddle, surf, natation en eau libre…)

On démarre et arrête l’activité à peu près comme sur n’importe quelle montre Suunto récente. Une fois l’activité enregistrée, elle est automatiquement synchronisée dans l’application Suunto sur le smartphone.

Pas de personnalisation des profils sportifs

Commençons ici par les choses qui fâchent: contrairement à toutes ses autres montres, Suunto n’offre sur la Suunto 7 aucune possibilité de changer le réglage des pages de données des différents profils sportifs.

On pourra tout au mieux changer quelques paramètres généraux comme les tonalités et vibrations, ainsi que le fait de garder l’écran allumé en permanence durant l’enregistrement d’une activité sportive. On pourra aussi changer les paramètres de son profil utilisateur ainsi que les unités à utiliser. Bref, le strict minimum.

L’absence de possibilité de connecter des capteurs

Continuons avec les choses qui fâchent: la Suunto 7 ne permet pas l’utilisation de capteurs externes, quels qu’ils soient. Oubliez ici tout de suite l’utilisation d’une ceinture de fréquence cardiaque, d’un capteur de vitesse sur le vélo, d’un capteur Stryd en course à pied ou d’un capteur de puissance sur le vélo…

Alors certes, répondront certains, c’est le cas dans l’app Suunto, mais la montre WearOS peut coupler un capteur qui sera utilisable dans une application tierce. Mais l’acheteur d’une Suunto 7 souhaite-t-il utiliser une app tierce? A mon avis, non. En tout cas pour la plupart. Donc autant être clair ici: Suunto met en avant la montre avec l’intégration de son application pour le sport. Cette dernière ne supporte pas les capteurs externes, donc la montre n’est pas utilisable à son plein potentiel pour qui souhaite utiliser un capteur externe.

Utiliser la montre pour enregistrer une activité sportive

A priori, c’est bien là la raison principale de choisir la Suunto 7 par rapport à n’importe quelle autre montre WearOS non? L’intégration de l’app Suunto pour enregistrer ses activités sportives!

On l’a vu, un grand nombre de profils sportifs sont disponibles, mais on ne peut pas les personnaliser ou leur connecter des capteurs externes. OK. Mais pour le reste, voici comment ça marche!

Ha, et dernier détail… Vous cherchez à effectuer un entrainement fractionné ? Vous ne pouvez pas le faire sur la Suunto 7, il n’y a rien de prévu pour cela, ni sur la montre dans l’app Suunto, ni dans l’app pour smartphone du même nom. Bon, à ce stade, on est plus à une limitation près…

La course à pied

Il existe plusieurs profils de course à pied, pour le trail, la route, un profil basique… La principale différence entre eux sera l’agencement des pages et champs de données. Lors de la course, la cadence de course, la distance, l’allure instantanée, la fréquence cardiaque via le capteur optique sont enregistrés.

Durant l’enregistrement d’une activité sportive, ici la course à pied, le bouton du haut met l’enregistrement en pause, celui du milieu passe à l’écran de données suivant, et celui du bas enregistre un tour manuel.

Il est possible de basculer sur une autre application durant l’enregistrement de l’activité à l’aide du bouton en haut à gauche. L’enregistrement de l’activité sportive dans l’app Suunto continue alors en arrière plan, jusqu’à ce que l’on y revienne.

Comme on le voit sur l’image ci-dessus, Suunto a conservé la jauge de fréquence cardiaque sur le pourtour de l’écran de donnée. A l’aide de cette jauge et du code couleur, on voit rapidement en un seul coup d’œil la zone de fréquence cardiaque dans laquelle on se trouve.

Une fois la course enregistrée dans la montre, elle est alors disponible dans l’app Suunto sur le smartphone dès qu’elle y aura été synchronisée. Voici ce que l’on y retrouve:

Le vélo

Les circonstances sont ce qu’elles sont… Et j’ai effectué ce test après mon accident de début 2020. De fait, à l’heure de le mettre en ligne, je n’ai pas encore reçu l’autorisation de remonter sur mon vélo ailleurs que sur le home trainer. Donc voici déjà quelques photos et analyse sur le home trainer. Pour la route, on y reviendra dans quelques mois!

Ici encore, pas de possibilité de changer les champs et pages de données par défaut… On retrouve la jauge de fréquence cardiaque sur le tour du cadran. Et comme il n’est possible de connecter aucun capteur, on se limitera à la durée et à la fréquence cardiaque…

Une fois l’activité synchronisée avec la montre, voici à quoi elle ressemble:

La natation en piscine

La Suunto 7 propose également un profil de natation en piscine et un en eau libre. Il ne m’a pas été possible de tester ce dernier à cause de la période de l’année, mais voici quelques informations sur la natation en piscine!

On voit ici encore les champs de données proposés par Suunto, et la jauge de fréquence cardiaque. Oui, le capteur cardio optique de la Suunto 7 est activé dans l’eau.

La montre fonctionne entièrement automatiquement dans le mode de natation en piscine, détectant les phases de nage et les phases de repos. Elle détecte aussi le nombre de longueurs et calcule ainsi automatiquement l’allure et la distance.

Il suffit donc de configurer la longueur du bassin et ensuite on ne soucie de rien d’autre que de lancer l’activité de natation et d’y mettre fin. Il est encore à noter que la Suunto 7 ne propose pas de mode exercices dans son profil de piscine (pour enregistrer correctement des battements de jambes par exemple…).

Voici l’activité de natation en piscine une fois téléchargée dans l’application mobile:

Utiliser la cartographie

L’une des belles promesses de la Suunto 7 lors de son annonce était la cartographie. Jusque là, aucune montre de la marque n’a jamais proposé de fonds de cartes, bien que Suunto ait toujours été assez en tête de peloton quant aux fonctions de suivi d’itinéraires.

Lors du CES 2020, l’annonce d’une montre WearOS avec intégration de la cartogrpahie laissait la porte ouverte à une multitudes de possibilités. Mais dans ce test, nous ne sommes plus à une désillusion près, pas vrai?

Alors, tenez-vous bien: la Suunto 7 ne propose pas de suivi d’itinéraire… Non. La carto est bien là, il est possible de télécharger une zone de 60km² hors ligne, et d’afficher le type de carte souhaité (heatmaps, hiver, normal). A noter que le téléchargement des cartes hors ligne ne s’effectue que la montre en charge et connectée à un Wifi:

Mais tout cela ne serait réellement utile qu’avec des fonctions de navigation, ou au moins de suivi d’itinéraire. Il n’en est rien, et en tout cas pour l’instant, la Suunto 7 se contente d’afficher le parcours effectué (en mode petit poucet, comme sur les modèles précédents):

Pas d’activités multisport

C’est une limitation à laquelle on pouvait plus facilement s’attendre que les autres: la Suunto 7 ne propose pas de profils sportifs d’enchainements multisport (triathlon, duathlon, swimrun ou autres activités de ce type).

Il est à signaler que ce type de montre, du fait de leur autonomie et de leur conception logicielle, sont en général peu adaptées à de telles activités.

Suivi d’activité quotidienne

Autant vous avertir tout de suite, les choses se gâtent encore un peu plus ici. Et avant d’aller plus loin, il faut très clairement différencier deux choses importantes:

  • Le suivi d’activité de la partie « Google » de la montre WearOS
  • Le suivi d’activité de la partie Suunto de la montre.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins: la seconde partie n’existe pas… Et la première n’est pas exploitée par Suunto. Résultat des courses: il n’y a pas de suivi de l’activité quotidienne par Suunto sur la Suunto 7.

Certes, GoogleFit va compter le nombre de pas dans la journée, et l’afficher sur la montre ou dans l’app WearOS. Mais l’app mobile de Suunto ne les récupère tout simplement pas. Est-ce en cours de développement chez Suunto, ou une limitation permanente? Je n’ai pas de réponse à cela pour l’instant…

Le suivi d’activité de GoogleFit

Après la configuration initiale de la montre, il faudra activer GoogleFit et le lier à son compte Google pour que la Suunto 7 commence à enregistrer l’activité quotidienne. On retrouve le suivi de cette activité dans les « cartes » dédiées, et en creusant un peu dans le détail de ces dernières:

On peut également installer l’application mobile sur le smartphone Google Fit qui fournit une interface pour consulter ces données:

L’application et la montre accumulent ainsi les données suivantes:

  • Nombre de pas quotidiens
  • Cumul de calories brûlées dans la journée
  • Distance parcourue
  • Il est également possible d’activer le suivi continu de fréquence cardiaque.

Pas de suivi du sommeil, dans aucun des deux mondes

Pour le suivi du sommeil par contre, pas de doutes. Ni GoogleFit, ni Suunto ne proposent d’analyse ou de suivi de sommeil sur la montre. En fait, Google Fit propose une section de suivi du sommeil dans l’app mobile, mais aucune possibilité d’en faire le tracking n’existe sur la montre.

Alors certes, il est possible de télécharger des applications WearOS tierces (pour certaines payantes) et activer ce suivi grâce à elles. Mais les données ne seront de nouveau pas intégrées dans l’app de Suunto.

Les fonctions connectée de la montre WearOS

Une montre sous WearOS, c’est la promesse de nombreuses fonctions connectées, en plus des fonctions sportives décrites plus haut dans ce test. Grâce aux applications tierces, les possibilités sont très nombreuses, et sachez ici que de seules quelques-unes de ces fonctions ont été testées!

Musique

La Suunto 7 permet la lecture de musique dans des écouteurs Bluetooth. Lors de mes tests, j’ai utilisé Google Play Music, qui est l’application « par défaut » pour la lecture de musique en et hors ligne de la montre. J’ai utiisé cette app avec un abonnement payant, me permettant ainsi de créer mes playlists sur mon smartphone puis de les copier et de les stocker « hors ligne » sur la montre.

Google Play Musique permet aussi de stocker des fichiers musicaux dans la mémoire de la montre sans souscrire à l’abonnement.

J’ai utilisé la Suunto 7 à l’aide des Airpods Pro d’Apple et du casque Aftershokz Trekz Air. Les deux casques ont parfaitement fonctionné, aussi bien à la maison que lors d’activités de course à pied.

Utilisant habituellement Spotify pour l’écoute de musique, j’ai été heureux de découvrir qu’une app Spotify était disponible pour WearOS et donc la Suunto 7. Malheureusement, il s’est avéré qu’elle ne permet que de contrôler la lecture de Spotify sur un autre appareil, et non de lire (encore moins hors ligne) sur la montre…

Notifications

En tant que montre connectée, la Suunto 7 propose évidemment d’afficher les notifications du smartphone. On retrouve aussi l’historique des notifications en glissant le doigt vers le haut sur l’écran d’accueil!

Il est possible de configurer quelles applications peuvent envoyer des notifications sur la montre depuis l’app WearOS sur le smartphone.

Google Assistant

La Suunto 7 embarque l’assistant de Google, et il est théoriquement possible de l’activer via l’appel vocal « OK Google » (option à activer) ou en glissant le doigt vers la droite depuis l’écran de veille. Bien que la Suunto 7 dispose d’un microphone pour parler à l’assistant, les réponses ne s’affichent que sous forme de texte, faute de haut parleur.

Dans mes utilisations, le fonctionnement de l’assistant sur la montre a été un véritable désastre, ne fonctionnant qu’environ une fois sur 10… Bref, soit le micro de la montre est de trop mauvaise qualité, soit un mauvais esprit a définitivement pris possession de la montre…

Les applications tierces

Il est possible d’installer toutes les applications du Play Store de WearOS sur la Suunto 7. On y trouve des applications de sport (Strava, Nike Running Club…) et de tout autre type.

La Suunto 7 sur le gril

Dans cette dernière partie du test, passons en revue les performances enregistrées « sur le terrain » de la Suunto 7. GPS, cardio ou encore relevés d’altitude: à quelle précision s’attendre!

Précision du capteur GPS

Si Suunto et la quasi totalité des marques de montres outdoor on choisi les puces de Sony pour leurs modèles il y a maintenant un an, la Suunto 7 fait notoirement exception à ce choix. En effet, la montre connectée utilise un circuit intégré Qualcomm Snapdragon Wear 3100 (comprenant le processeur, la puce graphique, les modules sans fil et aussi un capteur GPS). De fait, inutile d’y adjoindre une autre puce GPS, puisque la mesure est déjà intégrée.

Mais quelle est la performance du module GPS du circuit Qualcomm? voici quelques comparatifs, uniquement réalisés en course à pied à cause de mon incapacité momentanée à faire du vélo:

Comparatif GPS 1: course à pied

Lors de ce comparatif, la montre est laissée en mode par défaut (il n’est pas possible de changer les paramètres GPS sur la Suunto 7) et comparée à la trace de la fenix 6:

Sur ce premier comparatif, on voit que la Suunto 7 et la fenix 6 présentent des performances égales en terrain dégagé (première image) mais que la précision de la trace de la Suunto 7 est meilleure en sous-bois que celle de la fenix 6 (seconde image).

Sur le graphique d’accumulation de distance, la Suunto 7 a enregistré quasiment la même distance que la fenix 6 couplée au capteur Stryd. On peut dire que la distance finale de la Suunto 7 dans ce cas est donc fiable!

Comparatif GPS 2: course à pied

Lors de ce second parcours à pied, dans le même mode d’analyse que le premier, voici une capture des traces réalisées par la Sunuto 7 et la fenix 6:

Encore une fois, on voit très bien que la trace est très proche sur les parties découvertes à gauche, mais en sous-bois (à droite), la Suunto 7 tire à nouveau globalement son épingle du jeu. Et malgré un parcours assez compliqué d’un point de vue GPS, voici le graphique d’accumulation de distance:

Encore une fois, on voit bien que la distance mesurée par la Suunto 7 reste proche (bien qu’un petit écart de l’ordre de 100-150m) par rapport à la mesure Stryd de la fenix 6.

Précision du capteur optique

Pour la Suunto 7, ce n’est pas le partenaire historique Valencell qui a été retenu par Suunto pour la mesure de fréquence cardiaque. Ceci alors que les montres de la marque finlandaise étaient toutes équipées d’un capteur Valencell depuis l’arrivée de la Spartan Sport HR première du nom. C’est en effet un capteur Pixart, avec le firmware spécifique de LifeQ, spécialisée dans l’interprétation de signaux de cardio optique. LifQ avait déjà été la solution retenue par Tomtom pour certains modèles il y a quelques années.

La précision de la mesure de fréquence cardiaque optique est très variable d'un individu à l'autre. Dans ce test, vous trouvez des comparatifs que j'ai effectués avec différentes montres ou capteurs optiques lors de mes entrainements. Sur d'autres personnes, il est très probable que les résultats soient différents. Parfois meilleurs, parfois moins bons. Le fait qu'un capteur optique ait particulièrement bien ou mal fonctionné sur moi ne signifie en aucun cas qu'il en sera de même pour une autre personne... De nombreux facteurs influent la performance de mesure optique, comme la morphologie, le type de peau, la pilosité et bien d'autres. Il est possible d'améliorer la précision de la mesure optique en appliquant quelques conseils figurants dans cette vidéo.

Comparatif cardio 1: Course à pied, sortie variée

Lors de ce comparatif, la Suunto 7 a utilisé son capteur optique, alors que la fenix 6 était connectée à une ceinture Polar H10. Voici les courbes mesurées:

Globalement, la mesure de la Suunto 7 a été cohérente tout au long de cet entrainement, même au cours des trois accélérations de fin de parcours. On voit sur les moyennes des mesures que seul un battement sépare les deux montres. De plus, il est à noter que ce test a été réalisé à la saison froide, qui ne favorise en général pas les mesures précises par le cardio optique!

Comparatif cardio 2: Home trainer

Ce second comparatif a été effectué sur le vélo, sur le home trainer. Dans cet exercice, les contraintes sont loin d’être les mêmes que sur la route (absence de vibrations par exemple). Voici les courbes mesurées par la Suunto 7, et la ceinture Polar H10 connectée au Edge 530:

Hormis pour la phase d’échauffement, ou la Suunto 7 a mis un peu de temps à coller à la ceinture Polar, la mesure a été une nouvelle fois particulièrement efficace!

Comparatif cardio 3: Course à pied, intervalles courtes en côte

Lors de ce dernier comparatif en côtes, la Suunto 7 est à nouveau comparée à la fenix 6 et la ceinture H10:

On voit une nouvelle fois que la phase d’échauffement a pris un peu de temps avant de voir la Suunto 7 coller à la mesure de la ceinture. Mais ensuite, la mesure a collé assez bien à la courbe de la ceinture. Durant les 10 répétitions en côte, on voit que toute l’amplitude n’a pas été saisie par le capteur optique… Mais dans les grandes lignes, la précision est acceptable par rapport à d’autres capteurs optiques.

Cela met toutefois en lumière la limitation imposée par l’absence de connexion à des capteurs externes. Pour des séances de ce type, la précision dans les séries n’est pas suffisante!

Précision de la mesure d’altitude

La Suunto 7 propose un capteur barométrique pour la mesure d’altitude, ce qui est censé permettre une mesure plus précise de l’altitude. Voyons ce que ces mesures ont donné comparé à d’autres montres.

Dans ce comparatif, je n’ai qu’un seul exemple à vous proposer, ayant rencontré des problèmes d’alignement des données d’altitudes codées dans les fichiers FIT de la Suunto… Alors, faisons abstraction de l’alignement:

Ce sont toujours les répétitions en côte en course à pied. On voit que les variations d’altitude des côtes ont été captées correctement par les deux montres. Avec une mesure un peu plus « lissée » par la Suunto 7. De plus, l’altitude de départ n’est pas trop différente entre les deux appareils (ils n’ont pas été calibrés avant le départ). A ce propos, il est à noter que sur la Suunto 7, on ne peut pas calibrer manuellement l’altimètre.

Les accessoires compatibles

Voici un tableau qui récapitule les accessoires compatibles avec la Suunto 7:

AccessoireFabricantTestamazon.frgarmingps.ch
Trekz AirAftershokzN/A119.90 € 
PowerPort Solar Lite (15W)AnkerLien59.99 € 
Airpods ProAppleN/A214.00 € 

* Pour bénéficier de ce prix spécial sur le site garmingps.ch, utilisez le code promo NAKAN en validant le panier d'achat! (non cumulable avec d'autres offres)

La discussion continue

Pour rester informé au plus près de l'actu du site et du marché:

Le podcast: Des épisodes de 30-40 minutes sur des thématiques de fond, sur l'entrainement, la technologie, l'alimentation ou bien d'autres sujets encore. A écouter sans modération!
Le compte Twitter: Actu, tendances, nouveautés, rumeurs, avis. Pour vivre l'actu du sport connecté au quotidien!
La page Facebook. Evenements, concours, actualité, bons plans. Chaque jour, la page Facebook de nakan.ch compte un peu plus de fans. Rejoins-là toi aussi!
La chaîne Youtube pour retrouver présentations, tutos, reportages ou interviews.
Le compte Instagram. L'actu du site et de ses coulisses en photos! Ne manque pas les stories pour être le premier informé des nouveautés ;-)

Conclusion

Suunto avait tout pour réussir une montre sous WearOS. Si l’ensemble laisse une bonne impression lors de la prise en mains, autant l’aspect matériel, réussi il faut l’admettre, que l’apparence de la partie logicielle de l’app Suunto intégrée. Mais dès que l’on se met à creuser un peu, ou même à vouloir utiliser un peu plus sérieusement la montre, on se heurte à des limitations inacceptables pour un produit de cette gamme et de ce prix.

Bien que les fabricants voudrait nous faire croire que nous devrions accepter des versions non finies, il n’est pas acceptable de mettre dans les mains d’acheteurs des versions bêta, voire même des prototypes. Pire: rien n’indique avec certitude que Suunto va apporter les fonctionnalités manquantes. Mais pourtant, il faudra bien y penser si ils ne veulent pas voire leur investissement dans ce modèle complètement perdu.

En l’état actuel des choses, je ne vais pas y aller par quatre chemins: cette montre n’est pas un montre sportive digne de ce nom. Et même la partie suivi d’activité souffre de graves lacunes. Alors un conseil: ne vous précipitez pas sur le bouton « commande » pour l’instant. Espérons toutefois qu’avec les mises à jour, Suunto corrige le tir. Car il y a du bon dans cette montre (précision GPS, précision du cardio…) et donc du potentiel!

J’ai aimé ou pas aimé

Sur la Suunto 7, j’ai aimé:

  • La construction matérielle de la montre. Belle finition pour une montre WearOS.
  • Un bel écran OLED, qu’il est possible d’activer en permanence sur une activité sportive.
  • Un belle précision GPS et cardio, pour une montre de ce type!

J’ai moins aimé:

  • L’absence de possibilité de personnaliser ses profils sportifs.
  • L’impossibilité de connecter des capteurs ANT+ ou Bluetooth externes.
  • Le fait que le suivi d’activité de Google Fit ne soit pas intégré à l’app Suunto.
  • L’absence de suivi de sommeil.
  • La promesse de navigation sur carte, mais aucune fonction qui n’exploite les fonds de cartes.
  • Au final, le rapport qualité/prix qui n’est pas à la hauteur au vu de ces limitations.

Supporter ce site pour de futurs articles

Vous souhaitez acquérir le produit testé dans cet article? Cet article vous a été utile? Vous pouvez aider le site en l'achetant via l'un des liens partenaires ci-dessous. Vous pouvez utiliser les liens suivants pour vous rendre sur les sites partenaires de nakan.ch. En passant par ces liens, une petite commission est versée au site, ce qui me permet de continuer à vous offrir un contenu de qualité! Vous trouvez le détail des offres partenaires sur le comparateur. Pour tout savoir sur ma politique de publication et de publicité sur le site, rendez-vous ici!

Sur i-run.fr, profitez de 15% de remise sur les nouveautés textiles et chaussures grâce au code promo IRUN15! Les suisses profiteront de 15% de remise sur l'entier du site www.garmingps.ch grâce au code promo NAKAN (non cumulable avec d'autres offres)

i-run.fr
Alltricks France
GarminGPS.ch
Rakuten France
Amazon France
* Non cumulable avec d'autres offres

9 commentaires

  1. Merci pour ce test Greg !
    Je suis en pleine attente pour changer ma polar M430. Pas franchement convaincu par wear os, vivement les prochaines nouvelles de garmin ou polar. Une forerunner 645 avec un meilleur capteur cardio ou vantage qui intègre de la musique j’espère. Sinon je vais finir par craquer sur la 245 music…

    1. Coros est une bonne marque avec de bons produits il faut y penser sérieusement maintenant ! J’ai franchi le pas il y a près de 3 mois et aucun regret d’avoir quitter polar …

  2. La politique commerciale de Suunto est incompréhensible. Déjà la suppression de Movescount après une période transitoire chaotique est un petit scandale dans la mesure où l’app Suunto ne remplace pas du tout Movescount. En fait Suunto a manifestement décidé d’outsourcer l’analyse de ses données. Avec l’arrivée de la Suunto 7 on pouvait se réjouir d’avoir enfin la carto. Patatras il n’y a pas de suivi d’itinéraire alors qu’une des rares bonnes fonctions de Suunto app est la création d’itinéraires ( et même l’import), création au terme de laquelle on peut via un bouton envoyer l’itinéraire dans la montre. Comprenne qui pourra.

  3. Et bien je vais un peu prendre la défense de Suunto bien que j’étais critique et circonspect à la fin de Movescount ! Force est de constater que l’application Suunto App est excellente et ne souffre plus d’aucun problème technique (IOS 13.3.1). J’ai récupéré automatiquement mes anciennes données, je n’ai plus besoin de mon ordinateur et je trace mes parcours à la volée (carte de chaleur disponible) : praticité incomparable avec le fait de devoir se connecter à un ordinateur… L’application vient par ailleurs de recevoir la fonctionnalité agenda, la qualité du sommeil et de nombreuses courbes d’analyses sont possibles (certaines payant sur Strava…). Le must serait le portage de la suunto app grâce au project catalyst d’Apple sur MacOS (rêvons un peu).
    Par ailleurs, j’invite les gens à tester le la captation en mode GPS + Galileo. Mes traces (s9 baro) sont vraiment plus précises. Le fait que le projet Galileo arrive à maturité cette année n’y est sans doute pas pas étranger. Concernant cette S7, suunto a effectivement un peu de travail sur le software… :)

  4. J ai une polar vantage v en montre sportive aucun problème par contre en montre connecté c est pauvre… C est pour cela je voyais cette s7 comme une alternative intéressante mais en fait j’ai l impression que ce n est pas une montre de sport…
    Du coup je ne sais pas quoi faire !

  5. J’ai du mal à comprendre Suunto.
    Pratiquement 500€ pour ça ?
    Pourquoi Suunto n’est pas reparti de zéro pour faire une base logiciel commune à toutes ses futures montres (voir compteurs vélo) ?
    Ensuite, « plus » qu’à adapter le logiciel suivant les appareils, voir rajouter de nouvelles briques…
    Garmin et aussi Bryton font comme cela (et certainement d’autres).

  6. Salut Greg,
    même si je te rejoint sur quelques points négatif que tu soulève, je ne suis pas d’accord avec sur le ressenti globale sur cette montre.
    Même si la S7 vient s’insérer entre deux modèles sportifs elle aurais presque mérité au autre nom, car si la S5 s’adresse au sportif casual, débutant et la S9 aux sportifs aguerri. La cible de la Suunto7 c’est pour le sportif « connecté », celui qui va au boulot en courant ou en vélo, ou qui fait son petit run à la pause dej.
    Suunto à fait des choix, certains sont discutable, mais à aucun moment je n’ai eu l’impression d’être un beta testeur, ou encore d’utiliser un prototype. La montre et stable et fiable.
    Concernant la partie fitness, on peut trouver problématique d’avoir une perte de donnée dans suunto app si on a déjà une autre suunto, en revanche pour les nouveaux utilisateurs, GoogleFit offre autant d’information que SuuntoAPP à ce niveau.
    La cartographie est une première chez suunto et il est certain que de ne pas avoir de suivit de trace c’est un manque, il y a un point important que tu n’aborde pas du tout : les heatmaps. Les heatmaps ne remplacent pas une trace GPS, mais c’est une excellent alternative. Encore une fois pense que la cible de suunto est le sportif connecté, celui qui ne perd pas de temps à tracer ses parcours GPX, mais plutôt qui va utiliser les cartes de chaleur pour trouver les parcours les plus empruntés.
    J’ai également trouvé dans les apps tierce quelques petites, dont la météo, la lampe de poche, le transfert de mp3, le contrôle des mes ampoules connectées, bref tout un tas de fonctionnalitées bien sympa.
    Moi je vois un gros potentiel dans cette montre, et je suis certain que suunto va rapidement combler les manques.

  7. Bonjour a tous, merci pour ce test détaillé! Lisant ce texte 5 mois après, je me demandais si les 2 versions du système (https://www.suunto.com/fr-fr/Assistance/Mises-a-jour-logicielles/Notes-de-version/mises-a-jour-logicielles-de-suunto-7/) publiées depuis le test permettent de revenir au niveau de ce qu’on attend de cette montre. J’aime bien l’idée de la montre connectée + sportive (ok c’est toujours mieux d’avoir des outils spécialisés mais ca fait monter la note…) et je ne suis pas 1 très grand sportif, entre celui du dimanche et le forcené… La principale limitation serait pour moi l’autonomie (quand on part en rando à pied ou ski, ce sont des grosses journées) et la cartographie (mais est ce réglé dans les dernières versions ou bien par des applications tierces type GPX Viewer, ca me suffirait).
    Merci!

  8. Bonjour Greg,
    Merci pour tous les tests (de qualité !) que tu effectues.
    Pourrais tu nous donner ton avis après la mise à jour recente d octobre. Il me semble que la montre regagne en intérêt. Quid de l autonomie. Le GPS en qualité « bonne » la rent elle utilisable sur une sortie alpine à la journée ?
    Encore merci pour ton retour et ton travail !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.