Mon matos pour la saison de tri 2019

promotion nakan.ch est aussi sur Instagram! En plus des tests publiés sur ce site, retrouve tous les jours des images de tests, de nouvelles fonctions ou du backstage du site sur le compte Instagram!

Un peu plus d’un an après l’édition 2018, le temps est venu de lister le matériel qui m’accompagnera au cours de l’année 2019 dans les compétitions sportives auxquelles je prendrai part. Et cette année, le titre est un tout petit peu réducteur car en plus de triathlon, j’ai bien l’intention de m’essayer au VTT. Alors que ce soit les montres et compteurs, les capteurs ou encore les combinaisons de natation et autres chaussures, voici l’inventaire de ce que j’ai décidé d’utiliser pour cette saison!

Les montres

Au cours de l’été passé, j’ai troqué ma fenix 5S contre une fenix 5 Plus. Depuis, elle est devenue ma montre d’entrainement principale. Mais je n’hésite pas de temps à autre à la troquer contre la Polar Vantage V ou l’Apple Watch Series 4.

Que ce soit en natation, vélo ou course à pied ou encore dans d’autres disciplines comme le ski alpin ou même le curling, la Garmin dispose de métriques dédiées, d’une autonomie confortable, et désormais de la cartographie, bien utile en appoint. La possibilité en plus d’écouter musique et podcasts n’est pas pour me déplaire.

J’attends impatiemment que Suunto lance une montre de milieu de gamme en remplacement des Spartan Sport voire de la Trainer pour également alterner avec une montre de la marque finlandaise.

Les vélos

Dans ma pratique sportive 2019, je conserve mon vélo de route et mon vélo de chrono des années précédentes. A savoir:

Mon Kuota KOM comme vélo de route, ici photographié au mois de mars à Majorque. Cadre léger, rigide mais que je trouve polyvalent, j’ai beaucoup de plaisir à rouler ce vélo, un peu plus nerveux que mon ancien KOM Air, cassé lors d’une chute. Aces sa roue Campagnolo Bora One à l’arrière et une Easton 35 à l’avant (qui remplace la Bora One cassée lors du tri de Lausanne 2016), je dispose d’un vélo très polyvalent!

Le Kuota Kalibur comme vélo de chrono, depuis 2012. Cet hiver, j’ai revu complètement les réglages du poste de pilotage afin de trouver plus de confort. Longueur des prolongateurs, espacement des bras, hauteur de guidon. Tout ces réglages devraient me permettre de parcourir de nombreux kilomètres dans de meilleures conditions. Photographié ici avec une roue pleine que j’utilisais le plus souvent sur la piste du vélodrome d’Aigle, mais que j’ai convertie en roue de route depuis que je ne roule plus sur la piste l’hiver…

Le VTT: nouvel arrivé, ce Scott Scale a rejoint la famille en automne passé. Acheté d’occasion dans mon magasin de vélo préféré, il devrait me permettre de relever de nouveaux défis en 2019!

Le compteur de vélo

Là aussi j’attends des nouveautés. En particulier chez Wahoo. Et l’écran tactile du Edge 820 étant arrivé à bout de ma patience, j’en suis revenu au Edge 520 pour éviter les insupportables errances de l’ergonomie du 820. Le Edge 520 est polyvalent, et trouve sa place aussi bien sur mon vélo de route que sur le VTT. J’ai adjoint la télécommande pour compteurs Edge sur le VTT.

Le radar Varia

Après le test du Varia RTL-510, j’ai décidé de remplacer mon ancien modèle pourtant fonctionnel. Mais l’ajout de luminosité du nouveau modèle me permet désormais de le considérer en toutes circonstances comme un feu arrière à part entière, même sur mon vélo électrique pour du vélotaf.

Je trouve l’apport de l’avertissement des véhicules en approche très appréciable et sécurisant. C’est donc un accessoire dont je ne me sépare que très très rarement lors d’une sortie cycliste sur route, sportive ou pour des déplacements.

Les capteurs de puissance

Je roule en général toujours avec un capteur de puissance. Même si la répartition ci-dessous peut varier en fonction des tests que je mène, voici la configuration « habituelle » de mes vélos:

  • Sur mon VTT, j’ai monté un capteur Stages (manivelle gauche uniquement) dans la boutique « outlet » de Stages à prix cassé. L’utilisation de la puissance dans la manivelle permet de laisser le libre choix des pédales.
  • Sur le vélo de chrono et le vélo de route, j’utilise les Garmin Vector 3. Les pédales sont très vite passées d’un vélo à l’autre et ne nécessitent plus un serrage précis à la clé dynamométrique pour une mesure correcte!

Le home trainer

Après avoir commencé les tests de home trainer cet hiver, j’ai décidé de garder le modèle de test du Wahoo KICKR 2018, mis à ma disposition par Wahoo. Pour pouvoir garder ce home trainer rien que pour moi, je n’ai rien eu d’autre à faire que payer la facture qui l’accompagnait! Car non, on ne m’offre pas le matériel que je teste. C’est aussi une question d’indépendance!

L’utilisation de ce Wahoo KICKR conjointement à Zwift a véritablement tout changé dans mon approche de l’entrainement sur home trainer!

Les casques

Dans le 95% des cas, j’utilise le casque Giro Aether qui a remplacé en début d’année mon ancien casque dont le système de fermeture a commencé à montrer des signes de faiblesse. Il est mon premier casque intégrant la technologie MIPS.

Dans le 5% des cas, c’est à dire en compétition avec le vélo de chrono, j’utilise le casque profilé Rudy Project.

La course à pied

Comme pour le reste des disciplines, la fenix 5 Plus est la montre que j’utilise le plus souvent en course à pied. L’Apple Watch Series 4 m’accompagne de temps à autre également, si je veux utiliser l’application Stryd. La Vantage V également, son principal avantage étant sa légèreté.

Le capteur Stryd

Depuis qu’il est arrivé chez moi, le capteur Stryd a rarement quitté mes chaussures de course. Fournissant des données intéressantes au niveau de la puissance, il est également la solution quasi infaillible pour disposer de mesure fiable de la distance accomplie, quelle que soient les conditions.

Les chaussures

En ce début 2019, je tente un nouveau retour sur des chaussures plus minimalistes pour la course à pied. J’alterne donc mes sorties à pied entre ces trois paires de chaussures:

  • Les Brooks Pureflow 7 pour les sorties plus longues ou lorsque les mollets sont fatigués.
  • Les Asics Piranha pour les distances intermédiaires (jusqu’à 10-12km en ce moment).
  • Les Vibram Furoshiki pour les distances plus courtes afin d’avoir quasi l’impression de courir pieds nus !

Le casque de musique

Amateur de musique ou de podcasts en course à pied, j’utilise dans la majorité des cas le casque à conduction osseuse Aftershokz Trekz Air. Moins souvent, avec l’Apple Watch, les Airpods.

La natation

Pour nager, j’utilise depuis plusieurs années les lunettes Tyr Tracer qui me conviennent particulièrement bien. Pour le reste, j’effectue mes exercices avec une paire de plaquettes et un pull buoy. Je n’utilise pas de planche ni de palmes. J’ai confectionné moi-même un élastique pour les jambes avec une vieille chambre à air!

La combinaison néoprène

L’automne passé, j’ai changé de combinaison de natation. J’ai troqué ma combinaison Orca 3.8 contre une Alpha 1.5. J’ai eu l’occasion de la tester lors de quelques jours sur l’île de Grande Canarie en janvier! Elle offre une liberté de mouvement incroyable, au prix d’un néoprène bien plus fin que sur toutes les autres combi que j’ai utilisées jusqu là.

Le casque de musique

En piscine, lorsque les séances deviennent longues, j’utilise le Finis Neptune pour écouter un peu de musique.

Les ceintures de mesure cardio

Cette année 2019, j’ai décidé de me passer le plus possible de ceintures thoracique. Les capteurs cardio intégrés aux montres ne donnant pas de résultats suffisamment fiables, j’ai opté pour le brassard cardio optique.

J’ai jeté mon dévolu sur le Scosche Rhythm 24, offrant une belle autonomie, ainsi qu’une double connectivité Bluetooth et ANT+ (et ceci même avant que le Polar OH1+ ainsi que la mise à jour de l’ancien modèle ne soient annoncés). La précision est dans le cas du brassard suffisante pour mon utilisation, seuls les algorithmes utilisant la variabilité sont de fait à prendre avec des pincettes!

Lorsque cela est nécessaire, pour des mesures plus précises ou pour des comparatifs, je dispose aussi d’une ceinture H10 de Polar et d’une HRM-Tri de Garmin.

Sans trop de surprises

Si vous avez écumé le site au cours de l’année précédente, vous ne serez probablement pas trop surpris par mes choix… Bien sûr, je n’utilise que rarement un seul compteur sur mon vélo ou une seule montre. Car les tests ne s’arrêtent jamais.

Le plus grand nombre de questions sur mes choix vient probablement du compteur cycliste. Pourquoi je n’ai pas de Edge 1030 par exemple? Ma réponse est simple: je n’en ai pas besoin. Je n’utilise que rarement la cartographie sur mon vélo. Dans les rares cas où j’en ai besoin, soit les capacités du Edge 520 sont suffisantes, soit j’utilise la carto intégrée à ma fenix 5 Plus.

On me reproche parfois d’utiliser beaucoup de matériel Garmin. C’est un choix assumé. D’une part, car les questions qui arrivent sur le site concernent essentiellement des montres et compteurs Garmin (mais pas seulement évidemment). De plus, pour la fenix 5 Plus, c’est clairement la plus complète du marché et lorsque je la laisse à la maison, je dois faire des compromis: Le capteur Stryd par exemple n’enregistre de loin pas toutes ses données avec une Suunto ou une Polar. Aucune autre montre ne propose de carto. Enfin, pour le compteur cycliste, j’utiliserai avec plaisir un compteur Wahoo, mais comme je le dis ci-dessus, je n’ai pas acheté de ELEMNT Bolt à sa sortie et maintenant je suis plutôt hésitant à aller vers ce compteur, sachant que Wahoo devrait tôt ou tard lui proposer un successeur…

Et vous ?

Et vous, quels sont vos choix pour cette saison 2019? Est-ce que certains qui auraient passé leur tour pour la fenix 5 Plus et attendent la fenix 6? D’autres sorties attendues ? N’hésitez pas à partager vos choix en commentaire!

11 commentaires pour “Mon matos pour la saison de tri 2019

  1. C’est sympa de savoir ce que tu utilises au quotidien.
    Moi, j’utilse un garmin 520 plus et le radar varia 2 pour le vélo de route et vtt, ainsi qu’une garmin forerunner 935 pour le trail

  2. Hello
    Super cool et intéressant ton site. Merci pour tous ces essais et articles techniques.

    Pour ma part en natation j’ai une ancienne combinaison Orca de 2013 un peu raide pour les épaules. En bassin, je n’utilise plus les plaques, que les fingers.

    En velo: un capteur stages manivelle gauche SRAM pour le VTT, pedales P1 (l’ancien modèle) pour la route

    En course à pied, du matériel suisse: on cloudflow et des cuissards compressport. Mais aussi Stryd pioneer (pod de ceinture cardio). Je me sers beaucoup de la puissance en cap.
    Compteur GPS: Garmin 920XT pour la CAP et le Vélo, mon ancienne garmin 910xt (baromètre HS) pour la natation.

    Et parce que ce fut mon premier compteur de Puissance: j’utilise encore l’Ibike newton+, en VTT et route (utile pour la mesure de la vitesse du vent et pour le degré de la pente, et amusant pour les confrontations avec les DFPM).

    Pour répondre à la dernière question: j’attends avec impatience la future montre Garmin, en espérant que la précision GPS+Galliléo ainsi que l’altimètre soient à la hauteur.
    Encore merci pour ce blog intéressant et enrichissant.

  3. Bonjour Greg,
    la combi Orca Alpha me fait de l’oeil depuis un moment. Je ne parviens pas à sauter le pas. En effet, n’ayant pas de magasin où l’essayer, je dois la commander sur le net. Or, le choix de la taille est primordiale. Peux-tu me dire quelle taille as-tu choisi pour quelles mensurations ?
    Merci d’avance

    1. Salut!

      En effet, l’essayage est tout de même assez important pour ce type d’achats. Mais pour essayer de t’aider, voici le détail de ma taille de combi. En premier lieu, et si tu as déjà eu une combi Orca (j’avais la 3.8) il faut largement une taille en dessous pour la Alpha.

      Je mesure 1m85, je pèse actuellement 84kg (loin de mon poids de forme)… J’ai pris la taille 7 pour la Alpha, en essayant, je pensais que ça serait serré tant que je ne perdrai pas un peu de poids, mais force est de constater lors de mes essais aux Canaries en janvier que c’est pas si serré que ça.

      Je verrai donc quand je repasserai sous la barre des 80kg comment se comporte la combi car elle est bien plus souple (donc globalement moins serrée) que les autres modèles que j’ai essayés…

      Sportivement.

      1. Merci pour ta réponse,
        ton commentaire m’aide un petit peu à connaître les sensations apportées par cette combinaison. Ce sera ma première Orca.
        L’essayage reste primordial étant donné que j’hésite entre deux tailles (7 ou 8). Je suis légèrement plus grand que toi : 1m88 pour 80 / 82 kg.

        Un grand merci aussi pour l’ensemble de ton site et de ton travail. C’est, pour moi, un incontournable.

        1. Merci !

          Clairement la 7. La 8 sera trop large à mon avis. mais c’est clair que l’essayer c’est mieux. Et l’essayer en nageant avec, car le feeling est très différent dans l’eau et à sec, surtout avec ce modèle.

  4. Bonjour Greg,

    Merci pour ce nouvel article, tu utilises toujours ton casque de natation et tu en es satisfait ?
    J’en cherche un, commencer à allonger les distances en piscine (4/5000m) je commence à trouver le temps long et un ou deux Podcasts m’aiderai
    bien à faire passer le truc
    Ou as tu un model plus récent à me conseiller ? Dans des budgets serrés ?
    Merci :)

    1. Salut. En fait j’utilise la nouvelle version du Finis Neptune mais oui, j’en suis content. Par contre en nat, je n’écoute que de la musique assez « rythmée » et il est illusoire de compter suivre un podcast avec la technologie de conduction osseuse dans l’eau. On distingue bien la musique mais il est difficile de saisir la subtilité de toutes les paroles. Il faudrait dans ce cas des écouteurs étanches fermés, mais je n’en ai trouvé aucun qui soit confortable jusque là.

      Sportivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.